Forum de discussions et Questions

Faisant écho au document ci dessous (intro du bulletin 6) je suis heureux de soutenir Ramsey Clark, son 85ème anniversaire, le 20ème de l'IAC ainsi que cette communication invitation du Père Miguel d’Escoto Brockmann, Chair of the 85/20 Gala Host Committee,
Wikipedia écrira dans une de ses pages : "D'Escoto was suspended by the Vatican in the 1980s, together with two other priests involved in the Sandinista revolution, Ernesto and Fernando Cardenal. During a visit to Central America, Pope John Paul II admonished him for political activity. He was suspended for not resigning his political office, which he held against his own vows. As President of the UN General Assembly D'Escoto designate 16 senior advisers : Brother David Andrews CSC (USA), Maude Barlow (Canada), Mohammed Bedjaoui (Algeria), Leonardo Boff (Brazil), Kevin Cahill (USA), François Houtart (Belgium), Noam Chomsky (USA), Ramsey Clark (USA), Richard Falk (USA), Michael Kennedy (USA), Eleonora Kennedy (USA), Olivier De Schutter (Belgium), Joseph Stiglitz (USA), Sir John E. Sulston (UK), Francisco Lacayo Parajón (Nicaragua) and Howard Zinn (USA)..."
Puis à propos du célèbre Groupe des 12 auquel appartiendra le Père D'Escoto :El Grupo de los Doce, or Group of Twelve, were a dozen members of the Nicaraguan establishment whose support for the Sandinista National Liberation Front (FSLN) struggle against dictator Anastasio Somoza Debayle played a pivotal role in the acceptance of the Sandinistas by foreign and domestic opinion.
During the 1970s, debates over strategy split the FSLN, with the Terceristas advocating alliances with the bourgeoisie against Somoza. They approached twelve figures from Nicaragua's establishment class, some already secretly Sandinistas, to sign a communiqué in support of the FSLN. On October 18, 1977, following a Tercerista offensive, they issued a manifesto from Costa Rica urging that the Sandinistas must be included in any political process. Their support lent respectability to the Sandinista cause and helped convince many that the rebels were no longer doctrinaire communists.
As Nicaragua moved into crisis following the assassination of Pedro Joaquín Chamorro Cardenal, the Carter administration pressured Somoza to allow the return of Los Doce. Upon their return on July 5, 1978, tens of thousands lined the streets to welcome them. Members would participate in the Broad Opposition Front (FAO) with other internal opponents of Somoza.

An Invitation from Father Miguel d’Escoto Brockmann to Support the Ramsey Clark 85th Birthday ≈ IAC 20th Anniversary
Dear Friend,
This year marks the 85th birthday of Ramsey Clark, the founder of the International Action Center. And this year also marks the 20th anniversary of the International Action Center
I have had the privilege of both knowing and collaborating with Ramsey for more than 40 years. Perhaps our most important ongoing collaboration, together with Ben Bella (Algeria), Tony Benn (UK) and Karmenu Bonnici (Malta), was being part of the coalition to oppose the Gulf War and to demand an end to the criminal U.S.-led sanctions against the people of Iraq — sanctions that eventually killed more than 1.5 million people and marked only the beginning of the U.S. war against Iraq.
At the end of this month, Ramsey will be with us in Managua and will once again receive the love and gratitude that our people have always felt for him.
During my tenure as President of the UN General Assembly, Ramsey was my key senior advisor on international law, providing valuable insights into the Palestinian-Israeli conflict, the so-called “responsibility to protect”— new jargon to mask the old practice of wars of aggression — and the sorely needed reform of the United Nations. I am proud to have had the honor, during this period, of bestowing on Ramsey in 2008 the U.N. Human Rights Award. His voice, challenging U.S. wars and criminal corporate policies, is a voice of conscience recognized around the world. He has brought ethics back into the equation and discussion of global issues.
For more than 20 years, Ramsey’s work with the IAC has meant that the people of the world know that they can count on a friend and ally in the United States, the belly of the beast.
The IAC has sustained itself through difficult times and has remained consistently anti-imperialist, anti-racist and anti-capitalist. This is an accomplishment.
That a great people’s champion stands tall and keeps fighting is well worth celebrating.
This is why I urge you to support the Ramsey Clark 85th Birthday and IAC 20th Anniversary Gala Celebration on Saturday, January 12, 2013, at historic Riverside Church.
Ramsey Clark remains a unique political figure in the United States. At great sacrifice he has consistently opposed U.S. intervention abroad and fought for justice at home. He has defended countless individuals and organizations, targets of racism or repression, many who might have otherwise stood alone. From prisoners on Texas death row to the Attica prison rebels; from -Native American leader Leonard Peltier to Jamil Al-Amin and the Plowshare defendants; from Lori Berenson in Peru to prisoners in the Philippines, Turkey, Pakistan, and Egypt — Ramsey Clark has been there for them.
He’s been here for all of us. He has opposed nuclear weapons, U.S. bases, drone wars and every U.S. aggression, including the most recent dangerous threat of a new war on Iran.
It was through Ramsey that the IAC began, in the mass movement to oppose both the first war in Iraq in 1991 as well as the deadly sanctions. In Cuba’s most difficult hour, Ramsey and the IAC mobilized a massive rally at the Javits Convention Center and sent vital material aid delegations. At a crucial moment for Mumia Abu-Jamal, it held a historic rally at Madison Square Garden.
Ramsey Clark and the IAC have done it all boldly, often in the face of vicious opposition. This is a great history!
I urge you to help celebrate this history — and help launch the next era of struggles — by supporting the Ramsey Clark 85th Birthday — IAC 20th Anniversary Gala Celebration.
Onward to the struggle & to our victories,
Father Miguel d’Escoto Brockmann,
Chair of the 85/20 Gala Host Committee


