Anti-nucléaire — Mouvements — Tribunaux (1)

Anti-nucléaire — Mouvements — Tribunaux (2)

L'expansion du commerce est indiscutablement liée à l'autoritarisme, aux activités clandestines, à la corruption, au crime, à la justice partiale et aux procès truqués.


Lutte anti-nucléaire en Afrique
"South Africa's nuclear experience began under the aegis of the "Atoms for Peace" program when in 1957 it signed a bilateral 50-year agreement for nuclear collaboration with the United States. Under the agreement, South Africa would eventually acquire the Safari-1 nuclear reactor and was assured supply of highly enriched uranium (HEU) fuel for the reactor... "
Histoire : CNS Resources on South Africa's Nuclear Weapons Program
"According to a 1983 U.S. intelligence report, "[deleted passage] indicates that South Africa formally launch(es) a weapons program in 1973," and scientists are instructed to develop gun-assembly, implosion, and thermonuclear weapons designs.
South African and other international sources provide different estimates on the initiation of the nuclear weapons program. According to F.W. de Klerk, president of South Africa from 1989-1994, the decision to "develop a limited nuclear deterrent capability" is made "as early as 1974."

Nuclear Weapons Program
"South Africa’s quest for a nuclear deterrent began with research into peaceful nuclear explosives (PNEs) in 1969. Although Pretoria initially would not confirm it was developing, or possessed, nuclear weapons, it had large natural deposits of uranium, as well as uranium enrichment facilities and the necessary technological infrastructure. In addition, until the late 1980s South Africa had the deeply entrenched fear of its adversaries and the insecurity about its borders that were important incentives in other nations' nuclear programs. "

Africa's pursuit of nuclear power
"Abundant uranium resources also drive the push for nuclear power. According to a 2005 International Atomic Energy Report (IAEA) report (PDF), Africa maintains 18 percent of the world's known recoverable uranium resources. Most operational mines are located in Niger, the Congo, Namibia, and South Africa. Prospecting and other preproduction work is being performed in Botswana, Cameroon, the Central African Republic, Chad, Gabon, Guinea, Libya, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritania, Morocco, Mozambique, Senegal, Tanzania, Uganda, Zambia, and Zimbabwe."
Lutte anti-nucléaire en Chine
"China is gearing up to become the world's biggest producer and operator of nuclear plants. The country plans to build about 30 new reactors by 2020, at a cost totaling 450 billion yuan ($61 billion)."
Lutte anti-nucléaire au Japon
La bombe atomique d'Hiroshima couverte par un brevet français ?
Personne n'osa en 1945 réclamer au gouvernement américain des royalties, bien que finalement on affirmât que la destruction de Hiroshima était couverte par un brevet français! Seul un bénéfice moral était attendu en exigeant que l'opinion mondiale reconnût la contribution française aux massacres d'Hiroshima et de Nagasaki.

Japan warned of possible nuclear leak from US sub, Mari Yamaguchi
The U.S. Navy has warned that a nuclear submarine may have had radioactive leaks during recent port calls in Japan's south, the country's Foreign Ministry said Saturday.
Japan's Foreign Ministry said in a statement that it was informed by the U.S. Navy that a small amount of radiation might have leaked from the nuclear-powered USS Houston as it traveled around the Pacific...
"Rokkasho's Mura to be world's largest source of radioactive Krypton"
"Aomori City, Northern Japan--The new reprocessing plant at Rokkasho-mura if operated will be the largest ever single source of the radioactive gas Krypton-85, causing background levels of radiation to rise by hundreds of thousands of times around the facility, and increasing levels of radiation throughout Japan and eventually the world,"
CNIC-Citizens' Nuclear Information Center
CNIC was established in 1975 in Tokyo to collect and analyze information related to nuclear energy including safety, economic, and proliferation issues and to conduct studies and research on such issues.
Kashiwazaki- Kariwa NPP - Assessment of Impact of Chuetsu-Oki Earthquake Runs into Trouble
"Since the July 2007 Chuetsu-oki earthquake, all seven reactors at the Kashiwazaki- Kariwa Nuclear Power Plant (KK) have been out of operation. The Governor of Niigata Prefecture said that, when considering the fate of the plant, he would keep the option of permanent closure on the table. He has not changed that position. Meanwhile, it was revealed in an internal document leaked to CNIC that Tokyo Electric Power Company (TEPCO) hopes to restart the plant from January next year. The residents of Niigata Prefecture are very worried about operating the plant again, so TEPCO is developing a lobbying campaign to overcome local resistance... "
Abolition 2000 U.S.—India Working Group
Malpractices at Japanese Nuclear Power Plants
"On March 30th twelve Japanese electric power companies submitted reports to the Minister for Economy Trade and Industry about malpractices at their plants. These malpractices included data falsification and fabrication, deliberately duping safety inspectors and failure to report problems such as uncontrolled criticality incidents at Boiling Water Reactors and emergency shut-downs.The reports included 306 cases of malpractice..."
Stop-Nuclear Demolition
Nuclear reactors make nuclear bomb grade plutonium, about 500 lbs a year, and they heat water to make steam.
There is now more deadly uranium in the Drome and Rhone River basin than ever polluted the waters surrounding Chernobyl!
(countercurrents, Nichols/Scampa, 28/07/08)
"L'enceinte de la centrale nucléaire n°4 du Tricastin où est advenue une fuite de poussières radioactives de Cobalt 58, si l'on en croit EDF, est désormais contaminée par des particules radioactives. La radiotoxicité des éléments qu'un seul gramme de Cobalt 58 contient l'équivalent de au moins 329000 doses létales par inhalation. (Trois cent vingt neuf mille). Toute personne qui pénètre désormais dans cette enceinte le fait au risque et péril de sa vie."(Scampa/AIPRI, 1/08/08)
Belene : BNP-Paribas rejette la centrale nucléaire mais pas ses « études »
CRIIRAD : Affaire Litvinenko
Dossier Polonium 210 : La CRIIRAD dénonce le défaut de transparence des autorités,
demande l'interdiction de la vente libre des sources de polonium 210 et la révision de la réglementation qui la permet.
21 ans après Tchernobyl, la catastrophe continue...
Pour les «liquidateurs» c'est déjà de 25 000 à 100 000 morts et plus de 200 000 invalides, et pour les populations exposées à la contamination un bilan qui sera selon les estimations de 14 000 à 560 000 morts par cancers, plus autant de cancers non mortels.
Documentaires sur Tchernobyl - Vidéos... 3% de la matière nucléaire sont responsables du désastre de Tchernobyl, 97% sont toujours dans le sarcophage de béton qui menace de s'effondrer !
Le médecin-chef du service pédiatrique de l'hôpital de Gomel (Bélarus) nous déclare :
"... En 1985, 1 an avant la catastrophe, 200 cas de malformations étaient répertoriés. En 2000, plus de 800 cas, malgré pourtant une baisse considérable des naissances : actuellement 14 à 15 000 naissances/an, contre 28 à 30 000 avant la catastrophe de Tchernobyl"
"Micro Nuclear Hydrogen bombs, Do they Exist ? It seems quite likely they do..." WTC Nuclear Demolition

“No one has designed a new nuclear weapon in the United States since the 1980s, and no one has built a new one since the early 1990s.”
In fact, Gates said, “the United States is the only declared nuclear power that is neither modernizing its nuclear arsenal nor has the capability to produce a new nuclear warhead.” No weapons in our arsenal have been tested since 1992,so the information on which we base our annual certification of the stockpile grows increasingly dated and incomplete,” Gates said. “At a certain point, it will become impossible to keep extending the life of our arsenal – especially in light of our testing moratorium. It also makes it harder to reduce existing stockpiles, because eventually we won’t have as much confidence in the efficacy of the weapons we do have.” “It presents the challenge of, ‘How do you maintain nuclear weapons without testing?’” he said. “And it requires a deeper understanding of the science and engineering of nuclear weapons, because you do not have new data from nuclear weapons tests.” (Defense Secretary Robert M. Gates, DoD, 30/10/08

Les nouvelles dérives protofascistes américaines

Si la relance des violentes commotions d'adhésions au libre échange global US (est-ouest/nord-sud) est garantie avec une victoire de John Mac Cain lors de l'élection présidentielle 2008 elle ne le sera pas moins avec celle de Barack Obama. Le propos de Robert Gates est sans ambiguité. Quelques soient le scrutin présidentiel et la majorité dégagée au Congrès "la seule majorité qui comptera" sera, comme sous les mandats de Clinton, celle des lobbys conservateurs et néolibéraux d'affaire.
Lutte anti nucléaire au Canada
Canadian Coalition for Nuclear Responsibility / Regroupement de surveillance du nucléaire
Gulf War Syndrome, Depleted Uranium
and the Dangers of Low-Level Radiation
Histoire : Use of Canadian Uranium ~ in the World's First Atomic Bombs ~
Nucléaire-France
L'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) impose à la SOCATRI l’arrêt de ses activités. L'ASN note une série de dysfonctionnements et de négligences humaines qui n'est pas acceptable" et transmettra, à ce titre, un procès-verbal de ces constats dans les prochains jours au Procureur de la République de Carpentras. (Excellent dossier posté par Next-Up)
Nouveau dysfonctionnement grave sur le site nucléaire du Tricastin.

La fuite qui s’est produite a conduit à un rejet dans l’environnement plus de 100 fois supérieur à la limite annuelle. L’activité massique des effluents serait d'environ 300 000 Bq/l, soit un dépassement de plus de 6 000 fois la limite réglementaire. (Criirad, 8/7/08)
L’EPR de Sarkozy est inutile, les accidents ont déjà eu lieu, le nucléaire c’est déjà de 1,1 à 61 millions de morts !!!
Nucléaire, souffrance psychique et crise psychiatrique
Du mensonge à la catastrophe nucléaire , Tout suicide est un choix personnel." Philippe Toison, avocat d'EDF
"EDF enregistre un quart de suicides en moins par rapport à d'autres secteurs professionnels», soit une vingtaine de suicides en 2006 pour 140 000 agents.
Souffrance psychique et environnement, pour une psychiatrie altermondialiste
"Il est grand temps de stopper la dérive de la psychiatrie vers une méthode de contrôle social obéissant aux intérêts de la mondialisation libérale, et de redonner à la conscience individuelle le plein exercice de sa responsabilité éthique et citoyenne. Pour construire un nouveau rapport individuel et planétaire à l’Autre et au Temps, symbolisé par la préservation de notre milieu naturel. Et guérir enfin de la folie de la croissance et de la consommation..."
Décroissance
Les enfers, Mines & Communities
Linked222 soutient la lutte anti-mines mondiale de Mines & Communities et tout particulièrement les oppositions civiles à la persistance des chantiers d'Ivanhoe Mines Ltd. à Oyu Tolgoi et Nariin Sukhait en Mongolie (bronze, or, cuivre, charbon, etc...).
South Africa: Congo mercenaries alleged to be intimidating communites,
"The chairperson of Jubilee South Africa alleges that a band of DRCongo mercenaries is being employed to back the illegal designs of a BEE (Black Economic Empowerment) mining company led by two distinguished South Africans.
Under a recent option agreement, Australian junior company, Nkwe Platinum, is now poised to acquire the majority of mining rights. Could this presage a frightening new development in the war for platinum along South Africa's northwestern Bushveld ?..."
Jubilee South Africa - GLOBALISATION, MARGINALISATION & NEW SOCIAL MOVEMENTS IN POST- APARTHEID SOUTH AFRICA
Workers Issues
"No one knows exactly how many people dig up and process the minerals on which all of us, to some extent, depend. - a quarter of a billion worldwide may not be an outlandish estimate. Only a small proportion enjoys the benefits of unionisation, though this is no guarantee that their rights will be protected (see: "Organised").
Barrick's Dirty Secrets: Communities Respond to Gold Mining's Impacts Worldwide (may 1st 2007)
A new CorpWatch report details the operations of Barrick gold in nine different countries, focusing on the efforts on the part of the communities to seek justice from this powerful multinational.
Histoire, Mines-Japon
Tanaka Shozo (1841–1913) défenseur des montagnes, opposant civil antimine, pionnier des luttes antipollution, inspirateur de la pensée de la lutte antibarrage et anti Etat pour la sauvegarde des droits de l'homme, de la nature et de la faune.
Remake Politics, Not Nature : Tanaka Shozo’s Philosophies of “Poison” and “Flow” and Japan’s Environment
"Tanaka’s environmental philosophy and activism existed not only as an environmentalist exaltation of nature but as a historically specific polemic against the Committee’s proposals and the state’s 1896 River Law.
The Ashio Copper mine pollution case : The origins of environmental destruction (8Ch.) by Kichiro Shoji, Masuro Sugai "
Deux aspects des choses
"Espoir" Solar Vehicles - Quebec
The First Practical Fuel-less Transport On Earth
"Faux espoir" Solar Net (NGO) - Japan
"Solar Net was established in 1995 for the purpose of transferring technologies of home-size PV systems mainly to countries where many areas lack access to electricity. Cooperation with Indonesia NGO, GENI (Salatiga, central Java)"
Certaines banques associatives japonaises (ONGs) soutiennent bien "Grameen Telecom Village Phone Programme" de Mohamed Yunus. Grameen, modélisé dans plus de 80 pays, surfe sur la vague féministe de l'ONU des années 1975, puis sur celle des aides civiles des années 1990, du FMI, de la Banque Mondiale, du gouvernement américain, des réseaux informatifs bancaires et humanitaires de personnalités comme George Soros, Bill Clinton, Jaques Attali, etc...
La preuve par l'examen
"100 millions de cellulaires GSM 900 pour 68000 villages"
Si Mohamed Yunus remet en question Compartamos (qu'il faut accuser à l'instar du micro-crédit bien évidemment) il n'en faut pas moins lire avec tout autant de sévérité ce tout récent document "Grameen II" que je réintitule "1OO millions de cellulaires GSM 900 pour 68 000 villages " (aberrant objectif "humanitaire" de Grameen Telecom qui réduit le sort d'une population à "une révolution techno-informative rurale" et aux activités d'un méga-multimicro-crédit, Grameen bank) qui, selon les mots de Yunus lui-même, se résume à l'axiome rassurant : "Les pauvres remboursent toujours"... "
« OUI, J’AI UNE POLITIQUE ETRANGERE : MON OBJECTIF EST DE DEVENIR LA CONSCIENCE DU MONDE. » George Soros supporter de Mohamed Yunus (Heather Cottin, Covert Action Quarterly/Chiffon Rouge)
Microcrédit : Les grandes banques internationales et les multinationales intéressées
Le microcrédit intéresse de plus en plus les grandes banques internationales, comme la néerlandaise ING et l’américaine Citigroup et des entreprises multinationales. Soros partenaire de Mohamed Yunus... (Nora Boudedja, El Watan)
Le Right Livelihood Award accordé récemment à Grameen Shati pour l'équipement de villages du Bangladesh en ateliers de construction de panneaux solaires et de micro structures biogaz confirmera que de bons outils peuvent être mis entre les mains de dangereux concepteurs. Ici l'autoproduction en énergie alternative ne pourra bien évidemment pas régler la question de la misère puisque l'on évolue dans une perspective de "prédéveloppement-développement", de productivité, de croissance et non comme il faudrait de décroissance.

Tribunaux

THE FINAL SESSION OF THE TPP COLOMBIA
The companies under trial for their policies and practices in Colombia are:
Cola, Nestlé, Chiquita Brands, BP, OXI, Repsol, , Cemex, , Muriel, Glencore-Xtrata, Anglo American, Bhp Billington, Anglo Gold, Monsanto, Smurfit Kapa – Cartón de Colombia, Multifruits S.A. – Delmonte, Pizano S.A y su filial Maderas del Darién, Urapalma S.A, Dyncorp; Unión Fenosa, Aguas de Barcelona, Canal Isabel II, Endesa, Telefónica y TQ3.
Similarly the governments of Colombia and the countries with the headquarters of these companies are under trial.
The recovery of historical memory, the search for truth, justice and complete compensation for the victims, the strengthening of the social movement, the rebuilding of organisations and contribution in the search for quality of life, are some of the aims of this process, which started in Bern, Switzerland in November 2005, and concludes its first phase at the final hearing and judgement on July 21, 22 and 23 in Bogota.

Un tribunal (pénal) international pour les sociétés transnationales ?
Le Tribunal permanent des Peuples accuse les transnationales de violation des droits humains
Inde - Civil and Uncivil Societies
Independant People's Tribunal on the World Bank Group in India
Violence -exclusion
Report of national consultation on Minorities and biaises in text books "(...) education controls the mind of the people and hence was very important. But unfortunately textbooks were full of biases against the minorities and were not written scientifically and objectively and hence bringing about reform in the text books are very important..."
Hindutva's Uncivil Society in Eastern UP: Its time stop the hate spewing yogi of Gorakhpur
Témoignages,
les Confessions d'un assassin financier
"« Les assassins financiers, écrit John Perkins, sont des professionnels grassement payés qui escroquent des milliards de dollars à divers pays du globe. Leurs armes principales : les rapports financiers frauduleux, les élections truquées, les pots-de-vin, l’extorsion, le sexe et le meurtre. »
Repenser l'action politique de gauche, essai de Pierre Mouterde
"Pour une politique éthique de l'affirmation de soi
"Ce dernier chapitre sur l'éthique fait spécifiquement écho au chapitre 5 "Reconstruire le "Nous", la rupture démocratique"... Mouterde tient à insister sur le fait que revaloriser le politique ne signifie pas mettre de côté l'éthique. Au contraire, cela voudra dire établir de nouveaux rapports entre l'un et l'autre, penser mieux leur inter relation et surtout concevoir l'action humaine sur d'autres bases que celles auxquelles nous a accoutumé une bonne partie de la tradition occidentale. "
SES PROPRES MOYENS, essai d'André Thibault
"(...)Les produits culturels commerciaux appaisent sur le moment les désirs et les manques, et bien sûr, la demande d'apaisement momentané est forte et on la ressent tous à un moment ou à un autre. Les oeuvres de création au contraire véhiculent volontiers des pensées inconfortables qui nous confrontent aux exigences de la croissance et de la survie dans un monde difficile. Le show anesthésie les états d'âmes bouleversants en les canalisant dans des représentations imaginaires tellement étrangères aux conditions de nos propres combats que nos pulsions en sont stérilisées."











Lutte anti-nucléaire en Afrique

Aliénation, destruction, propagande d'Etat et néolibéralisme en action
Nuclear Overview
"South Africa's nuclear experience began under the aegis of the "Atoms for Peace" program when in 1957 it signed a bilateral 50-year agreement for nuclear collaboration with the United States. Under the agreement, South Africa would eventually acquire the Safari-1 nuclear reactor and was assured supply of highly enriched uranium (HEU) fuel for the reactor. The South African Atomic Energy Board (AEB)–forerunner to the Atomic Energy Corporation (AEC)–had already been established in 1948.
In 1965, the U.S. firm Allis Chalmers Corporation delivered to South Africa the 20MW Safari-1 nuclear reactor and 90% HEU to fuel it. The Safari-1 reactor is located in Pelindaba, near Pretoria. The facility was commissioned the same year. By 1967, South Africa had constructed its own reactor, the Safari-2 (also known as Pelinduna or Pelindaba-Zero) also located at Pelindaba. It went critical using 606kg of 2% enriched uranium and 5.4 metric tons of heavy water, both supplied by the United States. Safari-2 was part of a project to develop a reactor moderated by heavy water, fueled by natural uranium, and cooled by sodium. However, only a few years later South Africa abandoned the critical assembly at Pelindaba and heavy water reactor project because it was draining resources from its uranium enrichment program which was initiated in 1967.The assembly was dismantled in 1970..."
Histoire : CNS Resources on South Africa's Nuclear Weapons Program
"According to a 1983 U.S. intelligence report, "[deleted passage] indicates that South Africa formally launch(es) a weapons program in 1973," and scientists are instructed to develop gun-assembly, implosion, and thermonuclear weapons designs.
South African and other international sources provide different estimates on the initiation of the nuclear weapons program. According to F.W. de Klerk, president of South Africa from 1989-1994, the decision to "develop a limited nuclear deterrent capability" is made "as early as 1974." International Atomic Energy Agency (IAEA) safeguards officials charged with verifying South Africa's past nuclear activities likewise report that the prime minister approves a "limited program for development of nuclear weapons as a deterrent" in 1974.
But according to Waldo Stumpf, head of the Atomic Energy Corporation (AEC), the government officially does not change the objective of its nuclear explosive program from peaceful purposes to developing a nuclear deterrent capability until 1977. Armaments Corporation (Armscor) officials maintain that in October 1978, Prime Minister P.W. Botha decides "to shift the emphasis" of the nuclear program from peaceful nuclear explosives to developing nuclear weapons, just one month after taking office..."
Nuclear Weapons Program
"South Africa’s quest for a nuclear deterrent began with research into peaceful nuclear explosives (PNEs) in 1969. Although Pretoria initially would not confirm it was developing, or possessed, nuclear weapons, it had large natural deposits of uranium, as well as uranium enrichment facilities and the necessary technological infrastructure. In addition, until the late 1980s South Africa had the deeply entrenched fear of its adversaries and the insecurity about its borders that were important incentives in other nations' nuclear programs.
South Africa was isolated from interactions and activities with most of the developed countries for many years because of its nuclear weapons development program and the practice of apartheid. This isolation was especially true in the areas of nuclear energy and its applications. South Africa developed a complete nuclear fuel cycle, including advanced waste management techniques. South Africa operates two nuclear power reactors (built by the French, but based on a Westinghouse design) at Koeberg near Cape Town..."
Address by Ms Buyelwa Sonjica, MP, Minister of Minerals and Energy at South Africa's Nuclear Energy and Uranium Renaissance Conference
Africa's pursuit of nuclear power, Igor Khripunov
"The attitudes of African decision makers, experts, and public about nuclear power range from negative/cautious to positive/enthusiastic. Supporters perceive nuclear power as a "silver bullet" that would allow the continent to demonstrate both technical progress and prowess.
The search for cleaner energy sources such as nuclear is also motivated by widespread concern that Africa is more vulnerable than other regions to climate change. Some of the serious consequences of climate change in Africa could include desertification, food shortages, epidemics, insufficient water supply, coastal erosion, and increased refugees. A study by the University of Pretoria estimates that crop failure due to rising temperatures could cost $25 billion.
Abundant uranium resources also drive the push for nuclear power. According to a 2005 International Atomic Energy Report (IAEA) report (PDF), Africa maintains 18 percent of the world's known recoverable uranium resources. Most operational mines are located in Niger, the Congo, Namibia, and South Africa. Prospecting and other preproduction work is being performed in Botswana, Cameroon, the Central African Republic, Chad, Gabon, Guinea, Libya, Madagascar, Malawi, Mali, Mauritania, Morocco, Mozambique, Senegal, Tanzania, Uganda, Zambia, and Zimbabwe.
Uranium is increasingly perceived as an important part of a country's national wealth and as a political tool equal to oil and gas. And African countries with uranium deposits don't simply want to ship ore and yellowcake to industrialized nations; there's a growing sentiment that energy-starved Africa is destined to take advantage of its uranium to help rapidly establish a thriving, contemporary economy...."