Le bulletin de liaison 6 de No Nuke Bridge fait état d'une attaque en règle de ma théologie politique décroissante, théologie des îles anti néolibérale, ainsi que de mon église naturelle dissidente et résistante du Japon, par une communication-web du terroriste d'Etat de Ronald Reagan et de GW Bush I : Armando Valladares. Ce dernier reconnu agent de la CIA, protégé par le FBI à Miami Floride, sera chargé - en appui sur des groupes d'action directe néonazis et néofascistes - de l'assassinat de Fidel Castro, du Président Morales, du Président Chavez, à tout le moins de saborder les démocarties cubaine, bolivienne, vénézuélienne et écquatorienne. Je reproduis ici l'introduction du bulletin 6 .
25 juin 2012
Evaluation decroissante du crime entrepreneurial et des luttes
Je dédie ce bulletin à Hitomi Nagayama médecin chercheur à l'Institut de Science Médicale de l'Université de Tokyo et urgentiste nucléaire que l'on traitera de "salaud" (lui et toute son équipe de médecins urgentistes) pour avoir accompagné l'agonie 210 jours durant, sans succès médical avéré, de l'une des nombreuses victimes de la catastrophe nucléaire de Tokaimura en 1999,... Hitomi est également un courageux opposant régional au Tamiflu et se pose bien des questions concernant l'autonomie de la santé, son administration, les "side effects", le pharma-bioterrorisme et les conflits d'intérêts liés aux rapports constants de l'administration et des gouvernements avec le Big Pharma Business, le nucléaire bien entendu.
Après un court mais original entretien web Hitomi me demandera dans son bureau de consultation du Dai Ichi Hospital de Hishokia, Ibaraki (situé à 130km de la centrale Fukushima Dai Ichi), de cesser toutes nos communications. Hitomi reçevra consécutivement pressions et buggs. Il craindra notamment celles des Centers for Disease Control (CDC) américains avec lequels il travaillera un temps et "qui ont des moyens de pression très puissants" dira t'il anxieux en songeant à ses responsabilités publiques et à sa famille.
Dans le temps de nos communications sur le nucléaire, le bioterrorisme, le "Big Pharma Business" et les guerres je reçevrai une "rétribution bienveillante" similaire, un document de propagande web de Armando Valladares, terroriste d'Etat d'origine cubaine appartenant par le passé à un groupe d'action directe lié à des groupuscules néonazis et néofascistes chargés par la CIA de renverser Fidel Castro... Comble de la violence armée d'extrême droite Valladares sera nommé ambassadeur des Etats-Unis à Genève à l'ONU à la Commission des Droits de l’Homme par Ronald Reagan et reconduit par George Bush père.
Cette lettre type écrite en espagnol postée depuis Miami condamne la collaboration de l'Eglise catholique - je défends toujours ses saints miséricordieux, ses dissidents et ses excommuniés idéologiques - avec le régime communiste cubain. Elle concerne donc à un second degré, très maladroitement comme toujours, ma théologie politique des iles, marxochrétienne - solidaire des luttes et des gauches - et décroissante ou encore mon Eglise judeo chrétienne primitive, dissidente et résistante, opposée à toute propriété privée, à tout patrimoine foncier ou immobilier, sans prêtre, indigène, épitrienne.
Ma critique radicale du catolicisme episcopal américain n'ayant pas échappé à Valladares lui permettra également d'imaginer très maladivement un retournement de ma part...en faveur de ses odieuses valeurs. Il est vrai que Valladares conspue la dernière conférence épiscopale catholique des Etats Unis (Conferencia de Obispos Catolicos de los Estatdos Unidos)... invitant le gouvernement Obama à rompre le blocus commercial américain envers Cuba et à restaurer des rapports diplomatiques avec le "régime communiste cubain". Valladares écrira :"La Conferencia de los Obispos catolicos confunden efecto con causa.... (y) manifesta de esa manera una increible condescendencia con el regime cubano, violador sistematico de todos y cada uno de los derechos de Dios y de los hombres, etc..."
Interessant enfin de constater que le pouvoir démocratique nippo-américain issu des urnes soit toujours, depuis le temps, anti castriste et anti théologie de gauche, que ses "ressources répressives" plongent toujours non seulement dans celles de l'ère Reagan... mais également dans celles des clans Bush et Obama puisque Valladares citoyen américain depuis 1988/89 selon Socio13 aurait été chargé de tuer le président Morales en 2009 puis de discréditer/destabiliser les gouvernements du Venezuela et d’Equateur...
Noam Chomsky demontrera en 2002 dans "Media Control" l'importance, pour la réalisation de telles missions terroristes, des faveurs offertes par la Maison Blanche et le Congrès à Valladares; elles le présenteront comme "l'archétype du Héros anticastriste libéré des prisons cubaines après 22 ans de captivité" non sans "les messes anticommunistes" pro Valladares du New York Times et du Washington Post qui prendront soin de minimiser toutefois les oeuvres des héros civils non violents crucifiés en Amérique centrale par les escadrons de la mort, de msgr. Romero à Herbert Anaya.
Rappelons que les pouvoirs japonais (gouvernement et business) collaboreront sans état d'âme et..."sans un bruit" aussi bien avec le régime putschiste sanguinaire algérien de 1992 qu' avec le régime d'apartheid non moins sanguinaire sud africain dès 1962 et que "tout se passant comme dans le meilleur des mondes" il en ira de même du "business-gouvernemental" néolibéral japonais en Irak, en Syrie, au Proche et Moyen Orient en général, en Afghanistan, au Pakistan, en Indonésie, aux Philippines, en Inde, en Afrique, en Amérique Latine... (C.P. 25/6/12)