Lutte anti-nucléaire en Chine

China Nuclear Power Poised for Export in `Self-Reliance' Bid
"China is gearing up to become the world's biggest producer and operator of nuclear plants. The country plans to build about 30 new reactors by 2020, at a cost totaling 450 billion yuan ($61 billion). Deals signed this year with Westinghouse Electric Co. and Areva SA will put the Chinese in position to copy the latest technology. Its biggest threat may be as a competitor in selling the $3 billion to $5 billion nuclear plants at home and abroad. China's atomic industry may follow the copy-and-compete blueprint laid out by local makers of cars, drugs and coal-fired power plants says Bloomberg's Dune Lawrence and Alan Katz..."
China Power International
"China Power is the only red chip listed company among the five national power generating groups. Its principal business is to develop, construct, own, manage and operate large power plants in China. We are the wholly-owned subsidiary of China Power International Holding Limited (“CPI Holding”), a company incorporated in Hong Kong in 1994, and are ultimately controlled by China Power Investment Corporation (“CPI Group”), one of the five largest national power generating groups..." (Ms Li, CEO, ex-MIT)


Lutte anti-nucléaire au Japon

La bombe atomique d'Hiroshima couverte par un brevet français ?
Personne n'osa en 1945 réclamer au gouvernement américain des royalties, bien que finalement on affirmât que la destruction de Hiroshima était couverte par un brevet français! Seul un bénéfice moral était attendu en exigeant que l'opinion mondiale reconnût la contribution française aux massacres d'Hiroshima et de Nagasaki.

Japan warned of possible nuclear leak from US sub
The U.S. Navy has warned that a nuclear submarine may have had radioactive leaks during recent port calls in Japan's south, the country's Foreign Ministry said Saturday.
Japan's Foreign Ministry said in a statement that it was informed by the U.S. Navy that a small amount of radiation might have leaked from the nuclear-powered USS Houston as it traveled around the Pacific...
Japan Congress Against A- and H-Bombs
La Gazette Nucléaire
1993 (Genzuikin / Greenpeace)
"Le gouvernement Japonais a passé outre aux nombreuses critiques (émises dans le monde entier), en autorisant le transport d'une quantité énorme de Plutonium, par le bateau Akatsuki-Maru. A présent, le gouvernement est sur le point de lancer la construction de la plus grande usine de retraitement du monde. Les quantités de combustible irradié, retraitées annuellement, seront de 800 tonnes. Etant donné que le nouveau plan de construction de l'usine ne comporte plus de programme de filtrage du Krypton 85, et qu'en conséquence, ce gaz dangereux sera libéré dans l'air, une nouvelle vague d'indignation secoue les populations..." (Ichiro MORITAKI, 16.4.93)
ROKKASHO-MURA TO BE WORLD'S LARGEST SOURCE OF RADIOACTIVE KRYPTON GREENPEACE CALLS FOR FULL DISCLOSURE
"Aomori City, Northern Japan--The new reprocessing plant at Rokkasho-mura if operated will be the largest ever single source of the radioactive gas Krypton-85, causing background levels of radiation to rise by hundreds of thousands of times around the facility, and increasing levels of radiation throughout Japan and eventually the world, Greenpeace claimed today. After ten days of sampling around Rokkasho-mura on the Pacific coast, and throughout Aomori Prefecture, a radiation monitoring team today was collecting background atmosphere samples in the Prefectural capital. In a challenge issued to Governor Kimura and the nuclear facilities owners, Japan Nuclear Fuel Limited (JNFL), Greenpeace called for full disclosure of the estimates made on the concentrations of the radioactive gas Krypton-85 which will be released as soon as the plant begins operation scheduled for 2005..."

CNIC-Citizens' Nuclear Information Center
CNIC was established in 1975 in Tokyo to collect and analyze information related to nuclear energy including safety, economic, and proliferation issues and to conduct studies and research on such issues.

Kashiwazaki- Kariwa NPP - Assessment of Impact of Chuetsu-Oki Earthquake Runs into Trouble
New
"Since the July 2007 Chuetsu-oki earthquake, all seven reactors at the Kashiwazaki- Kariwa Nuclear Power Plant (KK) have been out of operation. The Governor of Niigata Prefecture said that, when considering the fate of the plant, he would keep the option of permanent closure on the table. He has not changed that position. Meanwhile, it was revealed in an internal document leaked to CNIC that Tokyo Electric Power Company (TEPCO) hopes to restart the plant from January next year. The residents of Niigata Prefecture are very worried about operating the plant again, so TEPCO is developing a lobbying campaign to overcome local resistance...
A conclusion has more or less emerged amongst researchers concerning the location and shape of the earthquake plane where the Chuetsu-oki earthquake originated. However, opinions still vary concerning the location and length of the submarine active fault that connects with that fault plane. This fault is called the "F-B fault" (see Fig. 1). The question is, how far does it go? In 1979 TEPCO assessed that it was 8 kilometers long and that it was not active. In 2003 TEPCO realized that it was a 20 kilometer-long active fault, but did not publicly announce this. The government also knew, but remained silent. In December 2007 TEPCO admitted that it was 23 kilometers. In March 2008 it revised this to 30 kilometers and on 28 April 2008 it increased its estimate again to 34 kilometers. The committee has begun to debate Mitsuhisa Watanabe's theory that the 50-60 kilometer Eastern Boundary Fault of Sado Basin and the F-B Fault are connected... " (Yukio Yamaguchi - CNIC Co-Director)

Rokkasho and Japan's Nuclear Fuel Cycle Policy
"ince May 2006, Japan Nuclear Fuel Ltd. (JNFL) has been conducting "active tests" of its Rokkasho Reprocessing Plant in Aomori Prefecture. Step 3 of the 5-step tests was completed in April 2007, but in the same month it was discovered that errors in calculations of earthquake resistance had been covered up (NIT 118). The equipment in question included the fuel-shearing machine and spent fuel-handling equipment. As a consequence, the tests were put on hold... JNFL had planned to commence full operation of the plant in November this year. However, due to the revelation of the incorrect earthquake resistance calculation and the time taken to reinforce the equipment, the active tests are running way behind schedule. Hence, the date for commencement of full operations has been pushed back to February 2008. This is the eleventh time the schedule has been revised. Considering the time required for the government's inspection and the various political procedures involved, including those associated with safety agreements with the local and prefectural governments, even this schedule will be very difficult to achieve."
The Rokkasho Reprocessing Plant (Time Line)
Japan's Nuclear Earthquake Safety Shaken to the Roots
"nformation about the condition inside the plant buildings has not been announced, but there is no doubt that there would have been damage to walls and equipment. The earthquake design basis for this nuclear power plant assumed a so-called "extreme design earthquake". (The "extreme design earthquake" was thought to be impossible in reality, but it was chosen just to be on the safe side.) On this occasion the earthquake exceeded this so-called "extreme design earthquake". Indeed, based on the information released by TEPCO, for Unit 1 it was 2.5 times as strong as the "extreme design earthquake". It is said that this earthquake was caused by movement of a 30km long, 25km deep fault. This fault was not discovered during the surveys carried out for the design of the Kashiwazaiki-Kariwa nuclear power plant. Instead, a fault located 20 kilometers away was identified. The fault identified at that time was part of the fault which caused an earthquake in the same region in 2004..."
Japan : Information on Incidents and Failures
La version de la NISA - Nuclear and Industrial Safety Agency - n'est cependant pas plus fiable que celle de la TEPCO, il y aura de nouvelles falsifications de rapports à n'en pas douter, C.P.

Abolition 2000 U.S.—India Working Group New
The US-India nuclear deal seeks to lay the basis for the sale of nuclear material and technology to India, even though India is not an NPT party, and is considered a non-weapon state under the terms of the Treaty, and does not have full-scope safeguards on its nuclear facilities. According to the International Panel on Fissile Materials, the deal would, as currently structured, allow India to divert more of its own uranium resources to significantly expand production of plutonium for nuclear weapons. (Source CNIC)

Japan's Plutonium
On 23 February 2007 the Federation of Electric Power Companies (FEPCO) published a compilation of Japan's electric power companies' "plutonium utilization plans" for the 2007 Fiscal Year (1 April 2007 - 31 March 2008).

"Once again no indication is given of by when the plutonium separated at the Rokkasho reprocessing plant will be used up.
Malpractices at Japanese Nuclear Power Plants
"On March 30th twelve Japanese electric power companies submitted reports to the Minister for Economy Trade and Industry about malpractices at their plants. These malpractices included data falsification and fabrication, deliberately duping safety inspectors and failure to report problems such as uncontrolled criticality incidents at Boiling Water Reactors and emergency shut-downs.The reports included 306 cases of malpractice..."

Alertes sismiques au Japon
Earthquake & Volcano;Tsunami Warnings/Advisories; Most Recent Earthquake Information within one week
Classification of Volcano Information
Weather Observations; Satellite Imagery

WISE-Plutonium Investigation

" Stop nuclear demolition"

Nuclear reactors make nuclear bomb grade plutonium, about 500 lbs a year, and they heat water to make steam.
There is now more deadly uranium in the Drome and Rhone River basin than ever polluted the waters surrounding Chernobyl! (countercurrents, Nichols/Scampa, 28/07/08)
"L'enceinte de la centrale nucléaire n°4 du Tricastin où est advenue une fuite de poussières radioactives de Cobalt 58, si l'on en croit EDF, est désormais contaminée par des particules radioactives. La radiotoxicité des éléments qu'un seul gramme de Cobalt 58 contient l'équivalent de au moins 329000 doses létales par inhalation. (Trois cent vingt neuf mille). Toute personne qui pénètre désormais dans cette enceinte le fait au risque et péril de sa vie."(Scampa/AIPRI, 1/08/08)

Action importante à l'adresse de BNP-Paribas

Acte I :
12 banques ripoux internationales ont rejetté le projet de construction de la centrale nucléaire de Belene en Bulgarie (deux réacteurs de 1000 MW de technologie russe - type VVER 1000/B466 doivent être construits pour un coût de 4 milliards d’euros) du fait de ses risques (géophysiques, business et perspectives) : Société Générale, Merril Lynch & Co, Morgan Chase, Credit Suisse First Boston, Citibank, Lehman Brothers, Commerzbank, Deutsche Bank. BNP-PARIBAS a accepté !!
Acte II :
Belene : BNP-Paribas rejette la centrale nucléaire mais pas ses « études »
"C’est une victoire encore incomplète pour les Amis de la Terre, Greenpeace, Urgewald et la coalition bulgare BeleNE : BNP-Paribas leur a affirmé hier qu’elle ne participerait pas au financement de la centrale nucléaire controversée de Belene, en Bulgarie (5 milliards d’euros)...
Acte III :
Mais elle reste impliquée avec 15 autres banques dans le financement des « études d’ingénierie » liées au projet (250 millions d’euros). Cette position est contradictoire, d’autant que le client de BNP-Paribas, l’entreprise d’électricité bulgare NEK, affirme au contaire que le prêt servira à débuter la construction. BNP-Paribas et les autres banques impliquées prennent un fort risque d’image. Les ONG leur demandent de rejetter ce financement..." (Les amisdelaterre)

CRIIRAD : Affaire Litvinenko
Dossier Polonium 210 : La CRIIRAD dénonce le défaut de transparence des autorités,
demande l'interdiction de la vente libre des sources de polonium 210 et la révision de la réglementation qui la permet.
Création du laboratoire CRIIRAD - Bandazhevsky
Rappel
21 ans après Tchernobyl, la catastrophe continue...
Pour les «liquidateurs» c'est déjà de 25 000 à 100 000 morts et plus de 200 000 invalides, et pour les populations exposées à la contamination un bilan qui sera selon les estimations de 14 000 à 560 000 morts par cancers, plus autant de cancers non mortels.
Documentaires sur Tchernobyl - Vidéos... 3% de la matière nucléaire sont responsables du désastre de Tchernobyl, 97% sont toujours dans le sarcophage de béton qui menace de s'effondrer ! (youtube)
21 ans après Tchernobyl, la catastrophe continue...
Pour les «liquidateurs» c'est déjà de 25 000 à 100 000 morts et plus de 200 000 invalides, et pour les populations exposées à la contamination un bilan qui sera selon les estimations de 14 000 à 560 000 morts par cancers, plus autant de cancers non mortels...
" A la ferme du kolkhoze Petrovski, on m'a montré un porcelet dont la tête ressemblait à celle d'une grenouille: à la place des yeux il avait des excroissances tissulaires où l'on ne distinguait ni cornée ni pupille.
- C'est un de nos nombreux monstres - m'a expliqué Piotr Koudine, vétérinaire du kolkhoze - Ordinairement, ils meurent sitôt venus au monde, mais celui-là vit encore.
La ferme est petite: 350 vaches et 87 porcs. En cinq ans avant l'accident nucléaire, on n'y a enregistré que trois cas de monstruosité parmi les porcelets et pas un parmi les veaux. En un an après l'accident, il y a eu 64 monstres: 37 porcelets et 27 veaux. Dans les neuf premiers mois de 1988: 41 porcelets et 35 veaux. Ces derniers naissent le plus souvent sans tête ni extrémités, sans yeux ou côtes. Les porcelets sont exophtalmiques, ont le crâne déformé, etc.
- Et que disent les savants ? à Kiev, on a créé un institut spécial de radiologie agricole.
- Ils n'ont pas manifesté un intérêt particulier pour notre ferme, m'a répondu Piotr Koudine. Ils ont examiné plusieurs cadavres de nouveau-nés monstrueux et déclaré que ce phénomène pouvait être provoqué par des centaines de causes n'ayant rien à voir avec la radiation. Je suis vétérinaire, donc je le sais moi aussi, mais les statistiques de la monstruosité m'obligent à distinguer une cause bien déterminée. Car les fourrages sont produits par des champs contaminés par les radionucléides. Et puis, les responsables du stockage refusent notre bétail car les doses de radiations qu'il a reçues sont supérieures à la norme.
La porchère ayant sorti le porcelet monstre pour que je puisse le photographier, m'a dit, les larmes aux yeux:
- Ma fille vient de se marier. Comment sera mon petit-fils ?... "(dissident-media.org)

Le médecin-chef du service pédiatrique de l'hôpital de Gomel (Bélarus) nous déclare :
"... En 1985, 1 an avant la catastrophe, 200 cas de malformations étaient répertoriés. En 2000, plus de 800 cas, malgré pourtant une baisse considérable des naissances : actuellement 14 à 15 000 naissances/an, contre 28 à 30 000 avant la catastrophe de Tchernobyl"
" Actuellement, les malformations que nous constatons en tant que médecins sont beaucoup plus compliquées qu'avant. Ce sont en majorité des malformations du coeur, du système cardio-vasculaire, du tube digestif, des reins Ces altérations rendent les enfants invalides.
L'augmentation des leucémies et du cancer de la thyroïde est un des problèmes graves. Nous ne nous occupons pas, dans ce service, des enfants diabétiques qui sont traités dans un service d'endocrinologie, mais nous avons rencontré ici des cas de diabètes chez les nouveaux nés et savons qu'il y a une hausse de ces maladies. Nous constatons une grande baisse de l'immunité et beaucoup d'anémies ; les maladies infectieuses se manifestent avec beaucoup plus de gravité.
Nous observons aussi des maladies qui habituellement ne sont pas caractéristiques des enfants, liées à une forte tension artérielle, des altérations du rythme cardiaque. Les cataractes font partie des malformations de naissance. C'est une maladie pourtant très rare chez l'enfant et que l'on observe de plus en plus..." (dissident-media.org)

911 revelation : "Nuclear Demolition" (vidéo-youtube) New
Elevated values of tritium in the aera of WTC but not elsewhere in New York; The thermal survey of the WTC 9/16/2001 found hotspots up to 1341 F (+-720°C); pulverisation of 99% of concrete into ultra fine dust; record concentrations of atomic size metal particles found in dust studies due to ablated steel; fused concrete and steel nothing less than a nuclear device could create this; vehicules were incinerated and melted by extreme temperatures; the steel were superhot, some of their interiors were heated up into 7000°C; ground zero bears the hallmarks of a nuclear event;Tchernobyl...
Thermite Experiment

"Micro Nuclear Hydrogen bombs, Do they Exist ? It seems quite likely they do..." WTC Nuclear Demolition 2 (part 1), (part 2), (part 3) (vidéo-youtube)

“No one has designed a new nuclear weapon in the United States since the 1980s, and no one has built a new one since the early 1990s.” (cliquer sur le titre)
In fact, Gates said, “the United States is the only declared nuclear power that is neither modernizing its nuclear arsenal nor has the capability to produce a new nuclear warhead.” No weapons in our arsenal have been tested since 1992,so the information on which we base our annual certification of the stockpile grows increasingly dated and incomplete,” Gates said. “At a certain point, it will become impossible to keep extending the life of our arsenal – especially in light of our testing moratorium. It also makes it harder to reduce existing stockpiles, because eventually we won’t have as much confidence in the efficacy of the weapons we do have.” “It presents the challenge of, ‘How do you maintain nuclear weapons without testing?’” he said. “And it requires a deeper understanding of the science and engineering of nuclear weapons, because you do not have new data from nuclear weapons tests.” (Defense Secretary Robert M. Gates, DoD, 30/10/08

Les nouvelles dérives protofascistes américaines
Si les violentes commotions d'adhésion au libre échange global (est-ouest/nord-sud) étaient garanties avec "John Mac Cain à la Maison Blanche" elles ne le seront pas moins avec "Barack Obama-président".
Les propos de Robert Gates, ministre de la Défense d'Obama, sont sur ce point sans ambiguité (1). Ils se résumeront à "quels que soient les scrutins présidentiels et les majorités dégagées au Congrès ils/elles demeureront impitoyablement l'expression des lobbies conservateurs et néolibéraux d'affaire"; des propos qu'illustreront l'histoire moderne des Etats-Unis, l'ère Bush père & fils, l'ère Clinton.
Clinton, en effet, ouvrira la Transcaucasie (Georgie, Azerbaidjan, Arménie) aux pétroliers américains, favorisera l'extension à l'Est du périmètre de l'OTAN, fermera les yeux sur les concentrations oligopolistiques - TV, Radio, cinéma, presse, édition -, renforcera les axes de collaboration avec la National Security Agency (NSA) pour le développement du réseau d'écoute mondiale Echelon, signera le Prison Litigation Reform Act of 1996 qui réduira à rien les recours administratifs des prisonniers maltraités ou torturés physiquement ou psychiquement (SCHR), etc....
L'enjeu présidentiel sera également celui, caché, du lobby militaire et nucléaire militaire (1) qui maîtrise le Congrès et la Maison Blanche (2).
Malgré un moratoire de Clinton sur les tests nucléaires en 1993 qu'annuleront les propos de Gates/Rice (9/08) les églises évangéliques US - groupes de pression absorbés par la fonction présidentielle, le train de vie de Washington, les dérives anti droits civils, néoconservatrices et protofascistes (3)- contribueront également à miner l'indépendance présidentielle et parlementaire (Congrès) garantie par la Constitution afin de rendre les institutions perméables au lobbying de l'industrie nucléaire militaire (la théologie de l'apocalypse et l'eschatologie des fondamentalistes conduisant à l'effet de minage).
Ces églises infiltrées, gagnées par la corruption commerciale et politique - qui sévit toujours au Congrès, au Pentagone et à la Maison Blanche - déclancheront malgré elles lors des élections parlementaires de 2006 (Chambre des représentants et Sénat) un "exode électoral sanction" catholique et chrétien (sanction prise contre les dignitaires des églises "washingtonisées" et les élites républicaines corrompues) vers la terre promise du Parti Démocrate - en fait nouvelle terre de chasse électorale néolibéralisée. Cet exode historique se soldera en novembre 2006 par une quasi défaite républicaine au sein des deux chambres (durant la 110ème session du Congrès - 2007/2008 - les sénateurs indépendants Lieberman et Sanders rejoindront le camp démocrate offrant ainsi la majorité sénatoriale aux démocrates, majoritaires désormais dans les deux chambres).
Ce renversement dû en grande partie au report de voix des catholiques/chrétiens au lieu d'"autonomiser les Eglises" (lieux d'appel) - lutter contre la corruption interne et externe, tourner le dos à l'Etat, au business, au militarisme et aux représentations pour être plus proche des peines, des manques, des pertes et des réparations par des moyens renouvelés ou alternatifs - recentrera et repositionnera ces dernières; elles initieront, par le fait, une troisième force électorale conservatrice et néolibérale.
Le "renouveau démocratique américain " (au Congrès et dans les familles) ne sera donc qu'une apparence de renouveau démocratique dotée d'un caractère social égalitaire et anticapitaliste sournois qui se soldera par une propagande anti nucléaire, anti guerres et anti lobbies contre-productive. En effet, le nucléaire et les programmes d'armement ne seront pas abandonnés en 2006 et les guerres en Irak et en Afghanistan se poursuivront, tout comme se poursuivra l'annexion du monde par les Etats Unis, les networks politiques et commerciaux de la coalition et l'OTAN...
"Obama de l'Illinois"
sera donc le candidat néolibéral de la dernière chance tant pour les églises capitalisées/médiatisées en rupture de banc avec le sacerdoce (rétives aux réformes structurelles, théologiques et aux nouvelles approches historiographiques ) que pour la démocratie bourgeoise non croyante (majoritairement centriste, conservatrice et néolibérale) et ses affairistes/argentiers - il sauvera le Plan Paulson (1) (2) - "avant un retour des gauches radicales et du communisme"; vieux spectre idéologique numérisé et commercialisé de la guerre froide réactivé par l'antichavisme gouvernemental masquant, en fait, les véritables enjeux de la crise financière américaine, du développement numérique dans le monde et de l'agenda politique du libre-échange global, également vénézuélien.
Ce recentrage contreproductif fortifiera, à terme, le pouvoir évangélique dominioniste - protofasciste, racial - et nucléomilitariste que la troisième force croyante, moraliste et modérée se propose pourtant d'éradiquer depuis 2006 par un sursaut démocratique. Un pouvoir évangélique extrêmiste affirmant : "God has foreordained a global nuclear war as the precursor to the Second Coming of Christ...Nuclear attacks against Irak, Afghanistan, Iran, Russia, Venezuela, would accord with God's will.."
Ce recentrage dont Obama est la créature pénalisera non seulement le "renouveau écclésial" dont "Obama-président" se veut déja "l'icône globale" mais également - sans deniers, pas de vertu - le radicalisme des "gauches sociales" anti-parti ou anti Etat-nation.
Cet effet de minage stratégique et conjoncturel diabolisera à la base l'aptitude chrétienne à sortir de l'économie de guerre à crédit et à remettre en question la compréhension classique du politique; diabolisation que subissent les communautés pauvres et les opprimés (avec ou sans croyance) sans jamais parvenir à l'émancipation...(C.P., 2/11/08-20/01/09)