Letter of accusation
linked222/Christian Pose to Simon Wiesenthal Center about Tibetan/Dalai Lama's Nazi connection and about Dior's nazi connection and new nazi fashion : DIOR/LANVIN MEN S/S-SS 2012 (ELLE TV JAPAN)
18/02/2012

Dear Brothers

Thank you for your newsletter, I appreciate,
we must developp friendship and solidarity against the new nazis temptations and
new nazi fashion,
look here these two videos from youtube and ELLE TV JAPAN:

- "Personne n'aime les juifs. Il faut garder sa race pure! Vénérer le furher,
Adolphe Hitler!" (Françoise Dior, Colin Jordan, INA 1963)
http://www.youtube.com/watch?v=fATr5DsifwA&skipcontrinter=1
and today for the new collection of DIOR and LANVIN 2012

- DIOR/LANVIN MEN SS 2012 (ELLE TV Japan)
http://wn.com/%E3%80%90ELLE_TV_JAPAN%E3%80%91_Dior_Homme_Men%27s_SS_2012

I Think Simon Wiesenthal Center can do something against these two very big and
very global compagnies with the new nazis fashions and logos !

Best regards
I wish you a good Purim !
Christian Pose
Ibaraki, Japan

Answer of Rick Eaton, SWC senior researcher

Christian,
I understand your issues with Ms Dior and the historical issues but I don't see how they are promoting Nazism today.
Rick Eaton
SWC Research (Simon Wiesenthal center)

Answer from Christian Pose
Dear Rick,

Yesterday DIOR dressed nazis - like Hugo Boss - today Dior, Lanvin, Boss, dress very rich people all over the world : "the new military occupation", europeans, americans, chineses, japaneses,, those who are rich and powerfull, basically globalization, something like a fourth Reich (the new global business, civil and military power included)...
So basically, ideologically, "fashion of the IIIrd Reich" is over, like the Spiegel show us, under...

How Dior promote Nazism ? Not directly I think, this is a very "feodal political behavior" you knwow to serve absolute power like God, the Reich or the global business today...
Remember the absolute power of IBM in America and in Germany, the absolute power of The Chase Manhattan Bank, JP Morgan Chase, Bank of America, Goldman Sachs and the Rockefeller family - the Black List of the US Department of Justice in 1942 give 5000 names of germans or US pro nazis working in America for the Reich.
The biggest compagnies work always freely...even the heirs of the pro nazi Prescott Bush (2), Harriman, Dillon, Dulles, (3) and so on...

So we can imagine easily the nature of the feodal behavior of these companies today in the stream of the Bush family, half century after Nuremberg...
as we can imagine easily the feodal bahavior of "collabos" in the shadow of Deutsche Bank, Commerzbank, Dresdner Bank, Krupps, Siemens...in Paris.

So Dior/Boss did fashion and design of this feodal behavior. The business of the Reich, or not - I think to the global collaboration -, did the rest; this is I think, the answer to your global question about Nazism,

Even Harvard (MIT, Princeton) believed in the feodal and magic power of the Reich - modern social organization ? We can find good docs in/on Harvard about the topic

So is it possible for Dior to promote Nazism undirectly ? Yes. I think, it's possible, possible to create fashion for the business elite of the New World Order.
Order leading or not by the heirs of the SS (10 000 SS thanks to the US Displaced Person Act ?...) Note, "DIOR MEN SS 2012" or "DIOR MEN S/S is a very direct lecture...

Heirs of the SS (of the nazi ideology) are always, I think, friends of Bilderberg group, Trilateral Commission, Council on Foreign Relation, European commissions, american banksters, White House advertisers, Christians, Catholics in Vatican - other fashion -, where I Think some rich global businessmen lead our brave new christian world (Goldman Sachs, British Petroleum, and so on...)

However il I read LVMH (Moet Hennessy Luis Vuitton) board book of administrators, managers or of shareholders (basically "managers" of DIOR, protectors of the secret shareholder business of the company - feodal behavior again not far from the nazi "pure race condition" I can find other small "hate groups", very rich people, from a very high social level condition who write a new "global socialism" and not the old"National Socialism".

Henry Kissinger, friend of Bilderberg Group and LVMH Board will write this digital terrorist article : "Sur les cendres nous construiront une société nouvelle, il restera seulement une superpuissance de gauche, et seule, elle sera le gouvernement mondial qui gagne. N’oubliez pas, les États-Unis ont les meilleures armes, nous avons des choses qu’aucune autre nation n’a, et nous introduirons ces armes quand le moment sera venu.
La guerre à venir sera si grave qu’une seule superpuissance pourra gagner, et ce sera nous autres. C’est pourquoi les européens ont une telle hâte de former un super état : ils savent ce qui se prépare, et pour survivre, l’Europe devra être un état fort et soudé. Leur empressement me prouve qu’ils savent très bien que la grande épreuve de force est à nos portes.
Nous avons permis à la Chine d’accroître sa force militaire et à la Russie de se remettre de la soviétisation, pour leur donner un faux sentiment de bravade, cela va créer une mort conjointe plus rapide pour eux. Nous sommes comme le tireur d’élite provoquant l’amateur (1) à ramasser le pistolet, et quand ils essaient, c’est sa fin."(2)

Best Regards
Christian Pose

Note 1
Nazi Tibetan connections, Spiegel
- http://einestages.spiegel.de/external/ShowTopicAlbumBackground/a1843/l31/l0/F.html#featuredEntry
- http://einestages.spiegel.de/static/topicalbumbackground/380/die_kinderraub_maschine_der_nazis.html

*********************

Note 2
The CIA protected Adolf Eichmann, architect of the Holocaust
When the New York Times says that “[the] CIA...use[d] former Nazis as informers after World War II,” it is leaving most of the truth out. What is true is that the CIA itself was created by absorbing practically the entire Nazi war-criminal infrastructure. This was documented already in 1988 with material obtained from the US government through the Freedom of Information Act by historian Christopher Simpson
The documents Simpson obtained allowed him to establish just the tip of the iceberg, but that is already plenty. In the same year of 1988, when Simpson’s book was published, the Washington Post reviewed it, and said:
“It is no longer necessary -- or possible -- to deny the fact: the U.S. government systematically and deliberately recruited active Nazis by the thousands, rescued them, hired them and relied upon them to serve American interests and purposes in postwar Europe.”
I’ve read Simpson’s book, so I know that the Washington Post was pulling its punches: it was tens of thousands -- not “thousands” -- of Nazi war criminals that the CIA absorbed, and these Nazis did not serve “American interests and purposes,” but the interests and purposes of the US ruling elite, whose values, I would submit, do not coincide with the values of the great majority of ordinary US citizens.
Not only did the US ruling elite create the CIA by absorbing tens of thousands of Nazi war criminals, but it made sure that the country whose Nazi government had plunged the entire world into a genocidal war continued to be run by the same Nazis after the war!

" Let's start with the caller's statement, that US intelligence was "working with some Nazis." Why is this wrong? Because the phrase, “working with”, implies equality of power. A slave owner does not "work with" his slaves. A jailer does not "work with" his prisoners. And US intelligence officers do not “work with” Nazis who lost the war and are wanted for mass murder.The Nazis recruited by US intelligence were wanted for the most heinous crimes. Many were members of the SS, the Gestapo and the Nazi Leadership Corps.The policy of Nazification, pursued by the US establishment starting at the end of World War II, meant that though the Germans lost the war, Nazis came to dominate powerful institutions in many countries..."(Jared Israel, Emperor's Clothes, 4/1/2004)

US-SS flag outrage (suite)
10 Questions with American Sniper, Chris Kyle - Video - TIME.com
"La tête de mort en tant que symbole guerrier, de combat apparaît déjà du temps des empereurs allemands et devient pendant le 3e Reich le signe de la fidélité inconditionnelle aux idées et à la personne d'Adolf Hitler. Une bague représentant une tête de mort était attribuée par les autorités SS comme signe d'une « valeur intérieure acquise par la lutte et le respect du devoir » et de la fidélité au « Führer ». (Le terrorisme de l'extrême-droite)
....................................

The US movie maker Joshua Sincler fight nazism and Bush nazi connections
Dear Christian,

I hope this email reaches you.
I read your article on Prescott Bush and Silesian Steel in 1942. I have been doing a lot of research on this, and I have a question for you: is there any documentation you know of linking Prescott Bush (directly or indirectly) to any "influential" position at Silesian Steel between 1942 and the end of the war (when he sold his shares for $1.5 million)?
Thanks...

Joshua Sinclair

Cher Joshua,

... Je crois que ce que tu cherches (le lien Prescott Bush/Silesian Steel-entreprise collabo) peut se trouver de différentes façons.
Tu peux l'obtenir à mon sens selon l'une des nombreuses voies de recherches conduisant à la Black List de 1942 (Selon Edwin Black "la liste noire des entreprises collabo-collaboration économique avec l'ennemi sur le sol américain- épinglées durant l'été 1941 passera de 1800 à 5000 à la mi-janvier 1942 p.389 IBM and The Holocaust" citant le New York Times du 14 O1 1942-département du Trésor US 14 01 1942, commission du Congrès 26 03 1942, Departement d'Etat 16 juin 1943 pour les seuls General Aniline and Film Corporation, IG Farben, Standard Oil, IBM...cette piste très publique devrait conduire très fatidiquement au non moins "légal" board des actionnaires de l'Union Banking Corporation, l'UBC (autre collabo recensé) patron de la Silesian Steel.
Le board des actionnaires de l'UBC se trouve aujourd'hui consigné d'un point de vue légal dans le "Vesting Order n°370 : Silesian-American Corp", S.A.C. saisie le 17 novembre 1942 et placée sous le Gouvernement Alien Property Custodian Office, S.A.C. anciennement Consolidated Steel (installée près de Aushwitz-Pologne) vendue par Thyssen et Flick à l'UBC et à la Fifteen Corporation sous complet contrôle de Harriman et Prescott Bush.

Il n'y a pas de doute à ce sujet de nombreux enquêteurs contemporains Glen Yeadon (Indymedia), l'équipe de John Loftus, Anne E.Kornblutt, Robert Lederman, Peter Mertens (mouvement communiste international), John Buchanan (The New hampshire gazette), C. Higham, Tarpley & Chaitkin y compris l'équipe de rédaction du Centre For Research on Globalization de l'économiste M. Chossudovsky pour ne citer qu'eux défendront chacun de tels éléments. La thèse de Higham (comprenant l'affaire Prescott Bush/Harriman) par exemple, comme celle d'Edwin Black (concernant celle d'IBM), ne seront du reste pas contestées par le Centre d'Etudes Nord Américaines de Paris (CENA-EHSS).

A moins que tu ne choisisses, ce dont je doute, la version révisionniste libérale et spécieuse de la Hoover Institution (pour laquelle il n'y a pas d'affaire Bush/nazis et qui s'appuiera sur les oeuvres d'anciens de l'ultra droite du CSIS, de la CIA, du Brooking Institute ou de la John Birch Society) et que je publie à toutes fins utiles dans New Links Bush / Harriman / IIIe Reich-Corporate Fraude, Corporate Crime, War Crime. la semaine prochaine dans ma critique des think tanks neocons US très peu connus en France mais très écoutés par le medef (patronat français), les ministres chiraquiens et thatchériens Juppé, Alliot-Marie, Perben, Sarkozy et de Villepin.