Notes:
-- Selon le rapport "Defense: Long-Term Contribution Trends" d'Opensecret.org les contributions des lobbys/producteurs d'armement à la campagne présidentielle 2008 se sont élevées à $20,670,429; $10,618,412 pour le parti démocrate (51%) et $10,029,342 pour le parti républicain (49%)...(sources Opensecret.org, Antifascist Calling, 3/11/08)
-- Nomination du juriste néolibéral afro-américain et catholique papiste - ex-séminariste augustinien de Villanova University (1) - Michael Steel (1) (2) à la présidence du Parti Républicain américain. Steel est un protégé de longue date de Bush, Cheney, Rove, etc...:"Today everithing has changed. Most people don't really associate the Republican Party with any positive agenda. In fact, survey research shows that we fail the confidence test on nearly every issue...we must win in credibility with a message based on conservative principles : faith, freedom, personal responsability, respect for life. Redistricting will occur in most states in 2011. We need to prepare now if we are to take control of our own destiny..." (Steel, Blueprint for tomorrow, en-route to a republican revolution, ch. 1/7, 31/01/09)
-- Le décret de la Congrégation romaine pour les évêques, en date du 21 janvier 2008, rédigé à la demande du pape et signé par le préfet de cette Congrégation, le cardinal Giovanni Battista Re, publié le 24 janvier 2009, confirme au nom de... "la promotion de l'unité dans la charité" (zénith.org) la levée de l'excommunication qui frappait quatre évêques intégristes consacrés par Mgr Lefebvre en 1988 dont le négationniste-révisionniste Richard Williamson,...(C.P.27/0109)
-- Il est certain que l'absence d'indépendance de la fonction présidentielle américaine et que la mise sous tutelle de la fonction de contrôle du Congrès par le christianisme évangélique se refusant à la séparation de l'Eglise et de l'Etat - enseignant aux élus et aux business-leaders lors de retraites fermées le droit chrétien plutôt que celui de la république "Christians are Biblically mandated to 'occupy' all secular institutions has become the central unifying ideology for the Christian Right" (...) "a tendancy that encourages to not only be active political participants in civic society, but also seek to dominate the political process as part of a mandate from God" (Chip Berlet) -, convie à l'émergence d'une théocratie et à son mode de gouvernement autoritaire. J'utilse le concept "protofasciste" en ce sens. Les évangélistes américains (TV, presse, radio, édition) disposant depuis l'ère Clinton d'un pouvoir médiatique renforcé et transnational parlent souvent d'indépendance mais il s'agit, bien entendu, d'une indépendance toute théocratique, globale et satellisée.
-- "Taking Prayer to Washington
"In 1995, Kennedy established the Washington, DC-based D. James Kennedy Center for Christian Statesmanship (website), in order to offer spiritual counsel to members of Congress and their staffs. Among the Center's projects are:
1-The Statesmanship Institute, a seven-month weekly program "for Christians in government" to give them "the tools to integrate biblical principles with your calling to public service";
2- A Capitol Hill Bible Studies group for staff on Capitol Hill;
3- A monthly series of lunches called Politics & Principle which "features a modern-day Christian Statesman who shares from a personal perspective, the challenges of living out Christian faith in today's political environment";
4- The Distinguished Christian Statesman Award which "recognizes one outstanding public leader" each year -- last year's recipient was Representative John Hostettler (R-Ind.). Previous winners include Kay Cole James, a longtime Christian right activist and currently the Director of the U.S. Office of Personnel Management, Majority Whip Tom DeLay (R-Tex.), and Judge Roy Moore..."
(James Kennedy's Christian Crusade, Bill Berkowitz, Mediatransparency, 12/03/05)
-- US Evangelism Serious Threat to Indian Society
"(...)Another article titled Eastward, Evangelical Soldiers by Vijay Prashad, appeared in the February issue of the Indian magazine Frontline. He introduces the article with “U.S. evangelicalism does not represent Christianity but does represent the Bush administration's agenda for global hegemony”. In that article the author talks about the growing financial prowess of the evangelical Christian right, and its implications during these times when there has been serious cutback on domestic spending on social programs (largely driven by international financial institutions), and drastic reduction in American aid.
Under these conditions, evangelical groups have spread out over the third world, attempting to provide some respite to the heathens, on one hand, and harvesting souls on the other. The state government of Karnataka agreed to ‘host’ proselytizer Benny Hinn – a multi-millionaire evangelist from the US, even as local church groups in India dissociated themselves from his visit. A Sri Lankan Methodist minister, Reverend Sarangika Fernando observed their work and told The New York Times that he felt that the missionaries acted unethically. Christian leaders from around South Asia have criticized these efforts, loudly proclaiming that the work of US evangelical groups must not represent all of Christianity (...)
In India, a new wave of evangelism targets what is called the ‘cow belt’ with increased activity in Uttar Pradesh, Bihar, Rajasthan, and Haryana – a region that traditionally has seen little evangelical activity. Christian Today profiles a group named World Help that plans to set up over hundred thousand churches in Uttar Pradesh, claiming that they have a very Indian strategy for conversions in India. "The goal of that is that whole extended families and whole villages will become part of a church planting movement , so that it's not a single person here, a single person there being isolated and drawn out of their society, but rather, whole families and villages are coming to Christ”, says Eric Vess from this organization...." (US Evangelism Serious Threat to Indian Society, Sanat Mohanty, March 22, 2005, thesouthasian.org)
-- War, Foreign Policy, and the Church
"(...) Christian leaders – many of whom I have said make up the Christian Axis of Evil – are some of the most vocal apologists for the president, his party, his aggressive foreign policy, and his war. Televangelist Pat Robertson wanted the U.S. government to assassinate the leader of another country. But what should we expect from someone who thinks the war in Iraq is being fought on Christian principles, and who considers criticism of the war to be treason? Catholic Radio and television personality Sean Hannity maintains that America has a "moral obligation" to fight for the security "of any oppressed nation." But what do we do when we are the oppressors? Watergate conspirator turned prison minister Chuck Colson thinks the preemptive war against Iraq was self-defense. Conservative columnist and evangelical Cal Thomas wants the war in Iraq to be "stepped up and fought like World War II." I guess that means he is in favor of firebombing Iraqi cities and then nuking a couple more for good measure. The late Republican apologist and Baptist preacher Jerry Falwell, who ranked George Bush with Ronald Reagan "as one of America’s greatest presidents," believed the invasion of Iraq was just and right because "God is pro-war." What Falwell means, of course, is that God is pro-American wars. Prophecy guru and fanatical warmonger John Hagee wants the United States to go to war against Iran – and the sooner the better. The Friends of Israel Gospel Ministry regards the president of Iran as worse than Hitler. Not only does he wish to destroy Israel, his "next move is westward to Europe and then on to finish off the hated United States." But these so-called Christian leaders are not alone. They still command the attention and respect of thousands of Christians in the pew. Their ministries are not hurting for money or followers. And it will remain that way until Christians are as concerned about killing on the battlefield as they are about killing in the womb...." (War, Foreign Policy, and the Church, Laurence M. Vance, June 3, 2007)

Gouvernance glocale, business, leadership, les faux espoirs des "marchés-ghettos"
John Podesta homme de main (ex secrétaire général) de Bill Clinton à la Maison Blanche a été désigné par Barack Obama pour organiser la transition qui conduira ce dernier à la Maison Blanche. Podesta est président du Center for American Progress financé par Herb & Marion Sandler (1) et par George Soros bailleur de fonds d'Etats corrompus en Europe centrale, en CEI, en Transcaucasie... Soros/Obama s'intègrent, comme nous l'annoncions dans "les nouvelles dérives protofascistes américaines" (2/11) dans une stratégie de financement-contrôle-récupération des démocrates catholiques néo/libéraux. Elle consiste, prioritairement, à accéder aux marchés de la gouvernance locale des cités (dans le monde) (1), de l'organisation sociale multiethnique, de l'hygiène (santé mentale), du leadership (business, politique, culture, croyance) ainsi qu'à réduire l'autonomie/le rôle politique intermédiaire des mouvements catholiques et évangéliques; une stratégie concluante puisque 54% des votes catholiques seront récoltés par Obama. Même constat au sein du courant néo/libéral catholique infiltré-financé par Soros et conduit par les groupes Catholics in Alliance, Catholics United, Faith in Public Life... L'action-recherche théologique alternative-sortie de l'économie capitaliste (théologie de la libération, théologies libres et décroissantes) demeure indispensable pour contrer ces nouvelles configurations!...(C.P. 7/11/08)

Lutte anti nucléaire au Canada

Canadian Coalition for Nuclear Responsibility / Regroupement de surveillance du nucléaire (CCNR/RSN)
Gulf war syndrome, depleted uranium and the dangers of low-level radiation by Rosalie Bertell
"The Hazards of Low Level Radiation
"In the past few years the information available on the health effects of exposure to low levels of radiation has increased. We are no longer dependent on the commercial or military nuclear researchers who since 1950 have claimed that studies of the effects of low-level radiation are impossible to undertake. The new information is unsettling because it proves the critics of the industry to have been correct as to its serious potential to damage living tissue.
There have also been significant new releases of findings from the atomic bomb research in Hiroshima and Nagasaki, the self-acclaimed "classical research" of radiation health effects. I will list these findings toward the end of this article, along with studies from the nuclear industry.
In reviewing these research papers one is struck by the high-dose response when the radiation is delivered slowly, with low total dose. The conventional wisdom has claimed that at low dose/slow-dose rate the body is well able to repair most of the harm caused by the radiation. Some nuclear apologists go so far as to claim such exposures are "beneficial."
Because the nuclear industry has always maintained that the effects of low-dose radiation exposure are so small that it is impossible to study them, they proposed extrapolating the effects from those observed at high dose, using a straight line to zero (zero dose, zero effect), together with "correction factors" for low dose/slow-dose rate.
The effect of this "correction" is to reduce the fatal cancer estimates calculated by D.L. Preston, then Director of the Radiation Effects Research Foundation at Hiroshima, using the new dosimetry, from seventeen fatalities per million people per rad exposure, to five fatalities per million people per rad exposure. The corresponding estimates based on actually observed rates for nuclear workers is between ten and thirty fatalities per million per rad. Obviously, for the adult healthy male, the dose-response estimate should be about twenty for fatal cancers per million per rad.
However, although we can make a strong case for increasing the "official" estimates of harm by a factor of four, this fails to deal with non-fatal cancers, depressed immune systems, localized tissue damage (especially the respiratory, digestive and urinary tracts), damage to skin, and reproductive problems. Radiation can cause brain lesions, damage to the stem cells which produce the blood and, when the radiactive material is carried in a heavy metal (uranium) it can be stored in bone, irradiating body organs and nerves within its radius..."
Histoire
Use of Canadian Uranium ~ in the World's First Atomic Bombs ~
"As minister responsible for Canada's part of the allied atomic project, Howe and his lieutenant, C. J. Mackenzie, had drafted a statement... in which the minister said that "it is a distinct pleasure for me to announce that Canadian scientists have played an intimate part, and have been associated in an effective way with this great scientific development."
"(...)Mackenzie King was still prime minister..."How strange it is," King wrote in his diary on 11 October [1945], "that I should find myself at the very centre of the problem, through Canada possessing uranium, having contributed to the production of the bomb, being recognized as one of the three countries to hold most of the secrets." (Port Radium Memorial)
"(...)The New York Times editorialized on 3 Feb. [1939] ... that splitting the uranium atom meant 'the release of enormous amounts of energy... That which released energy could also cause an explosion. What exploded could be used in war..."
"There were three possible sources of uranium... One was now in German hands [Czechoslovakia], and the other two were the Belgian Congo and 'Arctic Canada."
"On the morning of 15 June 1942, three men were ushered into the office of the prime minister of Canada, William Lyon Mackenzie King. One was familiar to the prime minister: Malcolm MacDonald, the British high commissioner.... MacDonald introduced his companions ... Professor G. P. Thompson [and] Michael Perrin.
"What the British wanted, King learned, 'was the acquisition of some property in Canada, so as to prevent competition in price on a mineral much needed in the manufacture of explosives.' Perrin then took over. What was involved, he told the Canadian leader, was a 'military weapon of immense destructive force,' based on intra-atomic energy. Naturally it also had implications for industrial power later, but for the moment the bomb was the thing. Perrin recalled that 'a look of absolute horror and panic' stole over King's face as the lecture proceeded. 'The first country to possess a military weapon of this kind would win the war,' King was told..."
"Canada's Nuclear Story"
"The secrecy that shrouded atomic energy research and development during the war years was absolute.... I think it is fair to suggest that early in 1942, when the British proposed a joint programme to be carried out in Canada, most of us who were engaged in pressing war research had reservations about the practicability of producing an atomic bomb in time for use in the current war." (From the Foreword by Dr. C. J. Mackenzie, President of the Canadian National Research Council during the WWII A-Bomb Project.)
Map of Uranium Mining Activities in Canada
Uranium,A discussion guide by Dr.Gordon Edwards
Uranium sub-directory, radioactive tailings and uranium mining by Dr.Gordon Edwards et al.
Plutonium sub-directory, the plutonium connection, nuclear weapons by CCNR

Nucléaire-France

l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) impose à la SOCATRI l’arrêt de ses activités. L'ASN note une série de dysfonctionnements et de négligences humaines qui n'est pas acceptable" et transmettra, à ce titre, un procès-verbal de ces constats dans les prochains jours au Procureur de la République de Carpentras. (Excellent dossier posté par Next-Up)

Nouveau dysfonctionnement grave sur le site nucléaire du Tricastin.
La fuite qui s’est produite a conduit à un rejet dans l’environnement plus de 100 fois supérieur à la limite annuelle. L’activité massique des effluents serait d'environ 300 000 Bq/l, soit un dépassement de plus de 6 000 fois la limite réglementaire. (Criirad, 8/7/08)

L’EPR de Sarkozy est inutile, les accidents ont déjà eu lieu, le nucléaire c’est déjà de 1,1 à 61 millions de morts !!! (HNS)
"Le nucléaire c’est déjà de 1,1 à 61 millions de morts et de 2,3 à 123 millions de cancers
D’après le CERR (Comité européen sur le risque de l’irradiation) le nucléaire est responsable de 61,6 millions de morts par cancers depuis 1945, contre 1,1 million selon les sources officielles, le nombre de cancers est pour sa part évalué à 123,2 millions contre 2,3 selon les sources officielles et l’étude estime en outre que les radiations ont induit une importante mortalité infantile et foetale (3,4 millions). Soixante millions de morts depuis 1945. C’est une solide dose de poil à gratter que quarante-six scientifiques viennent de glisser dans la boîte aux lettres de diverses institutions internationales, dont la Commission européenne. Le premier rapport du Comité européen sur les risques de radiations remet en cause les normes et méthodes d’évaluation qui ont prévalu jusqu’à présent en matière de radioprotection..."
Le point de vue d'une généticienne sur les conséquences sanitaires en bélarus
"Le Pr. R. Goncharova rappelle d'abord qu'une fraction importante des rejets radioactifs dispersés dans l'atmosphère après l'accident de Tchernobyl est retombée sur le Bélarus dont 23% du territoire est contaminé en Cs 137 au-dessus de 1 Ci/km2 (37 kBq/m2) avec une contamination de la quasi totalité du territoire par l'iode 131 (Rolevich et al, 1996). D'après les calculs, les doses moyennes cumulées par la population depuis 1986 (Kenigsberg et al, 1995) seraient très faibles, (13 mSv dans les districts ruraux les plus contaminés de la région administrative de Gomel), mais R. Goncharova souligne que ces valeurs sont notablement sous-estimées comme le montrent d'autres estimations (Krivoruchko, 1997) (Dubina, 1997) pour qui des habitants de cette région auraient reçu de 20 à 250 mGy rien que dans les 10 premiers jours après l'accident. Des résultats récents concernant les doses d'irradiation externe déterminées à partir de mesures directes par RPE (résonance paramagnétique électronique) sur l'émail dentaire provenant d'habitants de régions contaminées (Keirim-Markus et al, 1995) confirment cette hypothèse de sous-estimation des doses. R. Goncharova rapporte les résultats de son groupe (Goncharova 1996, Goncharova et al , 1995,1996,1997) concernant les anomalies génétiques observées après la catastrophe de Tchernobyl dans deux classes animales, chez des petits mammifères, (rongeurs) et chez les poissons (carpes) dont nous résumons ci-après les aspects qui nous paraissent les plus importants. Elle donne également une vue d'ensemble des effets sanitaires affectant la population et c'est cette partie que nous donnons ensuite sous le titre : Effets à long terme sur la santé de la population en Bélarus..."

Nucléaire, souffrance psychique et crise psychiatrique

Du mensonge à la catastrophe nucléaire | Radio FTP (video) Le premier volet de 2 émissions radio FTP de Tristan Jordis (source H.N.S.) New
"Tout suicide est un choix personnel." Philippe Toison, avocat d'EDF
"EDF enregistre un quart de suicides en moins par rapport à d'autres secteurs professionnels», soit une vingtaine de suicides en 2006 pour 140 000 agents. La situation semble s'être largement dégradée au cours des derniers mois dans la seule centrale de Chinon : un suicide en août 2006, un autre en octobre de la même année, puis un troisième le 27 février 2007. A ces trois suicides s'ajoute celui de Dominique Peutevynck survenu, lui, en août 2004..." (Libération, 6/3/07)

Souffrance psychique et environnement pour une psychiatrie altermondialiste New
"Il est grand temps de stopper la dérive de la psychiatrie vers une méthode de contrôle social obéissant aux intérêts de la mondialisation libérale, et de redonner à la conscience individuelle le plein exercice de sa responsabilité éthique et citoyenne. Pour construire un nouveau rapport individuel et planétaire à l’Autre et au Temps, symbolisé par la préservation de notre milieu naturel. Et guérir enfin de la folie de la croissance et de la consommation...
De nombreux philosophes et sociologues contemporains ont montré comment le nouvel individualisme est culturellement et historiquement déterminé. Ce processus complexe et paradoxal est celui d'un repli sur soi hédoniste de l'individu, amené à surinvestir son corps et sa vie imaginaire, et à accomplir de façon illusoire ses désirs immédiats : valorisation de la performance, techniques de « développement personnel », communication instantanée et virtuelle permise par les « nouvelles technologies », mise à disposition de biens de consommation toujours plus nombreux et attirants... Cet idéal d'un épanouissement personnel sans entrave, valorisé par une « culture du narcissisme » et « de l'éphémère » qui s'est développée à travers une « psychologisation du social » généralisée, produirait désormais des individus sans attache, sans profondeur, sans projection dans le long terme, hyper-conformistes, et dont l'existence est finalement vidée de tout sens authentique...
A cela plusieurs raisons :
- L'atomisation du lien social, liée à la précarisation d'un monde du travail concurrentiel centré autour du profit immédiat des actionnaires privés, poussant l'individu à une adaptabilité mouvante et dépersonnalisante ;
- L'influence des médias et de la publicité, qui imposent des modèles d'identification artificiels faisant miroiter à longueur de temps l'accessibilité d'un bonheur immédiat et avide ;
- Le brouillage des repères symboliques traditionnels avec l'éclatement de la cellule familiale et la disqualification de l'autorité paternelle, qui représentait symboliquement une instance extérieure immuable, l'interdit de la possession, la réalité du manque... ;
- L'influence hygiéniste des discours psychologiques et médicaux, à travers une « culture du psychologisme » (et de la culpabilité...) généralisée qui donne à cet idéal de soi narcissique l'apparence de la normalité psychique et sociale;
- La fuite grandissante (ou le déni, indissolublement psychologique et culturel) devant la crise historique gravissime de la mondialisation libérale, et l'imminence d'une catastrophe écologique planétaire, renforçant encore le repli sur soi et la recherche d'un bonheur immédiat factice...
- l'augmentation régulière du nombre de patients suivis en psychiatrie, ainsi que l'augmentation régulière du nombre de patients hospitalisés sous contrainte (l'un et l'autre ont doublé en 10 ans). A noter que dans le même temps, le nombre de psychiatres ne cesse de baisser, et que leur épuisement professionnel ne fait que croître (taux de suicide supérieur aux autres spécialités...) ;
- la forte augmentation du nombre de nouveaux cas de dépression, en corrélation avec la dégradation des conditions socio-économiques d'existence ;
- cependant le nombre de suicides stagne en France depuis 10 ans, après avoir fortement augmenté. On sait depuis DURKHEIM que le suicide est une problématique culturelle complexe liée à l'anomie (autrement dit à la crise des valeurs collectives) : son déplacement psychiatrique individuel a une fonction de réassurance sociale pouvant être efficace... (Dr. Labouret, Union Syndicale de la Psychiatrie, 31/08/07)

Décroissance

Rencontres estivales des Objecteurs de Croissance

Du dimanche 26 au mercredi 29 août 2007, les Objecteurs de croissance se donnent rendez-vous à Royère de Vassivière au lieu-dit Le Villard, dans la Creuse... "élaborer ensemble un projet politique et construire un outil politique pertinent (réseau ou mouvement) pour diffuser le concept de décroissance ou d’a-croissance."(Altermonde, nouvelle formule)
Vidéo dailymotion des rencontres des objecteurs

Décroissance.org (Institut d'études économiques et sociales pour la décroissance soutenable)
Le Munich de l'écologie, Paul Ariès
"Nicolas Sarkozy parle de « révolution verte ». Le patronat français, Medef et CGPME, se déclare grandement satisfait. Les syndicats par la voix de François Chérèque saluent un processus positif. Corine Lepage (Modem et Cap 21) est aux anges. Le parti socialiste applaudit les mesures annoncées par Nicolas Sarkozy. L'Union européenne se dit comblée par la voix de son Président. Al Gore a passé commande d'un Grenelle mondial à Sarkozy. Preuve que la vison sarkozyenne de l'écologie est bien « mondialement compatible » sans rien changer à la puissance des grands groupes et aux logiques économiques dominantes. Preuve une fois de plus que le sarkozysme est la version française de la révolution conservatrice mondiale qui balaie la planète depuis les années quatre-vingt. Nous avions donc raison de dire lors du contre-Grenelle de l'écologie le 6 octobre à Lyon que si le Grenelle sera sarko-compatible, le sarkozysme n'est pas, lui, écolo-compatible. Nicolas Hulot a finalement bien mérité de TF1 et du sarkozysme.Ce Grenelle de l’environnement est un véritable Munich de l’écologie politique..."
Contre-grenelle de l'environnement
Pour une introduction à la décroissance

Décroissance.info
N'ayant pas de goût pour les "forums" j'ai naturellement ignoré celui de Décroissance. Info. Des amis, relais de mes propositions sur la décroissance au Japon, m'ont fait part des oppositions nées entre Décroissance.info et Décroissance.org suite à la prise de position de Clément Homs (administrateur de D.info) en faveur de l'intellectuel "nouvelle droite " fascisante Alain De Benoist « de gauche, de droite, du fond des choses et du milieu du monde » (co-fondateur du GRECE) (1)
J'ignorais cette possible position de Homs et je m'en excuse auprès des lecteurs d'autant que je me suis toujours opposé à De Benoist. Ma position n'a pas changé. J'ai lu les propos tenus par Homs; Homs a écrit "Moi je défends (que Ariès ne partage pas) l'idée que De Benoist est fréquentable... je défends le point de vue de Caillé, le petit soldat De Benoist oui ! mais s'il coupe ses relations avec tous ses petits copains indo-européistes. Ce qu'il ne fera jamais...donc la position d'Ariès est la bonne, condamner le plus fermement possible" . Homs se dit donc "pour et inspiré" dans un premier temps et "contre" dans un second mais il le dit avec un pictogramme "humour" - double sens ambigu -, méfiance donc; la décroissance ne relève pas, selon moi, d'un nouveau processus violent d'embrigadement par "le refondement du rationalisme dans la philosophie politique".
Que De Benoist, par ailleurs, coupe ou pas ses liens avec les "indo-européistes" (néonazis - dont il faut dénoncer les supports intellectuels, juridiques et économiques) je demeure irrémédiablement opposé à ses options sociologiques, philosophiques et politiques conçues sur des bases théoriques suffisemment larges pour alimenter durablement ce qu'il prétend ne plus nourrir "l'extrême droite" ou la "droite nationale" plus encore en cette période d'ontologie écofasciste mondiale. Vrai également, à un autre plan, que le forum "panzer" de Décroissance.info, "saigne son cochon", son lecteur ou ses opposants, ce n'est pas non plus pour nous rapprocher.
Notez enfin que ces lignes sont postérieures aux coups de téléphone de mes amis et donc aux deux articles déjà envoyés à D.info l'un sur l'historien de barrage procommuniste Kobayashi (Petit bois en japonais) que Homs utilise comme pseudo mais là il s'agit d'un usage antérieur (Kobayashi est un peu Mr. Dupont au Japon), l'autre sur l'évaluation de la Justice au Japon dans un contexte précisément de décroissance, introduction au mouvement d'opposition civile à la construction du barrage de Yamba dans la région du Kanto (voir ci-dessus). Décroissance soutenable ou non ? Avec ou sans parti ? Avec ou sans conquête du pouvoir d'Etat ? Les réponses aux questions relatives à la sortie de l'économie et de la politique et donc à l'autonomie - comme celles relatives à la non-violence, à la longévité, à la souffrance, aux pertes ou à la politesse -, reflètent bien, encore une fois, ce que chacun peut réellement faire ou être... (C.P.)

Les enfers

Mines & Communities

Linked222 soutient la lutte anti-mines mondiale de Mines & Communities et tout particulièrement les oppositions civiles à la persistance des chantiers d'Ivanhoe Mines Ltd. à Oyu Tolgoi et Nariin Sukhait en Mongolie (bronze, or, cuivre, charbon, etc...).
Reliance Power acquires coal mines in Indonesia
Mumbai, May 2 (IANS) Anil Ambani-promoted Reliance Power Ltd said Friday it has acquired three coal mines in Indonesia with total reserves of two billion metric tonnes. The acquisition was done by its wholly-owned subsidiary Reliance Coal Resources Pvt Ltd (RCRPL).
"Reliance Coal Resources has acquired 100 percent economic interest in three coal concessions in Indonesia," Reliance Power said in a communique to the Bombay Stock Exchange Friday.
London mining companies: climate change, human rights and corporate wrongs,
Colombia is a dangerous place to be a trade unionist
Tanzania reports on mining review

New postings

Mongolia may claim 51% of "strategic" mines, official says
South Africa: Congo mercenaries alleged to be intimidating communites, 5/11/2007
The chairperson of Jubilee South Africa alleges that a band of DRCongo mercenaries is being employed to back the illegal designs of a BEE (Black Economic Empowerment) mining company led by two distinguished South Africans.
Under a recent option agreement, Australian junior company, Nkwe Platinum, is now poised to acquire the majority of mining rights. Could this presage a frightening new development in the war for platinum along South Africa's northwestern Bushveld ?...
-- OPEN LETTER TO PRESIDENT THABO MBEKI
"(...)When the people have offered resistance to the commission of a series of illegal acts by Genorah, this company has gone ahead to invade the village of Ga-Ratau with a batch of some 30 uniformed mercenaries from the DRC.
If the unhappy history of the Congo has not taught the people of that country anything about the evil ways of mercenary adventures, it would seem to be different in our own country. The tenants expressed in the Regulation of Foreign Military Assistance Act of 1998 clarify how your government wants to express its solidarity with other African lands by outlawing mercenary actions elsewhere on the continent originating from South Africa. Such solidarity is doubly understandable in the context of the African Union.
Indeed, although there has been a blind spot in relation to Iraq, the prompt action when mercenaries threatened to invade Equitorial Guinea is a practical application of this position. If these tenants hold good for South Africa, they certainly should bind every other African country in respect of the rights of South African Citizens....There is yet another even more worrisome prospect in these occurrences. We know already that in such countries as the Philippines and Colombia, rich mining enclaves have been militarized by the private companies operating therein. Are we headed down that same path? Shall we soon see mercenaries and warlords ruling the roost in the mineral-rich Bushveld?
Are we to expect that the sexual harassment, beating and shooting of community members on platinum-rich lands will become the norm. Is this a sign of things to come that certain police commissioners like Chuene appear to be operating under the command of mercenary bosses, and that police officers from further afield can be kicked, beaten and dismissed by mercenaries at will? What lawlessness is this? And in support of what greed...Your government, in the form of the Department of Minerals and Energy, is complicit in these illegal activities. It would appear that the DME has awarded prospecting rights to the company for the whole farm of Ga-Ratau, including the village, in violation of section 104 of the Minerals and Petroleum Resources Development Act, which precludes the awarding of licenses in this fashion in residential areas. The company is drilling inside the village and, to add insult to injury, the mercenary camp has also been illegally imposed on the village..." Jubilee South Africa - GLOBALISATION, MARGINALISATION & NEW SOCIAL MOVEMENTS IN POST- APARTHEID SOUTH AFRICA
Undermining Zambia's development
A major examination of the degree to which Zambian mining companies are failing to sustain the national economy, including their workforces, was published last week by Scottish Catholic International Aid Fund (SCIAF),Christian Aid, and Action for Southern Africa (ACTSA). At the centre of the criticisms and concerns is UK-based Vedanta Resources plc, the biggest mining outfit operating in Zambia. Release of the report was rapidly followed by a statement from Zambia's World Bank country manager, urging that the government should not only increase mineral royalties-related taxes, but also consider introducing windfall taxes...
Barrick mine in Tanzania stalled by strike
Workers Issues
"No one knows exactly how many people dig up and process the minerals on which all of us, to some extent, depend. - a quarter of a billion worldwide may not be an outlandish estimate. Only a small proportion enjoys the benefits of unionisation, though this is no guarantee that their rights will be protected (see: "Organised"). The vast majority is "casual" or "sub-contracted" labour, customarily denied even basic rights to a living wage and social benefits. Many workers toil as so-called "artisanal and small-scale" miners (see: ASM"), and include a significant number of women and children (see: "Child Labour"). All are subject to hazardous working conditions (see: "Health and Safety"). If you're willing to open your eyes to these realities, then this is a page to which you might frequently return...

Report

Barrick's Dirty Secrets: Communities Respond to Gold Mining's Impacts Worldwide (may 1st 2007) New
A new CorpWatch report details the operations of Barrick gold in nine different countries, focusing on the efforts on the part of the communities to seek justice from this powerful multinational.
Transnational Mining Tribunal: The Case of Barrick Gold Corporation in Latin America (Chile, Argentina and Peru) by Mining Watch Canada New
Porgera (Papua New Guinea) Gold Mine Transforms Pacific Island by David Martinez, CorpWatch
"The destruction is fueled by gold. Mining for gold is one of the world's most grotesque industries, consuming vast resources and producing mountains of waste to produce a small amount of soft, pliable metal with few practical uses. The Porgera valley is a microcosm of the kind of poorly regulated exploitation that marks extractive industries around the globe. The 5,600 acre open-pit complex called the Porgera gold mine is in Enga, the highest and most rugged province in Papua. It produces around 635,000 ounces of gold per year, according to Barrick Gold, a Canadian corporation (the world’s largest gold mining company) that assumed a majority share of the mine in 2006. Barrick is no stranger to mining or to controversy: It operates no fewer than 26 mines worldwide, posted a profit of $1 billion in the first nine months of 2006, and boasts of having the industry's largest reserves..."
Très important dossier (analyses, oppositions syndicales, meurtres, harcèlements, procès) sur les drames historiques et les catastrophes écologiques occasionnés par les compagnies minières transnationales : "Papua New Guinea" by Mines & Communities
Porgera.infomine (fiche technique)

Histoire, Mines-Japon

Tanaka Shozo (1841–1913) défenseur des montagnes, opposant civil antimine, pionnier des luttes antipollution, inspirateur de la pensée de la lutte antibarrage et anti Etat pour la sauvegarde des droits de l'homme, de la nature et de la faune.
Sekihin Araugagotoki (moovie from Hiroo Ikea, a story about Tanaka Shozo)
"True civilization doesn't devastate mountains, nor rivers, nor villages, nor does it kill humans..." (Tanaka Shozo)
Remake Politics, Not Nature : Tanaka Shozo’s Philosophies of “Poison” and “Flow” and Japan’s Environment by Robert Stolz
"Tanaka’s environmental philosophy and activism existed not only as an environmentalist exaltation of nature but as a historically specific polemic against the Committee’s proposals and the state’s 1896 River Law. While the state saw nature as a passive object to be manipulated by humans, Tanaka’s Law argued for an active nature in motion. Here his thought was grounded in a tradition of Japanese agronomy, scientific farming, a monistic tradition that conceived nature as the constant motion of an infinite material energy. But Tanaka’s encounter with industrial-scale pollution taught him to doubt whether or not nature was indeed infinite. To the more optimistic eighteenth-century belief in the eternal motion of material energy, which Tanaka called “flow” (nagare), he added another category: “poison” (doku). In Tanaka’s thought doku represents the flow of nature’s energy in harmful, destructive ways. As Tanaka theorized nagare and doku they came to take many forms, moving easily from the material and ecological to the social and political.
For Tanaka, because motion was inherent in nature, the state’s policies of control through constriction and manipulation of the rivers’ currents would not have the desired effect of wholly controlling the river..."
The Ashio Copper mine pollution case: The origins of environmental destruction (8Ch.) by Kichiro Shoji, Masuro Sugai
"In the processes involved in Japan's development as a capitalistic nation, the Ashio copper-mine poisoning incident became a central social issue, but once Japan was involved in the Russo-Japanese War the farmers" movement experienced a significant setback. After the war, when Japanese capitalism took on an imperialistic bent, Yanaka Village was demolished and used as poisoned water catchment basin..." (from Industrial pollution in Japan)
Volatile organic compounds of the tap water in the Watarase, Tone and Edo River system] by Ohmichi K, Ohmichi M, Machida K., NCBI (2004)
"The chlorination of river water in purification plants is known to produce carcinogens such as trihalomethanes (THMs). We studied the river system of the Watarase, Tone, and Edo Rivers in regard to the formation of THMs. This river system starts from the base of the Ashio copper mine and ends at Tokyo Bay. Water samples were taken from 18 river sites and 42 water faucets at public facilities in 14 local municipalities. Pollution of the water environment continues..."

Deux aspects des choses

"Espoir"
Solar Vehicles - Quebec

The First Practical Fuel-less Transport On Earth
"Faux espoir" Solar Net (NGO) - Japan
"Solar Net was established in 1995 for the purpose of transferring technologies of home-size PV systems mainly to countries where many areas lack access to electricity. Cooperation with Indonesia NGO, GENI (Salatiga, central Java)"
"Kaoru Sakuraï, membre de l'ONG Solar Net (préf. de Saitama-Japon) enseigne de temps à autre "le solaire" au Nippon Institute of Technology (NIT) de Saitama (j'apprendrai à fabriquer des panneaux solaires sous sa direction aux côtés de constructeurs de véhicules solaires, d'activistes de l'énergie pour les townships d'Haïti et des Philippines, d'artistes). Son action-recherche repose sur la dynamique solaire photovoltaïque et bio-gaz - bouse de vache - au sein d'ateliers de production d'énergie domestique où il forme les "techniciens-constructeurs" en Indonésie (ruraux défavorisés, NGOs) et au Japon (ruraux, urbains, NGOs) sans le secours des gouvernements. Cette action alternative conçue sur une base décroissante a pour objectif l'autosuffisance en énergie solaire (fabrication de panneaux - cellules photovoltaïques importées de Taiwan - et installation domestique, éclairage, puit, acheminenent d'eau) et en biogaz (module de production mixte solaire-biogaz Solar Net en cours d'homologation) à bas-prix; opérations en cours "One Energy Cow = One Family" et "200 compostes domestiques = électricité pour trois ou quatre foyers" (début).
Il semble cependant aux dernières nouvelles que Solar Net soit partenaire de la JICA (ce que mr. Sakuraï ne m'avait pas révélé) et de l'Electricité Nationale tout en évoluant depuis 1994 (année phare de la décomposition des droits de l'homme, des luttes antiterroristes et des négociations secrètes pour l'ouverture de nouvelles zones de libre-échange) dans le flux global des "aides civiles" et de la micro-finance du gvt japonais (Afrique, Asie, Amérique latine et centrale, Proche et Moyen Orient sur un lit de cendres et de morts); des aides civiles "inodores" couvertes par l'ODA-MOFA, +- $ 14 milliards d'aides civiles techniques, la banque JBIC qui prospecte intensivement les nouveaux marchés avec USAID/CIA auprès des pays émergents et musulmans pour la ratification d'accords de libre-échange... Lire ci dessous notre "courrier inquiétant".
Cette "dynamique néolibérale" fait écho à celle des banques associatives (ONG), anti banques, autogestionnaires et sans profits, telles "the eco-friendly bank" Artist Power Bank (workshop,Tokyo, 2003), Citizen's Bank (Tokyo,1989), Mirai Bank (Tokyo, 1994), Hokkaido NPO Bank (Hokkaido, 2003) animées par des artistes et des citoyens bénévoles anti-nucléaires, anti-économie globale, anti-hiérarchie (a priori), "micro-investissant" dans la réalisation de projets énergétiques, de transport, ou de sauvegarde de forêts...
NB
1— Ces ONGs bancaires, et les élites qui les servent, agissent a priori en opposition au néolibéralisme mais évoluent toutefois, dans le courant historique des aides civiles qu'elles combattent de l'ODA (Japan's Official Development Assistance) et dans celui, global, de la culture bancaire de développement et micro-bancaire : "des micro-banques plutôt que des banques", "du micro-crédit plutôt que du crédit", de la World Bank et de la BAD, professionnels de l'exploitation de la pauvreté massifiée et de la société civile en Asie-Pacifique.
2— Cette dynamique bancaire alternative serait un bon support dans un contexte résolument sans marché, non concurrentiel, égalitaire et indépendant (bien que d'un point de vue éthique une banque ne puisse être éthique, support de mon opposition). La dynamique libérée ici n'est plus celle de la décroissance transgénérationnelle, ce qui m'interesse, mais celle du pré-développement accompagnant de nouveaux "produits" sans que la misère soit réglée, des "produits indigènes" qui ne peuvent être assimilés à des "biens sociaux" sous prétexte de "crédits à 1%" ou d'une fin d'exercice microbancaire à "profit nul"; des produits qui finissent déjà, pour les marchandises, dans les boutiques des grandes marques internationales ou dans les rayons "parfums exotiques" des grandes surfaces. L'option pour les pauvres, ici, ne peut être crédible, autre aspect du commerce équitable "au nom des droits de l'homme" et de la "dignité" ! Je produirai ultérieurement une enquête sur les banques associatives alternatives japonaises... (C.P. 3/10/07)

NB : Certaines banques associatives japonaises (ONGs) soutiennent bien "Grameen Telecom Village Phone Programme" de Mohamed Yunus. Grameen, modélisé dans plus de 80 pays, surfe sur la vague féministe de l'ONU des années 1975, puis sur celle des aides civiles des années 1990, du FMI, de la Banque Mondiale, du gouvernement américain, des réseaux informatifs bancaires et humanitaires de personnalités comme George Soros, Bill Clinton, Jaques Attali, etc... En janvier 2007 Visa International sponsorisera la traduction en 100 langues du film "Mohammad Yunus; Banker to the Poor”.
Rappelons que le micro-crédit évolue dans le temps sociopolitique et commercial du marché bancaire glocal (global/local); ce marché aujourd'hui très contrôlé disparaît dans le network micro-financier associatif mondial animé par des groupes comme Africa Microfinance Network Initiative (AFMIN, 300 associations dans 13 pays), WWB (Programme régional pour la mise en place et le renforcement de réseaux d’institutions de microfinance en Afrique), CGAP - Groupe Consultatif d’Assistance aux plus Pauvres (en 1997, on estimait à 7 000 le nombre d'institutions de microfinance dans le monde (IMF) offrant des crédits de faible montant aux microentreprises, des services de dépôt "adaptés" aux besoins des ménages pauvres, et d'autres services financiers comme les transferts), la fédération nationale des associations de microcrédit du Maroc, les Sa-Dhan Community Development Finance Institutions en Inde; à explorer également pour plus d'informations le marché du microcrédit au Cambodge, le réseau latinoaméricain de la microfinance (400 institutions de microfinance servant 4,5 millions de micro-entrepreneurs), etc...
D'autres structures géantes "soutiennent" l'édifice humanitaire désormais cible politicommerciale tout en écrasant l'organisation sociale rurale traditionnelle et en étouffant les oppositions civiles, religieuses ou politiques. Citons pour exemples :Bancosol ou Banco Solidario (première banque commerciale privée dans le monde spécialisée dans l'appui aux micro-entrepreneurs), USAID encore, GTZ, Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit, l' Ifad (International Fund for Agricultural Development/Nations Unies) ou encore PlaNet Bank (Planet finance) de Jacques Attali (autre cybercriminel microbancaire notoire au service de la croissance économique et dont les perspectives comptables associatives planétaires valent le coup d'oeil).
Ne nous leurrons pas ces structures de soutien prétendues sociales conduisent bien à l'exploitation des immenses marchés concurrentiels de la misère investis par/pour les grandes banques de masse telles que HSBC, JP Morgan Chase, Citigroup, les banques d'investissement privées Merrill Lynch ou Goldman Sachs (il y en a d'autres bien entendu), la Banque Mondiale (IFC) et son odieux fichage des plus pauvres : "Base of the Pyramide" (BoP), le G8 via ses directives globales diffusées auprès des institutions et adaptées tout récemment aux besoins de l'organisation sociale catholique diocésaine (Vatican) dans le monde (Lord Brian Griffith). (C.P.)