Je crois que d'autres articles et ouvrages en préparation vont sortir dans quelques temps sur ce sujet. Nous publierons pour notre part, courant Juin 2004 (toujours sur l'actualité du crime économique en temps de guerre 1942-1946 et sous le itre de Trade with the Third Reich) de nombreuses ressources bibliographiques et documentaires de l'U.S. National Archives And Records Administration (NARA).
Rappel des trois références de bases qui pourront toujours être contestées :

1. Office of Alien Property Custodian, Vesting Order No. 248 http://www.spiritone.com/~gdy52150/vesting.html
The order was signed by Leo T. Crowley (agent dont la probité sera contestée dans la thèse de Sutton), Alien Property Custodian, executed October 20, 1942; F.R. Doc. 42-11568; Filed, November 6, 1942, 11:31 A.M.; 7 Fed. Reg. 9097 (Nov. 7, 1942) source authentifiée.
See also the New York City Directory of Directors (available at the Library of Congress). The volumes for the 1930s and 1940s list Prescott Bush as
a director of Union Banking Corporation, source authentifiée.

Sutton dans sa thèse révisionniste de 1976 Wall Street and the Rise of The Reich, montrera dans les sources du Ch.7 que le Bankers Directory de 1932 ne divulgue pas le nom de Prescott Bush. Il choisira précisément cette source et non celles de 1930 ou de 1940, pourquoi ? qu'elles étaient ses motivations ? http://www.reformed-theology.org/html/books/wall_street/index.html

2. Alien Property Custodian Vesting Order No. 259: Seamless Steel
Equipment Corporation; Vesting Order No. 261: Holland-American
Trading Corp (voir l'histoire du pool économique Harriman et Bush depuis son début, source authentifiée).

3. Alien Property Custodian Vesting Order No. 370: Silesian-American Corp (S.A.C.)
Source authentifiée, Prescott / Harriman... S.A.C. - former Consolidated Steel sold by Thyssen and Flick to UBC- became part of UBC and Harriman Fifteen Corporation under the complete control of Harriman and Prescott Bush.A bientôt

Christian Pose
.....................................................................................................

Note aux Lecteurs :

Joshua Sinclair (Gianni/John Loffredo) est un cinéaste (médecin et théologien) new yorkais. Il a oeuvré auprès de Soeur Thérésa et de Soeur Rosa en Inde, et milite contre l'apartheid et la violence politique. Il se fera le chantre de la culture zoulou, culture que par exemple un Mazisi Kunene, poète de la tradition orale zoulou, résistant, ancien ministre des finances de l'ANC (1972) et représentant de l'ANC en Europe (1962-1964) (ségrégation et rencontre) présentera à l'occident sous la forme d'un poème fleuve (16000 vers) "Shaka Zulu The Great" (1979, traduit du zoulou en anglais par Mazisi Kunene).

Joshua Sinclair traduira l'épopée de Shaka le roi-guerrier en une fresque historique télévisée intitulée "Shaka Zulu : The Citadel" (2001/1987). Il recevra de nombreuses félicitations ou lettres publiques de soutien notammant des Nations Unies et du Sénat Américain pour son action contre la discrimination en Afrique du Sud et pour son dévouement à la culture noire. Il nous paraît utile d'un point de vue historique de publier ici, avec son aimable autorisation, cinq de ces documents gracieusement envoyés.

          Joshua Sinclair
          CITY OF LA COMMENDATION, CONGRESSIONAL COMMENDATION, NAACP ENDORSEMENT, SENATOR FEINSTEIN CO 198895, UNITED NATIONS COMMENDATION

Joshua Sinclair est également un militant pour le droit et le principe de jugement équitable pour tous et l'auteur de l'oeuvre engagée "Judgment in Berlin" (1988) avec Martin Sheen.

Il aura également co écrit avec R.W.Fassbinder un drame sur différents aspects de la résistance et son ambiguité sous le IIIème Reich, "Lili Marlen" (1981) avec pour actrice principale Hanna Schygulla.

L'on peut lire à titre documentaire l'impressionnante filmographie de Joshua Sinclair sur imdb.com.

La raison de cette correspondance privée consiste initialement en la lecture d'un article intitulé : "L'invention politique du principe d'irresponsabilité, de la pénalisation intensive de la misère et les régimes de responsabilité spécifiques ou le droit se retourne contre le droit" écrit et publié par nos soins sur linked222.free.fr et dédié au sociologue marxiste Suisse Jean Ziegler, ch3-1 et ch3-2.

Joshua s'interresse depuis longtemps à cette période sombre de l'histoire américaine liant les plus riches personnages des Etats Unis au crime de collaboration économique en temps de guerre (WWII). Ici il s'agit de Prescott Bush, grand père de G.W.Bush et de sa collaboration avec le régime et les industriels nazis.

Cette recherche du cinéaste sur l'économie américaine en 1942 et ses liens avec le IIIème reich s'inscrit dans le cadre d'une étude historique globale en vue de l'écriture d'un film et d'un documentaire. Nous invitons les lecteurs à parcourir notre investigation sur cette même question sur : Recherche de matériaux d'histoire criminelle : Corporate Fraude, Corporate Crime, War Crime.

> Dear Mr. Pose!

I really appreciate your critical pages concerning the outrages of Tibetan and Japanese Buddhism.