La preuve par l'examen


L’introduction en Bourse de Compartamos
Les actionnaires de Banco Compartamos, une IMF (Institution de Micro Finance) de référence mexicaine (600 000 clients, 1990-2000) récemment constituée sous forme bancaire ont mis en vente 30% du capital existant sur le New York Stock Exchange (80%) et le Mexico Stock Exchange le 20 Avril 2007.
"Compartamos, créé en 1990 en tant qu’ONG appuyée par ACCION et financée sous forme de dons et de prêts à condition douce pour un total de 4,3 millions USD par diverses agences de développement (notamment par l’USAID et le CGAP) et des investisseurs privés mexicains délivre des services de crédit en milieu rural, essentiellement à des femmes.
"2000 – 2006 : Etablissement financier
"Pour financer sa croissance en accédant aux fonds commerciaux, l’ONG s’est transformée en 2000 en établissement financier (EF) agréé sous forme de société anonyme à vocation lucrative. ACCION bénéficie d’un don de 2 millions USD pour fournir une assistance technique et un investissement financier en direction de l’établissement financier (200 000 USD seront affectés à l’assistance technique, 800 000 USD en don pour capitaliser l’EF et 1 000 000 USD prêtés sous forme de dette subordonnée). Compartamos lèvera 45 millions USD en prêts auprès de bailleurs et investisseurs éthiques. En 2002, Compartamos émet 70 millions USD en obligations avec une garantie de la SFI à un taux de 2,5%. Enfin, l’institution a levé 65 millions USD auprès des banques mexicaines..."

"100 millions de cellulaires GSM 900 pour 68000 villages"

1- Les pauvres remboursent toujours
Si Mohamed Yunus remet en question Compartamos (qu'il faut accuser à l'instar du micro-crédit bien évidemment) il n'en faut pas moins lire avec tout autant de sévérité ce tout récent document "Grameen II" que je réintitule "1OO millions de cellulaires GSM 900 pour 68 000 villages " (aberrant objectif "humanitaire" de Grameen Telecom qui réduit le sort d'une population à "une révolution techno-informative rurale" et aux activités d'un méga-multimicro-crédit, Grameen bank) qui, selon les mots de Yunus lui-même, se résume à l'axiome rassurant : "Les pauvres remboursent toujours"... . Une sentance qui "assure le passage" théorique et méthodologique du "système Grameen classique" (SGC) au « Grameen Generalized System » ou SGG.

2- Un axiome qui rapporte...
Grameen II : "L'axiome du système SGG reste toujours celui du système SGC : les pauvres remboursent toujours leur crédit. Parfois, ils peuvent mettre plus longtemps pour rembourser que la durée initialement stipulée, mais ils remboursent. Une institution de crédit qui fournit des services financiers n'a pas de raison de se fâcher parce qu'une emprunteuse ne peut pas rembourser le crédit dans sa totalité à la date fixée au moment du décaissement du crédit.
Beaucoup de choses peuvent mal tourner pour un pauvre pendant la période de son crédit. Malgré tout, les circonstances échappent au contrôle des pauvres gens. Nous ne voyons pas pourquoi le ciel devrait s'abattre sur la tête d'une emprunteuse parce qu'elle a mis plus de temps que prévu pour rembourser son crédit. Puisqu'elle paie des intérêts supplémentaires pour le temps additionnel qui lui a été accordé, où est le problème ? Nous avons toujours milité pour que les programmes de micro-crédit ne tombent pas dans le même logique que le système banquier conventionnel et ne commencent pas à regarder les emprunteuses comme des « bombes à retardement » qui créent des problèmes à des dates préétablies. Soyez sûr que les pauvres gens ne créeront aucun problème. C'est nous, les concepteurs de ces institutions et règles qui leur créons des problèmes. On peut énormément y gagner en ayant confiance en eux, en admirant leur combat et leur engagement pour mener des vies décentes. Il est très facile d'apprécier l'architecture du système SGG si on garde en mémoire cet axiome..."(p.5)
Le système SGG se compose d'un crédit basique. De plus, le SGG compte deux autres types de crédit :
1) le crédit à l'habitat,
2) le crédit pour les études supérieures.
"Toutes les emprunteuses débutent avec un crédit basique (en Bengalais nous l'appelons « Shohoj » ou crédit « Facile »). La plupart des emprunteuses vont continuer avec un crédit basique, cycle après cycle sans difficulté. Mais la vie n'est pas toujours facile pour un être humain et laisse à leur propre sort les pauvres femmes. Il est probable que certaines doivent faire face à des difficultés et ne puissent plus honorer leur échéancier de remboursements. Le système SGG leur offre un arrangement convenable... Dans le système SGG, le crédit basique propose une option de sortie. Il offre une alternative aux emprunteuses qui en ont besoin, sans les faire se sentir coupable de ne pas pouvoir remplir les exigences du crédit basique. Cette alternative, c'est le crédit flexible (en Bengalais, « Chukti » ou crédit « renégocié » car la banque, l'emprunteuse et le groupe doivent renégocier un calendrier d'échelonnement des paiements...
"J'ai comparé le crédit basique à une « autoroute Grameen du micro crédit ». Tant que l'emprunteuse peut rembourser selon l'échéancier prévu, elle avance avec facilité et confort sur l'autoroute du micro crédit. Elle peut prendre de la vitesse tout en suivant les règles de l'autoroute. Si elle conduit bien, elle peut augmenter sans cesse sa vitesse. En d'autres termes, sur l'autoroute Grameen, une emprunteuse peut augmenter de façon routinière la taille de ses crédits à chaque cycle. Ceci est fait selon la base de règles prédéterminées. Elle sait à l'avance quel sera le montant de la hausse de son crédit et pourra planifier ses activités en fonction de cette hausse. Si elle ralentit pour n'importe qu'elle raison (baisse de l'activité, maladie, problèmes familiaux, accidents, vol, etc.) et ne peut plus continuer avec la même vitesse sur l'autoroute, elle doit sortir de l'autoroute et prendre un détour que l'on appelle « crédit flexible ».....Le fait de prendre un détour ne signifie pas qu'elle a modifié ses objectifs de voyage...
Elle continue toujours avec le même objectif mais simplement sur une route transversale pendant un temps. Son but premier est de surmonter ses difficultés et de prendre le détour le plus court possible afin de rejoindre le plus rapidement l'autoroute... Une emprunteuse peut avoir de la chance et parvenir à retourner sur l'autoroute (c'est-à-dire le crédit basique) assez rapidement ou elle peut faire face à des problèmes durables et le mieux qu'elle puisse faire est d'aller de détour en détour (c'est-à-dire de crédit flexible en crédit flexible, en travaillant sur un échéancier plus facile), retardant le retour vers l'autoroute... Une emprunteuse travaillera dur pour retourner sur l'autoroute afin de bénéficier de ses services. Elle apporte avec elle tous les nouveaux crédits qu'elle avait pris lorsqu'elle était sous le système du crédit flexible. Normalement, cela prend de 6 mois à deux ans pour retourner sur l'autoroute... Ce n'est pas un si mauvais sort pour une emprunteuse qui aurait été exclue du système sans cette solution... Si une emprunteuse ne paye pas le crédit basique et est peu disposée à prendre un crédit flexble, elle devient une « fauteuse » de plein gré..."

3- Le micro crédit et la micro finance, retour à la biocratie...
Ce qui est plus étonnant dans le mega-processus capitaliste de Yunus (nous verrons en fin d'examen qu'il est également sécuritaire) réside dans le paradoxe de cessation de dette dans un contexte de micro-crédit quasi organique. Cela signifie que l'Institution globale Grameen Bank garantit un mode de vie exclusif par le recouvrement vitaliste des dettes de ses clients. La banque Grameen, ainsi, ne perd pas puisqu'elle est organiquement "ses clients". De plus en cas de non recouvrement les dettes sont entièrement passées en pertes et profits. La banque affirme, très attractivement, que cette technique ne lèse personne...
"Chaque montant d'un crédit flexible qui n'est pas remboursé en deux ans, devient encours et 100 % de provision est fait pour cet encours. L'encours qui n'est toujours pas remboursé en 3 ans se transforme en impayé et sera entièrement passé en pertes et profits (p. 6, 7)"... Grameen Bank a alloué $ 6,5 milliards de prêts depuis son ouverture, généré $ 135 millions de revenus et $ 20 millions de profits pour la seule année 2006.

4- 0% for beggars and...
Dans le cas de "la stratégie populiste et familiale Grameen" nous avons toujours affaire à une opération capitaliste - son gigantisme (épargnes, investissements, revenus, structure organique) en témoigne : "There are four interest rates for loans from Grameen Bank : 20% (declining basis) for income generating loans, 8% for housing loans, 5% for student loans, and 0% (interest-free) loans for Struggling Members (beggars)... Many borrowers are moving ahead in businesses faster than others for many favourable reasons, such as, proximity to the market, presence of experienced male members in the family, etc. Grameen Bank provides larger loans, called micro-enterprise loans, for these fast moving members. There is no restriction on the loan size. So far 1,229,460 members took micro-enterprise loans. A total of Tk 27.10 billion (US $ 418.32 million) has been disbursed under this category of loans."
La stimulation entrepreneuriale directe ne suffisant pas Grameen organisera des campagnes de promotion éducative auprès des enfants des familles emprunteuses. Jusqu'en octobre 2007 $ 760 000 de prix seront alloués à 50 503 enfants d'emprunteurs afin d'assurer une base sociale élitiste à l'empire du micro-crédit Grameen, d'affirmer le contrôle des naissances et de la force de travail : "Scholarships are given, every year, to the high performing children of Grameen borrowers, with priority on girl children, to encourage them to stay ahead to their classes... During 2007, US$ 775,000 will be awarded to about 30,000 children, at various levels of school and college education."

4- The BOP market...
"Grameen Bank a parcouru un long chemin depuis le lancement de l'aventure dans le village de Jobra (Bangladesh) en 1976", écrira Yunus . Le temps qu'il aura fallu à la Banque Mondiale pour définir méthodologiquement et opérativement la "Base of the Pyramid" (BOP:4 milliards de personnes dotées de 1 à 2 dollars/jour) et pour exploiter industriellement, "le marché global de la misère" +- $ 15 000 milliards selon CK Prahalad, +-4/5000 milliards selon la Banque Mondiale, beaucoup moins selon les ajustements rentabilistes de J.L. Warnholz.
Improbable passage de la pauvreté informelle, quoiqu'il en coûte, à la micro-techno-civilisation (droits civils et politiques, revenus minimums/emplois, importations des produits de base, adhésion sociale accélérée puis adhésion forcée aux nouvelles normes de la consommation/production de masse, communication numérique, sécurisation civilo-militaire des marchés) dont Grameen est l'amorce type et le Big business le destinataire.
"The success of big business (dans la condition du BoP market, ndlr) thus requires supplementary strategies to expand consumer demand by generating employment and incomes. Big businesses have a central role in shaping and expanding these future markets (BoP, ndlr) by generating employment and incomes."
("Poverty Reduction for Profit?", J.L. Warnholz, 2007)

5- La "sécurité" ... le passage de 1 à 2 $ de revenu par jour à 5 à 8 $/jour
Le Centre du commerce international, Forum du commerce international 2003, ira tout aussi loin en dévoilant l'option dirigiste du développement de Sewa Bank (Self-Employed Women’s Association) alter ego de Grameen Bank en Inde : "avoir accès aux marchés internationaux est essentiel à la sécurité économique d’innombrables pauvres travaillant dans le secteur informel."
Cautionnant l'économie développementiste affectant les pays émergents J.L. Warnholz estimera de son côté que le passage de 1 à 2 $ de revenu par jour à 5 à 8 $/jour suffit à l'amorce d'un dispositif capitaliste parmi les nuées de la "Base of the Pyramid" (BoP) de la Banque Mondiale.
Suractiver la consommation (et la production) des pauvres est donc "le grand moyen" des théoriciens de la micro-économie et de la course aux micro-revenus minimums afin, bien entendu, de sauver le Big BoP Market :"(...) generating the capacity to consume (or to produce, Karnani, ndlr) can create new and profitable markets at the BoP... the success of his proposition ultimately depends on the extent to which big businesses succeed in expanding demand by raising the incomes of poor people." (Warnholz à propos de Prahalad qui affirme qu'il est possible d'éliminer la pauvreté et la privation en moins de 15 ans-2006/2020. C. K. Prahalad est l'auteur de "The Fortune at the Bottom of the Pyramid", 2006).
Selon SEWA Bank (fondée en 1971 par Ela R. Bhatt membre du Conseil d'administration de la Fondation Rockefeller) le "secteur informel" indien comprend des travailleurs à domicile, des vendeurs, des travailleurs manuels et des prestataires de services. Il s’élève à 70% du PIB et à plus de 40% des exportations. 93% de la main-d’œuvre totale travaillent dans le secteur informel, dont 60% de femmes.

6- La banque notre salut...la revanche!
Dans le contexte indien (le Bangladesh étant à dominante musulmanne, 80%, et hindouiste, 10%) les "cobayes" de l'opération sont bien évidemment les pauvres, ruraux ou non, violemment pressés par "l'endettement systémique" dans les couloirs du droit civil tout en demeurant esclave de "l'endettement karmique" (hindo-bouddhiste), propre à chaque caste. Une réalité socioreligieuse à laquelle s'attaquent les réformateurs religieux et juridiques (ajustements historiques autour du cencept de "karma" en Inde de Pandurang Vaman Kane (1880/1972), de David Annoussamy, (1927,...), au Japon de Brian Victoria, (1)) et les adeptes, mais pour d'autres raisons, de la dangereuse micro-économie vitaliste de "l'endettement soft".
Les actifs karmiquement surendettés plongent donc dans les eaux polluées d'une seconde naissance cause de nouveaux traumatismes et asservissements : nouveaux droits, nouveaux mérites, nouveaux devoirs devant la "maison SEWA sans profit" et "nouveaux profits vitalistes" (pour le client organique) puisque l'essentiel des bénéfices selon la formule consacrée "nourrit la banque" et garantit le remboursement du micro-crédit individuel (sans que, toutefois, la dette karmique - que trahit au regard de la doctrine une "mauvaise naissance" due à de mauvaises actions commises les vies passées - crimes, vols, viols, violence physique envers les maîtres, les textes sacrés et les temples - soit effacée).
Sociohistoriquement et religieusement l'endetté indien évolue dans un contexte de "culpabilisation karmique". L'aura maudite de la mauvaise naissance est, en effet, le support privilégié de la discipline bancaire "revancharde" et du travail présenté par la banque comme libérateur (malgré une vie d'endettement et une mort à crédit). "Tout marche donc mieux" en démocratie : le métier de la banque, la création d'argent, l'hyper-endettement des ménages, le partenariat, la confiance, les droits, la spéculation boursière, la représentation politique, l'avenir, le karma...
Les profits sauvés, quelques malheureux dollars karmiques de plus chaque mois, seront sources de nouveaux endettements ou microcrédits (offrandes aux dieux et "endettements" pour : l'habitat, les études supérieures, les dots pharaoniques, la santé, l'alimentation, les transports, les divertissements, les pensions, les funérailles, le culte des ancêtres...). Les systèmes Sewa Bank et Grameen Bank ne laissent guère d'alternatives aux "pauvres", désormais civil & business partners... sinon un micro plan marshall d'endettement individuel ou familial.
Beaucoup d'observateurs reconnaissent que de tels systèmes :vie agricole à crédit, micro-entreprise urbaine, microbusiness rural, téléphonie mobile (100 millions de GSM-Nokia pour les villages du Bangladesh via Grameen Telecom), ne peuvent générer, paradoxalement, qu'une baisse d'intérêt pour l'autonomie agricole rurale et la vie agricole traditionnelle.

7- "Davantage d'argent !..."
Davantage d'argent ne crée pas de meilleurs récoltes, de meilleurs graines (plus encore à l'époque de "Terminator" : "semence suicidée après la récolte" , F.William Engdahl), davantage d'argent ne conduit pas à moins d'usuriers, de mafias, de vendetta, de suicides, de violences conjugales, à moins de catastrophes dans le long terme des surprises capitalistes : crises boursières, fusions de majors, faillites, licenciements, surimpositions, levées des barrières douanières, poussées inflationnistes; davantage d'argent ne crée pas de la solidarité, de la parenté et ne garantit pas une transmission trans-générationnelle des connaissances et de l'expérience.
En démocratie néocon et en économie micro-croissante (cas de l'Inde, du Bangladesh, de l'Asie de l'est, de l'Afrique, de l'Amérique Latine), "davantage d'argent" signifie "davantage d'endettement", des indicateurs de croissance homicides, davantage de crises, moins de sens des besoins réels, moins de capabilités (ce que chacun peut réellement faire ou être), moins d'autodéfense par les maîtrises. L'hyper-capitalisme financier virtuel (la titrisation démentielle des emprunts et la crise des subprimes l'illustrent bien) renforce l'inefficace social de la justice, des maîtres et des maîtrises.
Dans les villes en crise les petits employés, les ouvriers, les enseignants, les pensionnés, les petits entrepreneurs, les boutiquiers, se pressent devant les "caisses vides" des banques d'investissement ou de commerce; dans les campagnes le nombre de suicidés pour cause de faillite, d'effondrement des micro-marchés (conséquence des délocalisations et de l'effondrement des prix) ou de dettes, s'accroît. Un rapport du Ministère indien de l'Intérieur sur les morts par suicide indique qu'entre 1997 et 2003 pas moins de 100 000 fermiers se sont suicidés (1). L'impasse est réelle et non virtuelle.
Une micro-économie agricole affectée par la concurrence subite, déloyale, dynamisée par la croissance macro-économique ne peut conduire à l'enrichissement ou à la cessation de la pauvreté ou de la privation. Elle aboutit, au contraire, à des impasses psychologiques ignorées volontairement par les Etats, les micro et macroéconomistes, à l'exacerbation du sens de la propriété et de la possession, à la violence sexuelle, à la dépersonnalisation et à la violence politique.
La société marchande, élitiste, riche et compétitive, a conçu le micro crédit à son image; ce dernier est depuis les années 1990 mondialement commercialisé, statutairement financiarisé, et même chapélisé par l'organisation catholique diocésaine en fonction des objectifs de croissance économique du G 8, de la Banque Mondiale, du FMI, de l'OMC. Cette société micro-marchande ne peut donc engendrer que des évènements violents rigoureusement anti-sociaux et anti-ruraux.

8- Le suicide par les modèles japonais
L'importation de "kits" ou "modèles" japonais d'exploitation agricole intensive et industrielle "JA-Zenchu", utilisant massivement :insecticides, pesticides, engrais industriels, est un bon exemple de cette déloyauté subite et concurentielle qui condamne les pays émergents et les micro-marchés. Ja Zenchu est en effet une hyperstructure coopérativiste agricole de crédit et de microcrédit :assurance, investissement, finance, banque, contrôlant une part importante des activités agricoles, forestières, maritimes (pêches) du Japon. Elle est exportée/importée comme une manne néolibérale en Asie, en Indonésie, en Thaïlande, en Inde.
Pour "JA Zenchu" (satellite de l'USDepartment of Agriculture et sous-marin de l'OMC, de la Banque Mondiale, de la FAO - et comme Japan Post - de l'USTR, agence américaine d'affaire et de négociation inter-gouvernementale spécialiste de l'abaissement des barrières douanières, des privatisations et des accords de libre-échange) il s'agit bien d'exploiter commercialement les démocraties politiques et les marchés agroalimentaires émergents à crédit; une exploitation sécurisée (par la nouvelle politique civilomilitaire de l'Otan) qui permet de s'engouffrer civilement dans les brêches sociales et d'étouffer ou non les soulèvements potentiels religieux, civils et politiques, qu'attisent précisément les levées de barrières douanières, les privatisations, les accords et les zones de libre-échange.
"Mon souhait, écrit Yunus, est qu'au moins 90 % des crédits passés en pertes et profits soient recouvrables avec leurs intérêts car les emprunteuses remboursent toujours, dans leur propre intérêt, lorsque l'opportunité le leur permet." Yunus dit pourtant plus haut du crédit flexible : "La dette (de l'emprunteuse) est entièrement passée en pertes et profits. Chaque montant d'un crédit flexible qui n'est pas remboursé en deux ans, devient encours et 100 % de provision est fait pour cet encours. L'encours qui n'est toujours pas remboursé en 3 ans se transforme en impayé et sera entièrement passé en pertes et profits..." (Cela dit) ajoutera laconiquement notre nobel humaniste "Les pauvres ont toujours besoin d'argent." (début p.7)

9- Les pauvres ont toujours besoin d'argent, Yunus néo-eugéniste ?...
Sous entendu que la création de crédit crée plus de besoins légitimes en crédit !! Une honnêteté qui rappelle celle de Ben Shalom Bernanke président républicain de la FED (Réserve Fédérale US) et co-responsable de la crise des subprimes quand il affirme "que seule l'expansion du crédit a de l'importance, et non la production d'argent". Bernanke ajoutera avec l'aplomb du truand que les déficits et les déséquilibres des Etats-Unis seraient dûs à un excédent des épargnes mondiales... enjeux colossaux de la privatisation quasi mondiale des postes !
Mohamed Yunus a donc choisi, d'une part, cette odieuse doctrine de l'appauvrissement par l'expansion du crédit qu'il nomme "endettement soft", en ce sens il s'aligne comme la plupart des pays émergents sur la doctrine de la FED qui souhaite voir les pays pauvres devenir emprunteurs sur les marchés à capitaux (ce n'est pas sans lien avec l'inluence néocon dans le monde car dans cette hypothèse les Etats-Unis jouraient le rôle du "prêteur") et, d'autre part, celle de l'épargne intensive des pays émergents option combattue par la FED puisqu'elle serait, toujours selon elle, "cause des déficits structurels américains".
C'est là surexposer les pauvres pour mieux les exécuter; créer de faux espoirs. Les crises boursières et monétaires internationales, auxquelles s'ajoutent le sur-décloisonnement des marchés et les hyper-flux de capitaux dans le monde, dangereux et immaîtrisables selon Alan Greenspan (ex-président de la FED), bousculent déjà sans pitié l'univers social urbain et rural du micro-crédit, lui même hyper-commercialisé et surexposé en bourse.
Yunus pense à l'inverse que la création de crédit crée de la plus value sociale, du droit, des droits, de la justice équitable, du bien, de nouvelles bases sociales au respect de soit-même, que cette plus value sociale engendre plus de démocratie participative et que l'économie "enfin réhabilitée socialement !" engendre plus de bien-être et de "bien naître"... Moins d'aliénation ? La psychiatrie prouve le contraire; l'aliénation mentale est en augmentation dans quasiment tous les pays, Inde, Bangladesh, Algérie, France, Europe du Nord, Etats-Unis, Russie, Chine, Japon, Corée-du-sud et du nord, etc...(un rapport des Nations-Unies estime en 2005 que 400 à 450 millions de personnes dans le monde sont atteintes de problèmes mentaux, neurologiques ou comportementaux.)(1)
Toutefois, le jeu micro-capitaliste de "l'endettement soft" est présenté comme le moyen de la cessation de la souffrance psychologique, psychique, sanitaire et alimentaire, et comme une alternative morale à Dieu. De ce nouveau fétichisme naîtraient moins d'idiots rationnels et métaphysiques, moins de déviants politiques, davantage... de "civil & business partners". Les banques internationales de développement et les IMF, à n'en pas douter, créent de l'illusion existentielle et comportementale.

11- Mourir "actionnaire Grameen" plutôt que sans argent...
En 1995 le banquier et industriel P.D. Sutherland évoquait à mots couverts l'avènement de la "citoyenneté privée" (syndrome Sutherland), nous y sommes rendus ou nous nous y rendons par la voie consensuelle du micro-crédit organique soft et familial, hypersécurisé et hypermédiatisé.
Le choix de la guérilla micro-financière contre Marx, le socialisme, l'islam (Bangladesh), l'hindouisme (Inde), l'animisme et les cultes dits primitifs en Afrique, en Asie centrale, en Amérique latine, n'est pas innocent. La mystique de Dieu ou le business révélant ? La magie, la thaumaturgie, l'errance, Mahomet et l'antique société de la charité et du don ou la techno-citoyenneté numérisée et privatisée garantissant : naissance, étude, mariage, honneur professionnel, divertissement et mort à crédit dans un espace social où les oppositions religieuses, civiles et politiques, sont hypercriminalisées et anéanties ?
"Each year families of deceased borrowers of Grameen Bank receive a total of Tk 8 to 10 million (1 taka = o,o1 euro, ndlr, US $ 0.12 million to 0.15 million) in life insurance benefits. Each family receives Tk 1,500. A total of 97,376 borrowers died so far in Grameen Bank. Their families collectively received a total amount of Tk 180.24 million (US$ 3.86 million). Borrowers are not required to pay any premium for this life insurance. Borrowers come under this insurance coverage by being a shareholder of the bank..."
Il convient donc de mourir "actionnaire Grameen" plutôt que sans argent... sans parvenir toutefois à s'acquitter de sa dette karmique; il faudra, en effet, au regard de la dogmatique hindouiste ou bouddhiste orthodoxe, revenir sur terre pour purifier son mauvais karma... et faire du micro-business en contractant toujours plus de micro-crédit bancaire pour le seul plaisir des maîtres.
"Les emprunteuses (au Bangladesh, muslumannes et hindouistes, ndlr) sont toujours soucieuses de savoir ce qu'il adviendra de leur dette après leur mort, écrit encore Yunus. Est ce que les membres de la famille devront rembourser leur dette ? Elles croient que si leur dette demeure impayée après leur mort alors leur âme ne pourra pas reposer en paix. La mise en place d'un programme d'assurance crédit dans le SGG a été accueillie avec joie.Le programme d'assurance-crédit est très simple. Une fois dans l'année, on demande à l'emprunteuse de poser sur un compte d'assurance crédit un petit montant. Ce montant est calculé sur la base de l'encours et sur les intérêts de l'emprunteuse à ce jour. Elle dépose 2,5% du montant de l'encours. Si une emprunteuse meurt l'année suivante, le montant total de l'encours est recouvré par le fond d'assurance qui est généré par le revenu des intérêts du compte de crédit d'épargne assurance. De plus, sa famille reçoit le montant qu'elle a épargné sur le compte d'assurance crédit. Les emprunteuses ont trouvé cette mesure incroyablement généreuse. Tout le monde l'adore..." (Yunus)

12- Saper délibérément les fondements politiques dynamiques de toute contestation sociale
Cet évident processus de privatisation de la citoyenneté, de la civilité, des vies et des morts (et d'entrepreneurialisation de la justice et du politique) nous conduit à une société micro-néoconservatrice ou à un network micro-néocon sapant délibérément les fondements politiques dynamiques de toute contestation sociale laïque et religieuse légitime (spontanée ou non, partisanne ou non), les fondements de la libération individuelle qui conduirait à l'effondrement de la micro-société marchande privée, informative et bancaire, de sa nouvelle représentation politique clef des zones de libre-échange.
"Ensuite, il y a les membres en or ! C'est une position très respectable, écrit le noble Yunus. On attribue à une emprunteuse le statut de membre en or lorsqu'elle a observé 100 % de régularité dans son remboursement (n'est jamais sorti de l'autoroute !) pendant sept années consécutives. Un membre en or obtient plus facilement une augmentation de crédit, sans compter les honneurs et les privilèges qui lui sont accordés..."
Avec "Yunus system" - tel que présenté dans ce document -, l'objectif néocon global est atteint; tout comme est acquise la maîtrise du comportement des masses micro-capitalistes dans le seul but de garantir un avenir commercial aux grandes marques disponibles à la base du BoP : Luxe, Dove, Sunsilk, Ariel, Omo, Lysol, Domestos, Tampax, Always, Duracell, Marlboro, lait Nestlé, Snickers, Mars, Coca Cola, Pepsi Cola...(cf. l'analyse de J.L. Warnohl). Le système Grameen micronéolibéral a, en soit, valeur d'instance, sacrée, religieuse, politique et même militaire (ci dessous).
"Plus la porte de "l'endettement Grameen" est ouverte moins le pauvre vit dans un climat de tension, écrit Yunus. Le fait d'avoir supprimé les tensions liées au micro crédit et d'avoir rétabli la dignité des emprunteuses sont certainement les deux plus importantes caractéristiques. Un système de micro crédits sans tension est un grand cadeau du système SGG. Maintenant nous pouvons vraiment APPRECIER le micro crédit... Le monde est prêt pour accueillir une méthodologie qui peut fournir des crédits sur mesure aux pauvres." (p.8)
"Chaque emprunteuse aura obligatoirement trois comptes d'épargne :un compte d'épargne personnelle, un compte d'épargne spéciale, un compte d'épargne pension." Cette épargne conduira, écrira le noble Yunus, à l'achat de parts de la Grameen Bank... de plus "le SGG demande à toutes les emprunteuses de crédits supérieurs à 8 000 Taka (138 US $) de déposer un minimum de 50 Tk. (0,86 US $) chaque mois sur un compte de fonds de pension. Après 10 ans, une emprunteuse recevra le double du montant qu'elle a déposé pendant 120 mois. Cette caractéristique du SGG est devenue incroyablement attrayante pour les emprunteuses... et a généré un important apport d'argent pour la banque. Chaque mois, cela apporte plus de 100 millions taka/tk (1.75 million US$) de dépôts pour le compte de fonds de pension. La Grameen Bank peut maintenant être sûre qu'elle aura assez d'argent pour étendre ses opérations de prêts dans le futur..."

13- Les dollars prébiotiques ou les bases capitalistes de la future déloyauté sociale
Cette "soupe prébiotique grameenienne" fournit déjà des résultats. Les microbanquiers surveillent au taka près les "primitives interactions sociales", climatiques, énergétiques, informatives, technologiques, les primitifs effets psychologiques, le polissage de l'égoisme, de la vie sexuelle et de la reproduction, de l'élitisme, de la nouvelle criminalité. La manifestation des "dollars prébiotiques" dans l'univers intuitif, créatif et sensible, des collégien(ne)s les plus doué(e)s établit les bases capitalistes de la future déloyauté sociale, sel du commerce concurrentiel et de l'enrichissement personnel.
La soupe prébiotique grameenienne n'est cependant pas un univers primitif fermé; la foudre, le vent, les orages et les pluies diluviennes, les tsunamis libérés par les mouvements de capitaux électroniques et par la production déloyale des multinationales délocalisées sur l'organisation sociale rurale ou urbaine (en Inde, au Bangladesh, en Amérique Latine ou en Afrique) sont et seront toujours d'une grande violence.
En fait, seul un méga-tissu salarial, commercial, financier et bancaire, conçu dans le jeu organique inépuisable des PME, des multinationales concurrentes, des partis politiques, des syndicats et des lois, d'une démocratie corrompue et donc prédisposée - par ces mêmes groupes - à sublimer la marchandisation, peut prospérer et profiter d'une telle abondance destructrice.
L'organisation sociale issue du microcrédit ne pourra donc pas encaisser les coups assenés par l'hyper-business en expansion, le marché noir, le train de vie des bourgeoisies mafieuses, les crises capitalistes boursières et industrielles, les décloisonnements subits et les imperturbables flux/fuites de capitaux. Elle est, d'ors et déjà, condamnée.
Grameen n'est donc pas une expérience de libération mais une expérience de dépendance et probablement d'anéantissement dont l'objectif financier ne se traduira pas en terme d'"Etudiants-Boursiers Grameen" à Harvard (quoique), de "Beggar members" à Wall Street ou de maisons pour vagabonds certifiées "Leed Platinium" dans le Lower Manhattan. Si Grameen se targue d'avoir construit 649 774 maisons pour vagabonds depuis 1989 c'est bien contre la garantie d'un emprunt sur 5 ans au taux de 8%...

14- Le "trou noir" des produits bancaires
Le consortium Grameen se définit donc comme le relais bancaire organique entre deux pans de société, la pauvre et la riche. Une société rurale micro-financiarisée, numérisée, irrémediablement soumise aux programmes de remboursement Grameen et à un Etat hyper-endetté lui même prisonnier des banques de commerce privées internationales et des inflexibles consignes sécuritaires du FMI, de l'OMC, de l'ADB et de la Banque Mondiale conduisant aux plus grandes concentrations/accumulations de capital "ripoux" de notre temps. La Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) n'établit-elle pas que les 7 plus grandes banques commerciales au monde concentrent 98% de l'ensemble des produits dérivés bancaires, soit 155 400 milliards USD; alors que 929 autres banques n'en détiennent que 2%, soit 2 900 milliards USD ?...
A ce titre le micro-capitalisme commercialisé et financiarisé ne peut que disparaître, absorbé par le champ gravitationnel du "trou noir" des produits bancaires.
Le Bangladesh est bien, actuellement, plongé dans une détresse sociale historique tout autant qu'il est traversé par une vague de résistance civile; aux projets industriels miniers et capitalistes financés par la Banque Mondiale et l'ADB notamment.
Ce grand pays est également confronté à une détresse sanitaire également historique - contamination des eaux, diarrhées, choléra, hépatites, pollution minière des rivières à l'arsenic, projet minier criminel du Phulbari Coal Project de la Banque Asiatique de Développement -, ainsi qu'à une corruption généralisée.
Même constat en Inde où les populations agressées se soulèvent tandis que pullulent les prédateurs : Monsonto, Coca Cola, Union Carbide, Dupont, WalMart, Tata, Barrick, Vedenta, Posco, Rio Tinto, BHP Billiton, etc... Ce que cherche donc le "noble Yunus" et ses non moins "nobles amis" est socioéconomiquement, religieusement et politiquement, extrêmement orienté.
Le développement de Banco Compartamos au Mexique nous éclaire. Banco Compartamos est une ONG créée en 1990 financée sous forme de dons et de prêts par le géant Accion, USAID/CIA et le CGAP, ainsi que par des investisseurs privés afin de délivrer des services de crédit - en santé et nutrition - en milieu rural, essentiellement à des femmes. Compartamos récemment constituée sous forme bancaire a conduit ses "civil & business partners" a mettre en vente 30% du capital existant sur le New York Stock Exchange (80%) et le Mexico Stock Exchange le 20 Avril 2007.
Cette mutation lisible sur tous les continents depuis les années 1990 dévoile les choix des principales institutions de la micro finance dans les pays émergents. Le monde en compte 7000 et leur développement historique les conduit à s'institutionnaliser (la plupart des IMF sont en effet dotées de statuts bancaires ou de statuts de sociétés financières) et à commercialiser leurs services. De plus, le micro-crédit, en Inde et au Bangladesh, suit les objectifs de la croissance économique, la politique des Etats via la Banque Centrale et les accords cadres passés avec les banques commerciales privées et les prêteurs étrangers. Les prises de participation actionnariale bancaire Yunusienne et les cotations en bourse des IMF, hier simples "ONGs humanitaires", ne peuvent donc que nourrir le processus qu'elles prétendent combattre.
"Le SGG met (en effet, ndlr) l'accent sur le fait de recevoir des dépôts d'emprunteuses et de non emprunteuses, écrit Yunus. Une gamme de produits d'épargne a été introduite dans le système. Le montant total des dépôts s'élève à 67 % de l'encours de la Grameen Bank en juillet 2002, après avoir remboursé 3.3 billions de Tk. 60 millions US $ de ses crédits à la banque centrale, aux banques commerciales et aux prêteurs étrangers et qui sont arrivés à échéance pendant les 18 derniers mois..."

15- Le "modèle global Yunus" au service de l'OTAN
Les conséquences de ces dérives sur l'organisation sociale et la production rurale indépendante des IMF - élevage, pêche, agriculture, fabriques artisanales -, sur l'espace vierge familial et individuel, sont dramatiques. Le "modèle global Yunus" ne représente donc pas, à ce titre, une alternative à la misère ou à la privation, le micro-crédit apparaît plutôt comme le "chaînon manquant" du capitalisme et à ce titre comme la base socioéconomique du nouvel ordre civil - en fait policier-affairiste - et militaire conçu par les théoriciens de l'OTAN.
Ce dernier point est particulièrement évident dans les propos tenus en octobre 2006 par Jaap de Hoop Scheffer, Secrétaire Général de l'OTAN : "In Afghanistan we now have NATO - led troops from 37 nations - all doing a superb job in difficult circumstances. And of course, here in London today, let me say I’m extremely grateful for the substantial British contribution. Romania, Estonia and Denmark all have troops in the south, but over the summer months, British, Canadian and Dutch troops, bore the brunt of the fighting, and, I regret to say, the British and Canadians bore the brunt of the casualties too. But they have been successful. We now need to support the development of the Afghan National Army’s own capacity, so that they can assume the security responsibility in these areas...
"Of course, the ordinary Afghans are delighted to see peace after so many years of fighting. But improved security alone is not enough. They also want a job, they want to see reconstruction and redevelopment across the country - they want to see that their children will have a better future. They understand that there can be no development without security, but equally there can be no lasting security without development. That is why Muhammad Yunis was last week awarded the Nobel Peace Prize for his work on development and micro-credit with the Grameen Bank. In the end, military success alone in Afghanistan will not be enough..." (C.P.)

Grameen III et le microcrédit, le chaînon manquant du capitalisme
Confirmation de notre analyse parue sous le titre "100 millions de cellulaires GSM 900 pour 68000 villages" du 5/02/08. Le consortium Grameen se définit bien comme le relais bancaire organique entre deux pans de société, la pauvre et la riche. Une société rurale micro-financiarisée, numérisée, irrémediablement soumise aux programmes de remboursement Grameen et à un Etat hyper-endetté/corrompu (Bangladesh) lui même prisonnier des multinationales étrangères et des banques de commerce privées internationales comme JP Morgan Chase (dans son dernier bulletin Investment Bank du 10/02/09 JPM promotionne le modèle Grameen Bank de M. Yunus) et des inflexibles "consignes sécuritaires" du FMI, de l'OMC, de l'ADB et de la Banque Mondiale...
Le micro crédit boosté en bourse tant par l'Eglise néolibérale que par les gouvernements, les banques commerciales et les sociétés d'investissement privées rivera dans la prochaine décade le "marché des populations pauvres de la BOP/Banque Mondiale" soit 2 à 4 milliards de personnes (dotées de 1 à 5 à 8 $ de revenus/jour/ selon le tableau de Warnholz; un marché estimé à +- 15000, +- 4/5000, +- 150 milliards de dollars selon les sources, p.21/27) à un nouvel effondrement social, alimentaire et sanitaire planétaire via l'inéxorable expansion de la spéculation sur les produits dérivés bancaires tels que les taux d'intérêts; taux d'intérêts piliers de l'édifice de "salut économique" grameenien et des institutions de la microfinance régulièrement emprunteurs sur les marchés financiers internationaux et auprès des grandes banques.
La spéculation sauvage sur les taux d'intérêts représente en effet 67% des contrats du marché spéculatif mondial dérégulé des OTC makets/Over-the-counter (SWAPs -taux, crédits-, monnaies, cours des matières premières, risques de change, contrats à terme...)(1) (2) (3) et s'avère pour le marché interbancaire, les entreprises, les Etats, les banques centrales, les villes et les banques une source d'enrichissement et de faillites. Les produits financiers OTC sont également des clefs de la politique néolibérale nipposinoeuroaméricaine dans le monde aujourd'hui reconnue terroriste; politique de destabilisation des économies, d'enrichissement privé, de destruction sociale massive et de surendettement; un outil, donc, de pression intercontinental, de protection des businessmen gaspilleurs et échoueurs d'économies contre les aléas "contre productifs" des marchés dont ils sont les habiles exploiteurs, un outil de pression stratégique et politique de la FED (Bernanke), du NYSE-Euronext et de ses filiales (1), des places informatives financières concurrentes, et désormais des bailleurs de fonds des institutions de MicroFinance, etc...
La politique anti culturelle globale des taux d'inétrêt du micro crédit grameenien (anti-musulmanne au Bangladesh consacré du reste par Grameen Foundation USA "Wall Street of microfinance" P.2/29) et de la microfinance commericale internationale (MFIs) (pour nous résolument anti-chrétienne) est devenue, comme nous le craignions, un support stratégique de domination financière de JP Morgan Chase qui dans son rapport de février 2009 (Microfinance Shedding Ligth on Microfinance Equity Valuation, p.12/64) se "réjouit (aux côtés de son partenaire CGAP, ndlr) de la résistance du microcrédit aux chocs de la crise mondiale du fait de la non intégration/appartenance des pays pauvres à la globalité financière et de la quasi informalité de leur économie" - ceci prouve bien à l'inverse l'enjeu de la non intégration et de l'autonomie culturelles - et un support de plus à l'anarchie spéculative privée transnationale consolidée par la balkanisation graduelle des Etats... qui n'est pas, en terme de microfinance, le fruit du hasard ou de "l'altruisme grameenien". En effet, sur "17 milliards de dollars US de capital investi en microfinance (IMF exclusivement), 75% sont fournis par les marchés locaux (essentiellement sous forme d'épargne et d'emprunts sur le marché local). Le financement local de la microfinance reste donc un enjeu essentiel... La microfinance touche entre 113 millions et 150 millions de personnes aujourd'hui selon les estimations, soit au mieux 10% du marché potentiel..." Cela dit quelques IMF se tournent déjà vers les marchés professionnels pour trouver des financements à long terme et s'engagent dans le cône d'ombre de Citibank et de JP Morgan Chase sur la voie incertaine de la titrisation des créances fleuron du capitalisme... sublimé par la crise des subprimes. (C.P. 20/02/09)


Notes :
«Je suis un capitaliste!»
"(...) Partant de ce constat, les entrepreneurs sociaux ne disent pas qu'un autre monde est possible, pour finalement se tourner vers l'Etat comme les altermondialistes, mais que le Capitalisme peut être amélioré. Le professeur d'économie Muhammad Yunus tout comme Jack Lowe, ex-entrepreneur en série de boîtes high-tech et ex-banquier d'affaires, affirment en choeur: «Je suis un capitaliste!»
Ce n'est pas un hasard si les promoteurs les plus enthousiastes de l'entreprenariat social sont des figures de la libre entreprise comme Klaus Schwab ou les fondateurs d'eBay. Leur Capitalisme refuse qu'une entreprise n'ait qu'un but de maximisation du profit, mais il n'exclut pas les bénéfices qui servent à attirer des investisseurs ou à investir dans la croissance.
Cette dépolitisation du Capitalisme débouche sur deux paradoxes. Ce sont les gouvernements les plus étatistes, comme celui de Daniel Ortega au Nicaragua, la junte birmane ou le Gouvernement vietnamien qui mettent le plus d'obstacles au microcrédit. Dans les pays où le microcrédit a bien fonctionné, les institutions qui l'ont développé deviennent de véritables géants et tombent sur les problèmes de croissance des entreprises classiques..."(Comment le microcrédit se transforme en macroéconomie, F.Delay, Bilan No.248 - 23.04.2008)
1 - Définie succinctement, la titrisation consiste à transformer les créances en titres négociables
par l’intermédiaire d’une entité juridique (ou véhicule) ad hoc. Appliquée à la microfinance, il s’agit
pour les IMF de vendre leur portefeuille de prêts par la voie de la titrisation et initier ainsi davantage de prêts avec les fonds reçus par cette opération... ("Le financement de la microfinance des pays
en développement : Y a-t-il encore un rôle pour les subventions ?
" Claude Franka, p.5/6)