You may be interested in the following websites:

http://www.trimondi.de/SDLE/Index.htm

http://www.trimondi.de/EN/links.htm

http://www.trimondi.de/H-B-K/inhalt.hi.fr.htm

http://www.trimondi.de/Kalachakra/dec.fr..htm

With greetings

Victor Trimondi

Note aux Lecteurs : Les lecteurs doivent prendre en compte que mon opposition à Victor Trimondi date seulement des premiers jours. Aujourd'hui, après explications, je soutiens son oeuvre anti-nazi. Les docs ci dessous sont donc antérieures à cette remarque justifiée. Ils n'en demeurent pas moins interessants. Bien à vous et à l'Histoire de l'anti nazisme.

Victor Trimondi (Herbert Röttgen), éditeur révolutionnaire allemand durant les années 67-70, édition "Trikont", publiera entre 1967 et 1977 Che Guevara (Bolivian Diary-1968), Régis Debray (Revolution of the Revolution-1968), Daniel Cohn Bendit (The Grand Bazaar-1977) puis sous le label Dianus-Trikont et désormais dans le contexte néospiritualiste des années 77-87 : Theodore Rozak (The Re-enchantment of the world-1983), Nikos Kazantzakis (Buddha The Blue River-1984) David Bohm (the implied order-1985) Lawrence Durell(The smile of Tao-1985) Dalaï Lama XIV (The Logic of Love-1985)...

Victor Trimondi sera un proche du D.L. et organisera à ce titre des conférences bouddhistes internationales en Allemagne et en Autriche jusqu'à ce qu'il découvre les dérives fascistes du bouddhisme tantrique Tibétain et les relations coupables du D.L. et de ses proches conseillers, parents, gurus ou fonctionnaires, avec certains Nazis et ex-nazis.

Victor Trimondi s'engagera dans la critique du Bouddhisme tantrique, du Vajrayana et plus spécifiquement du Kalachakra tel qu'il est dispensé en occident par ses émules.

Si notre cheminement bouddhiste critique croise à plus d'un titre les préoccupations de Victor Trimondi, ce qui justifiera probablement son appréciation ci dessus, nous nous en éloignons d'autant par notre soutien au marxisme, au socialisme et au communisme international autant qu'aux alternatives postcapitalistes contemporaines de la gauche et de l'extrême gauche.

C'est la raison pour laquelle nous publions, à la suite de cette note, notre correspondance à Victor Trimondi.

S'il est nécessaire de critiquer le Bouddhisme tantrique comme le mahayana et le hinayana institutionnels (nous parlons pour notre part, dans notre introduction au bouddhisme, d'histoire judiciaire criminelle et parfois pénale) il est nécessaire d'en nourrir le corps (pour nous la lutte contre la mondialisation et le capitalisme sans prosélitisme religieux), champ que les institutions tibétaines occidentalisées essaient bien entendu d'éliminer par les moyens traditionnels de l'idéologie politique, aujourd'huilibérale et plus encore par une active collaboration à la tibétologie (ou à la bouddhologie tantrique japonaise, chinoise ou indienne) salariée.

Il est certain qu'il existe de sévères "rivalités héréditaires" au sein du tantrisme Tibétain - et bien sur du bouddhisme mondial - (guerres pour lesquelles seront enrolés d'office des bataillons de capitalistes pour diriger une fois encore les masses reconnaissantes) et autant d'alliances stratégiques capitalistes, politiques et militaires typiquement tibétaines et qui se reproduisent en occident comme au temps du moyen-âge tibétain.

Il nous paraît également clair, en tant que religieux militant - et ici je ne suis pas le seul à le penser - que tantrisme capitaliste tibétain et yana (véhicules) familiaux institutionnels sont toujours à la recherche d'un pouvoir séculier - qui se crée, se renouvelle ou se diversifie en fonction des spécificités de l'histoire des influences- aujourd'hui d'une idéologie politique libérale, dominatrice, conquérante et violente : conservatrice, centriste ou démocrate.

L'alliance critique de Trimondi d'avec l'idéologie politique de Samuel P. Huntington (antéchrist de la gauche révolutionnaire et des résistances mondiales)justifiera notre publicité pour appréhenderlibrement et sans censure les sites critiques de Victor Trimondi tout autant que l'ABOL (American Buddha On Line) (l'un des supports bouddhistes US de Trimondi, l'on y trouvera sa bio), que le SCBS, Sonrise Center for Buddhist Studies (think tank chrétien dirigé par James C.Stephens-bio sur site, autre adepte de Samuel P. Huntington. JC Stephens ancien de la Sokka Gakkai-Nichiren Shoshu Academy, du New Age, de l'Hindouisme et promoteur aujourd'hui d'un christianisme missionnaire, est l'un des interviewers US de Victor Trimondi. Pour ceux qui veulent décourvir cet autre aspect idéologique du nouveau monde l'on peut lire de JC Stephens "The dalaï Lama and The anatomy of Politically Correct Buddhism"

Cher Mr. Trimondi

Vous avez fait long, je serai long.
Je suis très surpris que vous puissiez accorder un crédit à ma prose.