2 - La sophistication financière du secteur
"(...)En aval des institutions de microcrédit, les entrepreneurs sociaux créent des PME en utilisant tous les instruments classiques de l'économie de marché pour vendre leurs produits dans le secteur concurrentiel. En amont, les gérants de fonds en microcrédit atteignent un degré de sophistication financière tel qu'ils utilisent les instruments financiers les plus pointus des marchés de capitaux comme le private equity et même les CDO (collateralized debt obligations). C'est à ce niveau que les fonds gérés à Genève apportent leur valeur ajoutée.
Rien ne souligne autant cette évolution que le recours à des CDO, devenus pratiquement synonymes de la crise financière qui frappe les grandes banques. Ces outils, qui servent à saucissonner des dettes pour les revendre en paquets, par tranches de risques, ont tellement dilué le risque des subprime américains que les banques ne savent plus où il est. Pourtant, Jack Lowe, directeur de BlueOrchard, comme Vincent Dufresne, un des managers de Symbiotics, s'entêtent à considérer les CDO comme un excellent instrument. A condition de les utiliser avec bon sens.
Classiquement, les gérants comme BlueOrchard ou les consultants comme Symbiotics, qui attirent de l'argent institutionnel vers le microcrédit, empruntent et prêtent à court terme. Le rendement en dollars des fonds prêtés par BlueOrchard est compris entre +1% et +2% au-dessus du LIBOR à six mois. En dépit du fait que l'idée de prêter de l'argent à des gens extrêmement pauvres aille contre l'adage «on ne prête qu'aux riches», les emprunteurs du microcrédit ont pu démontrer globalement un historique de remboursement extraordinaire, de l'ordre de 99% et plus... Grace à cela, le microcrédit peut se refinancer à plus long terme.
Les CDO ont une maturité de cinq ans et paient, dans le cas de BlueOrchard, entre 0,45% de plus par rapport au taux de référence (le swap rate) pour la tranche la moins risquée et jusqu'à 12% pour la plus risquée. Cela génère des rendements concurrentiels qui captent l'attention des investisseurs institutionnels.
A côté de caisses de pension comme TIAA-Cref aux Etats-Unis ou ABP en Hollande, on voit maintenant des fonds réputés hautement spéculatifs comme Blackstone à New York ou Legatum à Dubaï investir dans le microcrédit.
«S'ils se lancent dans ce type d'investissement, c'est que la dynamique du microcrédit est fortement décorrélée des autres produits financiers, explique Jack Lowe. Et avec 36 pays dans le cas de BlueOrchard, la diversification géographique diminue les risques.»
A cela s'ajoute que, contrairement aux CDO qui ont plombé les grandes banques, les gérants de microcrédits n'ont pas mélangé toutes sortes de dettes (subprime, cartes de crédit, etc.) mais ils ont gardé des produits homogènes. Un principe qui démontre la différence essentielle entre cette nouvelle forme de Capitalisme et l'ancienne..." (Comment le microcrédit se transforme en macroéconomie, F.Delay, Bilan No.248 - 23.04.2008)
3 - (...) L' opération globale Clinton, douteuse, soutenue par "les conteurs officiels" et animée par des fondations, des multinationales et des multimilliardaires, est également le fruit d'un colossal processus "aryen de régénération sociale" (l'expression n'est pas exagérée compte tenu du nombre de génocides dont le mode de production capitaliste, néolibéral et les banques de commerce privées bipartisannes, se sont rendus responsables) et donc de recomposition (par les multinationales) de l'espace démographique, politique, industriel, financier et bancaire privé et public (conseils aux familles, aux entreprises, aux églises et aux gvts étrangers).
Ce nouvel espace d'investissement est résolument sécuritaire et urbain (Opération Weed and seed, Fixing Broken Windows) et bien entendu énergétique , écologique, climatologique, théologique (Ministries of Service in the Marketplace) et sanitaire. Il implique pas moins de 600 villes dans le monde et 17 Etats signataires du protocole de Kyoto...
En tant que dispositif autoritaire et politique l'évènement est associé :
- à la délocalisation des activités commerciales et bancaires dans le monde génériquement labélisables "droits de l'homme et points bancaires par habitant": Asie, Europe, Afrique, Amérique latine, Proche et Moyen-Orient (HSBC, Goldman Sachs, JP Morgan Chase, Merrill Lynch, encore, etc...),
- à la centralisation des sièges sociaux des plus grandes banques privées américaines dans le sud/Lower Manhattan, New-York.
Une délocalisation qui s'accompagne d'un programme vitaliste, élitiste, dirigiste, propre au mode de vie des sociétés transnationales affranchies de toute identité nationale (comportement entrepreneurial et patronal type des périodes d'occupation, des régimes en crise ou en guerre, de Vichy à Bagdad, à Kaboul) adapté stratégiquement aux nouvelles normes sécuritaires de l'habitat urbain (C40 cities) et qu'illustrent parfaitement les manifestations sportives corporatives caritatives de JP Morgan Chase, Pfizer, AT&T, Walt Disney, Tiffany&Co. et de 7000 autres sociétés (Boston, Buffalo, Chicago, New York, Rochester, San Francisco, Syracuse, Frankfort, Johannesbourg, Londres, Singapore, Sydney)... Les reçents propos de David Rockefeller sur le rayonnement unipolaire de "Lower Manhattan" sont du reste sans équivoque. David Rockefeller, 14/06/07:
"The old Chase Manhattan Bank led the revival of Wall Street and Lower Manhattan in the 1950s..., As a strong supporter of the original World Trade Center and a former Chairman and CEO of the bank which we now know as JPMorgan Chase, I am delighted that this great institution will continue to play an important ongoing role in helping to rebuild Lower Manhattan as the financial capital of the world."...
Les propos de Rockefeller symbolisent l'achèvement d'un cycle despotique urbain et rural et la naissance d'une ère non moins despotique dont les villes et les pays émergents sont les enjeux. Rockefeller justifie à lui seul les accusations du politicien Tom Watson réclamant dans les années 1890 l'unité raciale : "On vous maintient séparés pour pouvoir vous voler séparément ce que vous possédez. On vous monte les uns contre les autres parce que la haine raciale est la clef de voûte du despotisme financier qui vous tient tous dans l'esclavage. On vous aveugle et on vous trompe pour que vous ne preniez pas conscience que c'est cet antagonisme des races qui perpétue le système monétaire qui vous dépouille tous."... (extrait de "Clintonglobalinitiative" : une offensive néoeugéniste", C.P. 17/01/08)

« OUI, J’AI UNE POLITIQUE ETRANGERE : MON OBJECTIF EST DE DEVENIR LA CONSCIENCE DU MONDE. » George Soros supporter de Mohamed Yunus (Heather Cottin, Covert Action Quarterly/Chiffon Rouge)
"Il ne s’agit nullement d’un cas de trouble narcissique de la personnalité ; voici, en fait, comment George Soros applique aujourd’hui le pouvoir de l’hégémonie des Etats-Unis dans le monde. Les institutions de Soros et ses machinations financières sont en partie responsables de la destruction du socialisme en Europe de l’Est et dans l’ancienne URSS. Il a également jeté son dévolu sur la Chine. Il a également fait partie de toute cette entreprise d’opérations en tous genres qui ont abouti au démantèlement de la Yougoslavie. Alors qu’il se donne du philanthrope, le rôle du milliardaire George Soros consiste à resserrer la mainmise idéologique de la globalisation et du nouvel ordre mondial tout en assurant la promotion de son propre profit financier. Les opérations commerciales et « philanthropiques » de Soros sont clandestines, contradictoires et coactives. Et, pour ce qui est de ses activités économiques, lui-même admet qu’il n’a pas de conscience, en capitaliste fonctionnant avec une amoralité absolue..."

Microcrédit : Les grandes banques internationales et les multinationales intéressées
Le microcrédit intéresse de plus en plus les grandes banques internationales, comme la néerlandaise ING et l’américaine Citigroup et des entreprises multinationales. Soros partenaire de Mohamed Yunus... (Nora Boudedja, El Watan)

Le Right Livelihood Award accordé récemment à Grameen Shati pour l'équipement de villages du Bangladesh en ateliers de construction de panneaux solaires et de micro structures biogaz confirmera que de bons outils peuvent être mis entre les mains de dangereux concepteurs. Ici l'autoproduction en énergie alternative ne pourra bien évidemment pas régler la question de la misère puisque l'on évolue dans une perspective de "prédéveloppement-développement", de productivité, de croissance et non comme il faudrait de décroissance.
Cette voie "non alternative" conduira via le micro-crédit bancaire à une absorption-destruction rapide de l'organisation sociale rurale par les méga-concepteurs financiers et politiques des projets de développement régionaux dont on connait les intentions et les moyens puisqu'il s'agit de Grameen Bank/Soros, de la Banque Mondiale et, ce qui est très grave et qui échappe à l'opinion, de USAID, officine civile de la CIA.
Dans ce "document USAID" intitulé "Solar Lights Help Bangladeshis to Work", USAID - qui versera $4millions à Grameen Shakti - affirme avoir été l'un des concepteurs historiques de Grameen : "Grameen Shakti gives entrepreneurs loans for 75 or 85 percent of the power system’s cost, which ranges from $250 to $500. Grameen, which is in part funded by USAID, encourages people to use electricity to generate more income by lighting shops, bazaars, restaurants, clinics, farms, ricemills, sawmills, and schools..."
Il s'agit bien, ici, de forcer le Bangladesh à "l'économie de l'endettement" qui s'oppose par définition à l'autonomie politique, alimentaire, sanitaire et à la micro-production rurale (Amérique Latine, centrale, Caraïbes, Afrique, Asie centrale, etc...); un projet paradigmatique réservé aux pays émergents et au "BoP market" (marché estimés à +-$ 4000 milliards en eau, communication, informatique, information, santé, transport, logement, énergie ($433 millliards), alimentation; WRI) guère plus réjouissant que celui de PlaNet Bank, que les aides civiles de la JICA ou que la privatisation des postes dans un contexte de guerre contre l'épargne mondiale menée par la FED...(C.P.)
Un courrier inquiétant vient de m'être adressé par un alternatif japonais. Il fait état de la stratégie de pénétration des énergies alternatives japonaises, dont le solaire, par la JICA (Japan International Cooperation Agency), partenaire de l'ODA-MOFA et en 2008 de JBIC, Japan Bank for International Cooperation (fusion d'EX-IM Bank of Japan et de The Overseas Economic Cooperation Fund, (OECF) en 1999), que je présente comme trois producteurs de détresse sous le couvert d'aides civiles aux pays émergents; l'objectif réel est double :
- le décloisonnement du marché des énergies régionales par la stratégie de l'endettement (syndrome Sutherland oblige),
- le contrôle des concepteurs japonais en énergies nouvelles et de leurs ONGs en contact constant avec les pays émergents et éventuellement avec les oppositions antilibérales en Asie et au Proche et Moyen Orient. J'en condamne la politique au par.14 de – La dynamique criminogène des Etats riches hyper-endettés dans "Economies de guerre à crédit, sang des martyrs"... (C.P.)

TRIBUNAUX

Sentencia del Tribunal Permanente de los Pueblos
5-3 - EL TRIBUNAL CONDENA AL GOBIERNO DE COLOMBIA:
- Por establecer un marco legislativo que permite la violación del derecho al trabajo, que la Constitución política de Colombia de 1991 reconoce, así como de los derechos laborales reconocidos en diversas convenciones internacionales adoptadas en el marco de la OIT, como la nŮ 87 y la nŮ 98.
- Por establecer un marco legal e institucional que permite las violación generalizada de los derechos civiles y políticos y delos derechos económicos sociales y culturales, reconocidos en los convenios internacionales, entre otros en los Pactos Internacionales de Derechos Humanos de 1966.
- Por violación de su deber de protección del medio ambiente establecido en la Constitución Política de Colombia de 1991.
- Por la vulneración de los derechos colectivos a la tierra, a los recursos naturales, al autogobierno, a los derechos de participación y al desarrollo propio de los pueblos originarios.
- Por su participación directa e indirecta, por acción y por omisión, en la comisión de prácticas genocidas, en sus modalidades de: matanza de miembros del grupo; lesión grave a la integridad física o mental de los miembros del grupo; y sometimiento intencional del grupo a condiciones de existencia que hayan de acarrear su destrucción física, total o parcial. Estas prácticas se concretan especialmente en el proceso de extinción de 28 comunidades indígenas, en el proceso de aniquilación del movimiento sindical colombiano y en el exterminio del grupo político Unión Patriótica.
- Por su participación directa e indirecta, por acción y por omisión, en la comisión de crímenes de lesa humanidad, que se concretan en los siguientes: asesinato; exterminio; deportación o traslado forzoso de población; encarcelación u otra privación grave de la libertad física en violación de normas fundamentales de derecho internacional; tortura; violación; persecución de un grupo o colectividad con identidad propia fundada en motivos políticos y étnicos, en conexión con otros crímenes mencionados, y desaparición forzada de personas...


THE FINAL SESSION OF THE TPP COLOMBIA
The companies under trial for their policies and practices in Colombia are:
Cola, Nestlé, Chiquita Brands, BP, OXI, Repsol, , Cemex, , Muriel, Glencore-Xtrata, Anglo American, Bhp Billington, Anglo Gold, Monsanto, Smurfit Kapa – Cartón de Colombia, Multifruits S.A. – Delmonte, Pizano S.A y su filial Maderas del Darién, Urapalma S.A, Dyncorp; Unión Fenosa, Aguas de Barcelona, Canal Isabel II, Endesa, Telefónica y TQ3.

Similarly the governments of Colombia and the countries with the headquarters of these companies are under trial.
The recovery of historical memory, the search for truth, justice and complete compensation for the victims, the strengthening of the social movement, the rebuilding of organisations and contribution in the search for quality of life, are some of the aims of this process, which started in Bern, Switzerland in November 2005, and concludes its first phase at the final hearing and judgement on July 21, 22 and 23 in Bogota. (www.redcolombia.org)

Un tribunal (pénal) international pour les sociétés transnationales ? Compte rendu de l'intervention du Professeur François Rigaux
"Les Etats peuvent exercer leur juridiction sur les STN (sociétés transnationales) mais ils ne souhaitent pas le faire. Il est nécessaire de les forcer à agir. L’existence d’un tribunal international pourrait les inciter à exercer leurs prérogatives. Les tribunaux internationaux existants peuvent condamner les Etats (Cour internationale de Justice de La Haye) ou les individus (Tribunal pour l’ex-Yougoslavie ou Tribunal pour le Ruanda), mais pas les STN pour les graves crimes qu’elles commettent à l’encontre des peuples de toute la planète."(Attac-France)

Le Tribunal permanent des Peuples accuse les transnationales de violation des droits humains par João Pedro Stedile
"Au Tribunal permanent des peuples (tribunal pénal sur les sociétés transnationales), des entités de la société civile internationales ont accusé trente transnationales européennes d'avoir pratiqué la violation des droits humains et des travailleurs sans respect pour l'environnement et les peuples autochtones d'Amérique latine et des Caraïbes." (Direction nationale du MST (Mouvement sans terre), Brésil)

Inde - Civil and Uncivil Societies
Independant People's Tribunal on the World Bank Group in India
"The three main objectives established for the Tribunal are:
1) To dispel the myth that the World Bank operates independently and does not espouse the cause of any country or private agency.
2) To determine the Bank's influence on the policy-making decisions of Indian government officials.
3) To determine the impact World Bank's policies have had on poverty and democratic structures in India... "

Violence-exclusion

Report of National Consultation on Minorities and Biases in Text Books by Centre for Study of Society and Secularism
"(...) education controls the mind of the people and hence was very important. But unfortunately textbooks were full of biases against the minorities and were not written scientifically and objectively and hence bringing about reform in the text books are very important..." (SACW)
Neglect of Children Under Six in the Union Budget 2007-8
A letter to Dr. Manmohan Singh Prime Minister of India
"We urge you to intervene and ensure a fairer deal for children in the Union Budget 2007-8 as well as in the 11th Plan. We also take this opportunity to reiterate our appeal for more active political leadership on children’s issues, including the universalization of ICDS... " (SACW)
Hindutva's Uncivil Society in Eastern UP: Its time stop the hate spewing yogi of Gorakhpur by Subhashini Ali
"The Hindu Mahasabha-BJP MP from Gorakhpur, Yogi Adityanath, makes no attempt to mask his intentions with civilities and double-talk. He calls upon the majority community to recognize Muslims as the enemy and to utilize every opportunity to attack them. He has created his own organization, the Hindu Yuva Vahini, which has branches in almost every village, small town and district headquarter of Eastern UP (Uttar Pradesh). The members of this organization are mostly unemployed and lumpen youth... Every such incident serves to underline the fact that he (Yogi Adityanath) is a law unto himself and that he and his followers can act with impunity." (SACW)
Riot, manufactured in Gorakhpur by Apoorvanand (Delhi University
)
"If one tries to understand the developments in Gorakhpur and its neighbouring areas of eastern Uttar Pradesh (Poorvanchal) from January 26 to 31, 2007 through the eyes of the print and electronic media, one moves further away from the truth. It is a sordid story of a highly communalised media conjuring up a riot, collaborating with BJP MP Yogi Adityanath, a Bal Thackeray clone and heir to the Gorakhnath Peeth operating from the Gorakhnath temple..."

CETRI 2005 La signification des réfugié-e-s dans le conflit israëlo-palestinien
What Really Happened Fifty Years Ago? (version intégrale The Link pdf) by I.Pappé
"Al Nakba"--The Palestinian Catastrophe of 1948 (vidéo) New
George Galloway & Ilan Pappe 1 , 2, 3 (audio) New
The Ethnic Cleansing of Palestine & part 2 , Part 3 , Part 4 by Dr. Ilan Pappe (vidéo) New


Témoignages

Les Confessions d'un assassin financier John Perkins
"« Les assassins financiers, écrit John Perkins, sont des professionnels grassement payés qui escroquent des milliards de dollars à divers pays du globe. Leurs armes principales : les rapports financiers frauduleux, les élections truquées, les pots-de-vin, l’extorsion, le sexe et le meurtre. »
Le travail de John Perkins consistait à convaincre certains pays stratégiquement importants pour les États-Unis, comme le Panamá ou l’Indonésie, d’accepter d’énormes prêts pour le développement de leurs infrastructures, et à s’assurer que tous les projets lucratifs étaient confiés à des entreprises américaines. Ainsi affligés de lourdes dettes, ces pays se retrouvaient alors sous le contrôle du gouvernement américain, de la Banque mondiale et d’autres organisations humanitaires dominées par les États-Unis, qui se comportaient envers eux comme des usuriers, leur dictant les conditions de remboursement et forçant leurs gouvernements à la soumission.
"Les assassins financiers sont des professionnels grassement payés qui escroquent des milliards de dollars à divers pays du globe. Ils dirigent l’argent de la Banque mondiale, de l’Agence américaine du développement international (U.S. Agency for International Development — USAID) et d’autres organisations « humanitaires » vers les coffres de grandes compagnies et vers les poches de quelques familles richissimes qui contrôlent les ressources naturelles de la planète. Ils jouent un jeu vieux comme le monde, mais qui a atteint des proportions terrifiantes en cette époque de mondialisation. Je sais très bien de quoi je parle... car j’ai été moi-même un assassin financier..." (John Perkins)
Repenser l'action politique de gauche, essai de Pierre Mouterde   More infos
Pour une politique éthique de l'affirmation de soi
"Ce dernier chapitre sur l'éthique fait spécifiquement écho au chapitre 5 "Reconstruire le "Nous", la rupture démocratique"... Mouterde tient à insister sur le fait que revaloriser le politique ne signifie pas mettre de côté l'éthique. Au contraire, cela voudra dire établir de nouveaux rapports entre l'un et l'autre, penser mieux leur inter relation et surtout concevoir l'action humaine sur d'autres bases que celles auxquelles nous a accoutumé une bonne partie de la tradition occidentale.
Ce chapitre nous conduit à nous poser de nouveau la question basique des caractéritiques de l'action humaine, du "que faire?", du "comment agir ?". Cette question commence toujours par une première énigme. Quel en est l'agent décisif, le possible sujet ? A qui s'adresse-t-elle d'abord ? A l'individu, au "je" ou au contraire à une collectivité donnée, au "nous" ?
Une énigme difficile à résoudre d'autant que chacun sait intuitivement que l'un reste étroitement lié à l'autre. Toute action pensée à partir du "je" ne peut pas faire abstraction du contexte social dans lequel inéluctablement elle se déploie. Et toute action collective passe par une adhésion qui prend nécessairement des formes individuelles.
"Que dois-je faire ?" s'interroge Kant au siècle des lumières, mettant bien en évidence que dans l'ordre de l'agir c'est le "je" qui reste premier. "Les hommes font leur histoire eux-même, répondra Marx dans son 18 brumaire de Napoléon Bonaparte,...mais...dans des conditions données...directement héritées du passé". Marx, dit Mouterde, fera de la collectivité des hommes et du poids de l'histoire le point de départ obligé de toute réflexion sur l'action. Pour Marx l'homme n'est pas une entité première mais une production sociale marquée du sceau de l'histoire, de la politique et de la culture. La nuance est de taille, dira Mouterde, elle indique une première ligne de partage..."