En effet, si ma contribution concerne bien les libertés individuelles et collectives et apriori c'est bien ce qui vous motive, nous ne nourrissons pas, je pense, un idéal commun. Si vos vues concernant le tantrayana et ses correspondances sociopolitiques en général sont pertinentes, il est clair qu'elles ne nourrissent pas le même dessein que le mien.
Je veux dire que des pédagogies générales sur le tantrayana sont utiles (au même titre que des Histoires Judiciaires modernes du Bouddhisme). La mise en garde qui s'impose à chacun sur la nature de nos moyens définiera d'autant le champs critique du lecteur et plus encore sa liberté de conscience.Il est également clair que j'ai délibérément pris la peine - bien que n'étant pas écrivain - de mettre le lecteur en garde contre mes propres choix idéologiques critiques. Mes supports critiques ont une racine marxiste. J'étais marxiste avant de devenir bouddhiste.
Je suis toujours marxiste et désormais un ex-moine (mendiant), bouddhiste et marxiste sur le chemin des plus faibles ou des plus déshérités.
J'ai clairement avoué mon adhésion au jodoshinshu réformé japonais (hors les lois religieuses gouvernementales, shintoistes et héréditairement impérialistes), à l'amidisme populaire non communautariste zen contemporain. Chacun travaille afin de combattre misère causes misères, selon ses moyens, uns travaillent dans usines ou vivent des quartiers défavorisés, d'autres militent oeuvrent misérables reduits auprès'étudiants comblés démunis.Je défends sans m'en cacher le communisme socialisme comme deux moyens découdre'avec la structure du capitalisme libéralisme, surpropriété'un certain droit capitalisme. Je campe ma position idéologique, par exemple, face celle, dominante, penseurs libéraux conservateurs droit, juristes civilistes, pénalistes constitutionnalistes écoles franco-japonaises, germano-japonaises américano-japonaises, idéologique laquelle adhère très facilement, bien sur trop, bouddhisme institutionnel Japonais.

Je les cite tant pour ouvrir le champ critique du lecteur que pour nourrir, sans dissimulation, mon alliance aux juristes antiglobalisation Japonais, Arabes ou Indiens souvent marxistes (voir mes New Links sur linked222.free.fr) je pense par exemple aux associations internationales d'avocats et de juristes ALU (Le caire), IADL (Delhi/Bruxelles), JALISA (Tokyo) ... les correspondances ne seront jamais les mêmes, selon que l'on choisit telle voie ou telle autre.

Mes articles, même si je suis un radical, ne relèvent pas d'un absolu ou d'un commandement et concernent également "l'autre", mais un "autre" libéré du spectre d'une "guerre entre religions, opposant cultures ou civilisations à l'échelle mondiale"(et non cet "autre", tel que défini par vous dans un contexte de "clash des civilisations" en termes hégéliens , Hégel qui conduit du reste toujours beaucoup de jeunes chercheurs (philosophes, physiciens, mathématiciens, historiens) ou de jeunes linguistes US de Stanford, de Princeton, de Harvard, de Caltech, du MIT etc, à la CIA ou à la RAND).
Il y a bien une montée de l'extrémisme de droite et de l'occultisme religieux de droite dans le monde et une montée toute aussi surprenante des experts universitaires en dialectiques au services des médias, des universités et des think tanks bipartisans pour en parler une vie durant et auxquels, de façon directe ou indirecte, je crois que vous êtes lié. Ce n'est pas mon cas.Si je ne vous ai pas cité dans mes pauvres articles c'est pour cette raison. Votre ami James C. Stephens dévoile très clairement son attachement à vos vues globales tout en ne cachant pas sa reconnaissance à Samuel P. Huntington "Director of the Institute for Strategic Studies of Harvard".
SP Huntington que vous présentez très sobrement et très aimablement en fin de "The Shadow of the Dalaï lama" (dernière page de conclusion) comme un "cultural critic"... Vous auriez pu tout autant citer sur le terrain spécifique de la manipulation du comportement, de la reproduction, du pouvoir de la parole, de la pensée par le mantra ou le tantra un Noam Chomsky, un Tony Négri, un Edward Saïd, une Romila Thapar ou un Howard Zinn... ils ont eu ou ont encore (au regard du combat que vous menez pour la même vérité) des choses à dire à propos du "commencement d'une culture globale" (a global cultural beginning) sur la base doctrinale du "Clash of civilizations" de S.P.Huntington.

S.P. Huntington a aussi écrit, je crois, un retentissant programme de discrimination anti démocratique en 1975 en compagnie de Crozier et de Watanuki. The Crisis of democracy, Report on the Governability of Democracies to The Trilateral Commission. Trilateral Commission ultralibérale (c'est à dire se nourrissant de tout pour le seul compte du surprofit), à laquelle S.P.Huntington aura très activement contribué aux cotés de D.Rockefeller, Watanabe, Brzezinski, Kissinger et que l'on retrouvera à Bilderberg, à Davos, à la Nouvelle Initiative Atlantique, au CFR, à l'American Enterprise Institute, etc... CFR à qui vous offrez une place dans votre approche de la violence bouddhique (Faure) sans souligner les liens très spécieux qui unissent cet influent groupe de réflexions américain à l'ultradroite militariste internationale, aux vieux pools financiers libéraux douteux qui subventionnent le CFR, aux ex-nazis protégés ou reconvertis par la CIA.

Je cite également le CFR dans mes articles mais dans le contexte toujours avoué de luttes contre les think tanks US et leurs amis, de luttes contre la construction du discours libéral et ultralibéral, causes, cela va sans dire à mes yeux, du nazisme et du fascisme bien avant 1914. CFR qui continue depuis sa création à nourrir de grandes ambitions politiques mondiales avec les différents programmes de la Maison Blanche, du Pentagone, de la CIA, de l'US Federal Reserve, des Nations Unies, du FMI ou de la Banque Mondiale.

Je ne crois pas, bien entendu, à l'honnêteté ou à la viabilité de ces programmes structuraux, pas plus que je ne crois en ceux du Dalaï lama en appui sur une horde de rois eugénistes, avides et violents, règnant sans partage. Je ne crois pas davantage en les enseignements d'un Samuel P.Huntington que je considère comme étant l'un des nombreux créateurs d'idées et d'idéologies économiques politiques libérales (fin du rôle de la démocratie et des états "livrés aux médias", cessation du respect des hiérarchies, des armées et des églises et dans un même temps : levées imposées des barrières douanières des Etats pauvres (Gatt-OMC) pour le compte des seules sociétés internationales, diminution des aides sociales, marginalisation des minorités ethniques et des cultures traditionnelles, ntolérance policière et pénalisation extrême de la misère...) afin de piller les Etats du monde (les nouveaux marchés), les uns après les autres.

L'historien Vietnamien Nguyen Khac Vien (1915-1997) dans son histoire du Viet Nam (L'Harmattan, 1999) écrit aux pages 349 et 350 du chapitre IX intitulé : "L'édification des premières bases du socialisme et la lutte contre le néo-colonialisme américain (1954-1973)" : "(Pour Nixon il fallait) continuer et gagner la guerre, tout en diminuant les pertes en vies américaines et les dépenses, réduire ces pertes et les dépenses à un niveau acceptable par l'opinion américaine, sans pour autant renoncer à imposer au peuple vietnamien les conditions américaines.

Nixon a voulu résoudre ce problème épineux par la "vietnamisation" de la guerre.
Il s'agissait de : renforcer suffisament l'armée fantoche en hommes et en matériel pour en faire un corps de bataille principal qui liquiderait la résistance vietnamienne et constituerait le soutien essentiel d'un gouvernement saïgonnais entièrement dévoué aux intérêts de Washington.
Retirer progressivement les forces terrestres américaines, maintenir au Vietnam des forces d'aviation et d'artillerie américaines suffisantes pour fournir un appui efficace à l'armée fantoche. Cette occupation militaire américaine se perpétuerait tant que ce serait nécessaire.
Rendre la vie intenable à la population par des bombardements aériens massifs, des épandages incessants de produits chimiques, obliger ainsi la population à se regrouper dans les villes contrôlées par les Américains et les fantoches.
Cette "urbanisation forcée" dont le promoteur était Samuel Huntington, professeur à Harvard, devait faire de la partie du Sud Vietnam non contrôlée par les Américains un désert semé de millions de cratères de bombes où aucune végétation ne pousserait plus, où aucun oiseau ne chanterait plus, et où par conséquent les forces évolutionnaires ne pourraient plus ni prendre pied ni renaître, tandis que des millions de ruraux, forcés de se réfugier dans les villes, désormais sans travail, ne pourraient trouver d'autres moyens de vivre que de s'engager dans larmée et la police fantoches.

Dans la zone contrôlée par les Américains, intensifier la "pacification" par les ratissages incessants, l'assassinat des militants et des suspects, l'incarcération et la déportation de centaines de milliers de personnes. les forces militaires et policières sévissant sans répit, la terreur blanche est poussée au maximun. 44 000 agents de pacification spécialement formés doublent la police régulière pour terroriser la population...."

Nguyen Khac Vien obtiendra, pour ce témoignage historique, le Grand Prix de la Francophonie 1992, lequel est décerné par... l'Académie Française. Est-ce donc ce que vous souhaitez aux populations civiles non combattantes vivant en dessous du seuil mondial de pauvreté, une urbanisation forcée des ressources paysannes et ouvrières (ce qui est déjà le cas en Inde, en Afrique, en Amerique du Sud ou en Chine) pour couler les résistances politiques rurales au libéralisme. Politique de la terreur si chère au CFR, au Manhattan Institute et à l'AEI (voir think-tanks attack on democracy), ennemis dévoués comme chacun, sait du marxisme, du socialisme et du communisme ? Peut-on vietnamiser la misère mondiale pour régler son compte aux résistances politiques au libéralisme ?

Vous parlez du danger du néonazisme et du néofascisme par le moyen de la violence bouddhique, c'est là chose utile à comprendre mais probablement pas en louant Samuel P. Huntington ou en dissimulant, dans le corps du langage et des idées, des louanges faites à son oeuvre stratégique, oeuvre qui aura conduit par la volonté de quatre générations de maîtres à penser, d'industriels et de banquiers flibustiers américains, l'économie allemande à l'agonie et Hitler à la tête du Reich. La stratégie politique et militaire de S.P.Huntington ("co signée" par ses amis du PNAC, Project for the New American Century jugé nuisible pour l'humanité par le Tribunal de BRussells, tant à Bruxelles, à Tokyo, à Delhi, à Jérusalem Est et dans le West bank, qu'à Paris, à Montréal et bientôt à Istanbul) est toujours écoutée et appliquée, par de nombreux acteurs connus de l'économie libérale, en Chine, en Amérique Latine, en Europe, en Afrique, en Inde... et au Moyen Orient...

L'occupation et la débacle Irakiennes me donnent malheureusement raison.Pour terminer je dirai sans trop de parti pris que telle cause conduira toujours à son effet. Les sectes tantriques tibétaines ont bien fait subir au Tibet ce que Huntington et ses amis enseignants-chercheurs-théoriciens américains auront fait subir sous Nixon au Vietnnam (mais aussi au Chili, à l'Argentine, au Brésil, au Honduras, au Salvador, aux Caraïbes, au Vénézuela, à l'Afrique) sans jamais être bouddhistes... Ma conception de "l'autre" étant différente de la votre, mes critiques du tantrisme et du bouddhisme déboucheront, je le souhaite, sur d'autres horizons.

Si donc je vous cite, Victor Trimondi, ce sera bien pour vous critiquer comme je critique S.P. Huntington et le Dalaï Lama.

C.Pose

P.S. aux lecteurs : ajoutons que pour une meilleure compréhension du sujet nous avons jugé bon d'intégrer certaines adresses Web qui ne figurent pas dans le mail original adressé à Trimondi, attendu qu'il est sensé savoir de quoi il retourne.

home Ni bonze, ni laïc