SES PROPRES MOYENS, essai d'André Thibault , Propos introductif et présentation de l'ouvrage (2/2) par Christian Pose
""(...)Les produits culturels commerciaux appaisent sur le moment les désirs et les manques, et bien sûr, la demande d'apaisement momentané est forte et on la ressent tous à un moment ou à un autre. Les oeuvres de création au contraire véhiculent volontiers des pensées inconfortables qui nous confrontent aux exigences de la croissance et de la survie dans un monde difficile. Le show anesthésie les états d'âmes bouleversants en les canalisant dans des représentations imaginaires tellement étrangères aux conditions de nos propres combats que nos pulsions en sont stérilisées. L'imaginaire mis en oeuvre par le show commercial n'est pas moteur, mais se réduit à une fascination de l'irréel entraînant les énergies dans un ailleurs inconsistant, lieu d'entropie psychique accélérée.
"L'essai ou la fiction qui nous place au contraire devant la problématique de nos vraies luttes pour l'actualisation et la dignité, pour la coexistence des différences et l'accès à une conscience lucide, contre l'abêtissement ou l'exploitation et le mépris, a autant de ressemblance avec la violence sportive ou cinématographique que la détente volontaire avec le vallium. La violence sportive vient réveiller chez l'être humain toutes les vexations accumulées au long de son existence, la révolte impuissante contre les abus découlant habituellement de l'inégalité dans les rapports de force, le fantasme de s'en sortir par des victoires symboliques. L'art demande des formes d'adhésion étrangères aux logiques dominantes...le développement de l'imaginaire, écrira André Thibault, se heurtera de tout temps à une censure sociale avec menace de sanction. Dans le Québec traditionnel, les gardiens de la conformité s'arrogeaient la prérogative de désigner comme "chaviré" ou "détraqué" celui qui imaginait en dehors des sentiers balisés. Plusieurs citoyens, considérant pathologique l'acceptation de la solitude et bizarre le goût d'explorer l'inconnu, obsédés de sécurité, ont toujours été prêts à réduire leurs singularités personnelles, à sacrifier les expériences imprévues, à se laisser standardiser, pour se protéger de l'angoisse..."
Essai, André Thibault More infos


L'Armée Japonaise (SDF) en Irak .....
Japan's War Readiness, Znet asie

Article 9 - Constitution Japonaise
9-Jo no kai (jp)japanese language site (en) (fr)
Le texte de la Constitution du Japon est aujourd’hui mis à l’épreuve.
Appel de la « Société de soutien à l’article 9 »
"Notamment l’article 9 de la Constitution par lequel le Japon, concrétisant la volonté de citoyens du monde entier, renonçait à la guerre et à l’usage de la force armée.
Du fait de sa politique d’invasion, le Japon a eu une lourde responsabilité dans la Seconde Guerre mondiale qui, par l’usage d’armes toujours plus cruelles, jusqu’aux bombardements atomiques de Hiroshima et de Nagasaki, a détruit plus de cinquante millions de vies humaines.
Cette guerre a enseigné au monde entier que la force armée n’est pas un moyen de résoudre les conflits internationaux.
Pourtant, un demi-siècle plus tard, un mouvement se manifeste dans des proportions et avec une force sans précédent pour demander la révision de la Constitution du Japon et notamment de l’article 9. Il s’agit de transformer le Japon en un « pays qui peut faire la guerre » et qui obéisse aux États-Unis. Déjà, certaines dispositions restrictives écrites dans la Constitution ont été outrepassées du fait de l’acceptation du droit de défense collectif, par l’envoi des Forces de Défense à l’étranger et par l’autorisation de l’emploi de la force armée. On essaie maintenant de franchir certaines limites politiques aussi importantes que les trois principes anti-nucléaires ou l’interdiction d’acheminement d’armement. Enfin, on modifie aujourd’hui la Loi fondamentale sur l’éducation afin de transformer la jeunesse de la Nation en personnes mobilisables par un « pays qui peut faire la guerre ». Nous sommes face à un changement politique fondamental : alors que la Constitution japonaise a donné naissance à un pays disposé à résoudre les conflits sans faire usage d’aucune force armée, c’est aujourd’hui le principe même de ce pays que l’on cherche à inverser pour en faire un État privilégiant le fait militaire. Nous ne pouvons accepter un tel changement politique..."


Cinéma Altermondialiste
UN AUTRE FILM EST POSSIBLE (dailymotion)
Vidéo alters (dailymotion)

un mundo felizDesign for solidarity Graphic Forum
www.unmundofeliz.org

2nd anniversary of 11M. "Democracy & terrorism"

Center for the study of POLITICAL GRAPHICS (USA)

San Francisco
Labor Fest 2006
International Working Class
Film & Video Festival

Festival international de films de Fribourg
18-25 mars 2007

Chicago Palestine Film Festival 2007
Films, Schedule and Venues

The Electronic Intifada

Arts, Music & Culture
Festivals & Special Events Coverage

yo, sor Alice"Yo, Sor Alice" disparue en Argentine en 1977
5/5/04 (Fr) film de A.Marquardt
La face cachée de la Terre Le monde diplomatique (fr)
Festival de cinéma de la Havane (fr)


RAPPEL
"The Great Global Warming Swindle": A droplet of common sense in an ocean of hysteria. Watch it.
"New developments this week conclusively betray the fact that global warming is a creature of Big Brother and it is being used to eliminate whatever shreds of personal liberty we have left... Britain's next Bilderberg-appointed Prime Minister Gordon Brown says we need a "new world order" to combat climate change...." (Paul Joseph Watson, Prison Planet TV)
911 revelation : "Nuclear Demolition" New
Elevated values of tritium in the aera of WTC but not elsewhere in New York; The thermal survey of the WTC 9/16/2001 found hotspots up to 1341 F (youtube).
911 Eyewitness
"Cette vidéo capitale sur les évènements du 11 septembre, propose une analyse scientifique des effondrements des trois tours du WTC à partir des enregistrements vidéos originaux de Rick Siegel réalisés en direct depuis une rive opposée à celle de Manhattan. Cette vidéo est aussi la seule à mettre clairement en évidence les séries d’explosions entendues qui ont précédé les effondrements des tours" (1 h 44 mn 40 s - 12 juil. 2006, youtube)

102 Minutes: Inside the Towers: A reconstruction of the harrowing final minutes inside the north and south towers of the World Trade Center on Sept. 11, 2001, narrated by reporters of The New York Times.
11 septembre: l’Amérique sur le banc des accusés (reopen911.info & Marcfievet-L'Aviseur international)
"Les tours jumelles du World Trade Center, cibles de l’attaque de deux avions pilotés par des terroristes kamikazes, se sont effondrées à la suite d’une "démolition contrôlée" au moyen d’explosifs. "Nous arrivons à une conclusion terrifiante: l’attentat aurait pu être organisé et orchestré par quelqu’un au sein du gouvernement américain", a déclaré Richard Gage, membre de l’Institut américain des architectes et principal auteur d’un appel à lancer une nouvelle enquête qui sera adressé au Congrès..."

Engineers and Architects : Question the 9/11 Commission Report New
"Many engineers and architects have expressed significant criticism of the 9/11 Commission Report. Several even allege government complicity in the terrible acts of 9/11..."
Architects & Engineers for 9/11 Truth! New
"I will present to you the very clear evidence that all three World Trade Center high-rise buildings, the Twin Towers and Building 7 were destroyed not by fire as our government has told us, but by controlled demolition with explosives..." (Richard Gage, AIA is the founding member of ae911Truth.org)
"How The Towers Fell" Parts I & II – "WTC Building #7 and Twin Towers – Controlled Demolitions?" (2 hours) by Richard Gage, architecte, AIA, (911blogger.com)

Marvin P. Bush, frère de G.W. Bush, a été entre 1993 et 2000 l'un des directeurs de Securacom/Stratesec, société chargée de la "sécurité" du World Trade Center, de United Airlines, de Reagan Airport, de Dulles Airport duquel décollera, le 9.11, le vol 77 supposé écrasé sur le Pentagone; une entreprise cotée à l'American Stock Exchange jusqu'en 2002 soutenue par KuwAm, Kuwait-American Corporation, société d'investissement koweito-américaine dirigée par Wirt D. Walker III, parent de Bush, Marvin P. Bush et Mishal Yousef Saud al Sabah de la famille royale du Koweit. Securacom/Stratesec aura pour clients l'US army, l'US Navy, l'US Air Force et le département de la Justice sans avoir à subir le protocle des appels d'offre et la concurrence. Marvin P. Bush sera également entre 1999 et 2002 l'un des directeurs de HCC Insurance Holding Inc. assureur du WTC... (source Margie Burns/CP) New

JP Morgan Chase investit $ 2 milliards sur l'actuel site 5 du WTC pour y bâtir son "quartier général" après avoir investi $ 1 milliard - comme HSBC, Deutsche Bank, Citigroup -, dans l'opération mondiale "sièges sociaux dépollués" (certifiables LEED Platinum Leadership in Energy and Environmental Design) de l'écofasciste C40Cities-Clinton Climate Initiative (1) et opté pour les orientations néo-eugénistes du "perfect-business" de Michael Bloomberg (maire de New-York) et de Charles Murray W. H. Brady Scholar de l'AEI. La tour 5 est prévue pour 2012. Goldman Sachs investira également $2 milliards pour s'installer sur le site 4...
"The old Chase Manhattan Bank led the revival of Wall Street and Lower Manhattan in the 1950s..., As a strong supporter of the original World Trade Center and a former Chairman and CEO of the bank which we now know as JPMorgan Chase, I am delighted that this great institution will continue to play an important ongoing role in helping to rebuild Lower Manhattan as the financial capital of the world."
(David Rockefeller, 14/06/07)... . A visionner, l'invraissemblable vidéo animation du nouveau WTC de Larry Silverstein (C.P.) New

Professors Question the 9/11 Commission Report New
"Many well known and respected professors have expressed significant criticism of the 9/11 Commission Report. Several even allege government complicity in the terrible acts of 9/11... "
9/11 - Le Mythe et la Réalité - Philosophe des religions et théologien David Ray Griffin déconstruit 9 des mythes les plus criants sur lesquels repose la version "officielle" des événements du 11 Septembre 2001(reopen911.info).


«Loose Change»  
On a peine à le croire: un jeune réalisateur de 22 ans, Dylan Avery, a été l’invité de Fox News, la chaîne TV pro-Bush, pour présenter son film contestant la version officielle fournie par la Maison Blanche sur les attentats du 11/9 2001 (yahoo.fr) (Prison Planet TV)

www. peaceproject.com
CIA backed Saddam : Thanks for Memories Bushflash, CRG

bushflashBushflash.com


Looting is not un America
, CRG

meatrixThe MEATRIX, CRG

Econo Eyes, the Village Voice

jounee sans achat http://adbusters.cool. ne.jp/ japanese language site
Anti (sur)consommation

Adbusters
global network of artists, activists, writers, pranksters, students, educators and entrepreneurs who want to advance the new social activist movement of the information age


ANTHONY GOICOLEA

Made In Palestine, a unique art exhibition showcasing the works of 23 palestinian artists is facing uncertain times in the United States, with major museums refusing play host (T.W.Wood Art Gallery, oct/nov 2005, Montpelier, Vermont USA sponsored by Vermonters for a just peace in Palestine/Israel)
Palestine US exhibit stirs controversy by Linda Isam Haddad (Aljazeera, Los Angeles)
Unknown face of Palestinian art by Jonathan Curiel (San Fransisco Chronicle)
Made in Palestine, history in the waking by Robert Avila (The San Fransisco bay Guardian)
"Made in Palestine" by Rob Eshelman (Electronic Intifada)

Ray Beldner (illegal art)
Joël Guenoun

MAGMO The Destroyer

Galerie éof Paris espace alternatif
ILLEGAL ART Freedom of Expression in the Corporate Age

made in utopia
projet socio-artistique, linguistique, symbolique / Expo à Artazart - 12/11/03
Presse dans OVNI (fr), (jp)japanese language site

The map of the world Map of The WorldThe Map of The World

Renga  japanese language site
"Renga", or Linked Image, is a new methodology of image creation in the digital era. It was given birth at the intersection of art, telecommunication network and multimedia.

More infos [ ART ]


Wikipedia and the Intelligence Services by Ludwig Braeckeleer (26/07/2007)
"According to clues accumulated by ordinary citizens around the world, it could be that the CIA and other intelligence agencies are riding the information wave and planting disinformation on Wikipedia. If so, tens of thousands of innocent and unwitting citizens around the world are translating and propagating their lies, providing these agencies with a universal news network. " (ohmynews.com & kurtnimmo.com)

A propos de Wikimedia Foundation

Quelques lecteurs ont observé que linked222 avait été "cité" dans les pages encyclopédiques multilingues de Wikimedia (22 avril 2005). La page citée est tirée de Ni Bonze ni laïc : "Critique du bouddhisme tibétain et du servage, choix militant des théories et des expertises II-2" ... Cette citation est due à une photo ancienne de Yang Wenhui que j'ai enprunté à la remarquable thèse de Gabrièle Goldfuss "Vers un bouddhisme du XXème siècle, Yang Wenhui (1837/1911) Réformateur laïque et imprimeur". Je tenais à soutenir le travail de Gabrièle Goldfuss autant que le caractère populaire du bouddhisme réformé Chinois de Yang Wenhui - peu avant l'avènement de la première République Chinoise-, en opposition aux valeurs fascisantes du bouddhisme politique monastique impérial Chinois, Japonais ou royal Tibétain... J'attire maintenant le lecteur sur les financements de Wikimedia : Grant report/2004. Nous observons que Wiki a accepté un chèque de 40 000 $ de la Lounsbery Foundation. Si j'observe le Board of Directors j'apprends que l'historien spécialiste de la propagande US de Gérarld Ford pour les pays du Bloc de l'Est David M.Habshire en est le premier directeur, Habshire est également Président du Center for the Study of the Presidency, co- fondateur et ex-Président de Center for Strategic and International Studies (The AILA International Fellows Program financé par le milliardaire japonais Kazuo Inamori). CSIS associé, du reste, à l'université jésuite de Georgetown entre 1962 et 1986 (?), co-financé par l'ultra-conservateur Richard Mellon Scaife et fréquenté par Samuel P. Huntington, H. Kissinger, Dick Cheney et Francis Fukuyama. Habshire sera l'ambassadeur de R. Reagan à l'OTAN, membre du PFIAB (81/83) et dirigera, pour le compte de Reagan encore, le National Security Group qui comprend à cette époque le département d'Etat et de la Défense, l'USIA et la CIA... la suite de l'histoire, bientôt!...


Disability Information Ressources : History and News, documents

Convertir les hérétiques, les malades et les personnes agées au Japon et les Archives des Missions Etrangères de Paris 1903-1997
"(...)Avec un bon code d’honneur pour les relations sociales, et un art consommé de « paraître » toujours à la hauteur, les Japonais arrivent à se donner une bonne opinion d’eux-mêmes. Mais ce vernis sentimental et cette science de l’adaptation aux autres et aux événements deviennent impuissants devant les problèmes de la vieillesse prolongée dans les pires conditions : démence sénile, hémiplégie, etc. Seule la haute spiritualité peut en triompher. Les misères de la vieillesse handicapée risquent de rendre les personnes âgées répugnantes et attisent les égoïsmes latents de leur entourage. C’est vrai partout, encore plus au Japon où la ligne de démarcation entre l’homme et l’animal reste à préciser..." Scandaleux propos du Père Philippe Gouraud, Directeur de la Maison Asahi-ga-oka, Hokkaido, groupe missionnaire MEP de Sapporo, les MEP sont engagées dans 6 des 16 diocèses que compte le Japon: Sapporo, Urawa, Tokyo, Yokohama, Osaka, Fukuoka, Rapport annuel des Evêques 1991


Temporary holding centers for migrants
NO FORTRESS EUROPE
Join the campaign to shut down temporary holding centres for migrants in Europe by Signing This Petition (source Altermonde)

Draft Impeachment Resolution Against President George W. Bush by Francis A. Boyle

Brussells TribunalThe BRussells Tribunal
The BRussells Tribunal 

INTERNATIONAL JUSTICE TRIBUNE
On August 12, 1998, the Union of Swiss Banks and Crédit Suisse agreed to pay 1.25 billion USD to American Jewish organizations bringing to a close one of the most serious political crises that Switzerland has known since WWII. Nine years later, what assessment can be made of a controversy that aroused passions, provoked a political identity crisis in the heart of Swiss society, strained US-Swiss relations and forced Swiss banks to lift bank confidentiality for the years of 1939-1945?
The root of the issue is simple: a number of Jews murdered by the Nazis had bank accounts in Switzerland. After 1945, the Swiss banks made no effort - and sometimes even blocked efforts - to return this money to the rightful account holders... (Recherche de matériaux d'histoire criminelle et judiciaire- biblio sur le crime bancaire durant la seconde guerre mondiale)

Rappel
Thèse de Lenni Brenner Zionism in the Age of the Dictators : la responsabilité des commercants sionistes allemands fortunés dans l'ascension d'Hitler, du nazisme et l'holocauste au nom de la fondation prioritaire de l'Etat d'Israel...
German Zionism offers to collaborate with Nazism, Ch.5 & The Jewish Anti-Nazi Boycott and the Zionist-Nazi Trade Agreement Ch.6 (C.P.)
"Prior to the Nazis, German Zionism was no more than an isolated bourgeois political cult. While the leftists were trying to fight the brownshirts in the streets, the Zionists were busy collecting money for trees in Palestine. Suddenly in 1933 this small group conceived of itself as properly anointed by history to negotiate secretly with the Nazis, to oppose the vast mass of world Jewry who wanted to resist Hitler, all in the hope of obtaining the support of the enemy of their people for the building of their state in Palestine. Smolar and their other Zionist critics saw the ZVfD as merely cowardly, but they were quite wrong. Any surrender theory explains nothing of the pre-Hitler evolution of Zionist racism, nor does it go far in explaining the WZO’s endorsement of their stance. The truth is sadder than cowardice. The plain fact is that Germany’s Zionists did not see themselves as surrendering but, rather, as would-be partners in a most statesmanlike pact. They were wholly deluded. No Jews triumphed over other Jews in Nazi Germany. No modus vivendi was ever even remotely possible between Hitler and the Jews. Once Hitler had triumphed inside Germany, the position of the Jews was hopeless; all that was left for them was to go into exile and continue the fight from there. Many did, but the Zionists continued to dream of winning the patronage of Adolf Hitler for themselves. They did not fight Hitler before he came to power, when there was still a chance to beat him, not out of any degree of cowardice, but out of their deepest conviction, which they had inherited from Herzl, that anti-Semitism could not be fought. Given their failure to resist during Weimar, and given their race theories, it was inevitable that they would end up as the ideological jackals of Nazism..."

TRIAL


"Disparitions forcées"
La Coalition suisse pour la Cour pénale internationale, dont TRIAL assure le secrétariat, demande au Conseil fédéral de signer la Convention de l’ONU sur les disparitions forcées le 6 février 2007 à Paris, lors de l'ouverture officielle des signatures.
JAPAN WAR CRIMES (TMIEO)
TRIAL Watch & Les entreprises militaires privées
Selon certains rapports, des entreprises militaires et de sécurité privées emploient plus de 20 000 étrangers souvent armés en IRAK.Les employés d'entreprises mandatés para les forces multinationales en IRAK bénéficient largement d'une immunité devant les tribunaux irakiens en vertu du Coalition Provisional Authority Order n°17...
Comment peut-on exercer un contrôle et une surveillance adéquats sur la délégation de tâches militaires et de sécurité à des entreprises privées ? Comment peut-on, dans des Etats où les mécanismes d'application du droit sont faibles, assurer la responsabilité d'employés étrangers de sociétés privées qui commettent des crimes contre le droit international public ?..." (Bulletin d'information n°10 juin/septembre 2006)

Organizations united to abolish the death penalty in America and around the World
South Center for Human Rights (SCHR)
The Center's Prison and Jail Cases in the News (très important document)

Linked222 soutient les mouvements civils et citoyens d'opposition à la "Correction Industry"
Non, au business des prisons privées de l'American Correctional Association et à Corrections Corporation of America (CCA) "monstre sacré" de la Correction Industry coté au NYSE !...
Myths vs. Reality in Private Corrections: The Truth Behind the Criticism

This Alien Life: Privatized Prisons for Immigrants by Deepa Fernandes, CorpWatch
From Mining to Prisons !
"Many locals have family roots in the mining industry that was the lifeblood of rough and tumble town until the silver boom petered out. Around the turn of the 20th century, the territorial prison moved to town. But the town really came back to life after Tennessee-based Corrections Corporation of America (CCA) one of the nation's biggest prison companies, built two prisons in Florence, and the U.S. Immigration and Naturalization Service (INS) began renting bed space, and then built its own prison out of a town's old World War II prisoner-of-war camp. The influx of immigrant prisoners created jobs that drove the economy and sparked construction of new housing complexes on the outskirts of town, followed by big retailers such as Wal-Mart..."

Journalisme, sciences, applications militaires, histoire, politique, pensée sociale critique, justice, économie, culture & société..... More infos


FRANCE

Les réseaux citoyens de St-Etienne : qui sommes-nous, que voulons-nous, comment travaillons-nous ?
"Qui sommes-nous ? Nous essayons d’être un mouvement citoyen de résistance au capitalisme néolibéral et de transformation sociale.Nous sommes partie prenante du mouvement altermondialiste. Au sein de ce mouvement, nous sommes de ceux qui cherchent de nouvelles voies de transformation sociale après l’échec des modèles du 20ème siècle, basés sur la prise du pouvoir - parfois par des avant-gardes - et la démarche délégataire. Ces modèles, incarnés dans la "forme parti politique", ont souvent débouché sur des renoncements et de profondes désillusions, ou sur des dictatures..."

Rappels historiques :
"Référé Liberté" contre l'Etat d'urgence
Frédéric Rolin (source E.Chouard)


Le journal citoyen électronique d'Etienne Chouard
"La violence (résultat d'une exclusion extrême) surgit quand la politique est absente...Je relie la réflexion de Laurent Mucchielli à celle sur nos institutions qui, elles aussi, excluent les citoyens du fait politique entre deux élections : pas de Référendum d'Initiative Citoyenne et pouvoir exécutif hors contrôle, aussi bien en France qu'en Europe..." (E.Chouard)
Histoire de la criminologie et des sciences de la déviance
Criminologie, hygiénisme et eugénisme en France (1870-1914) : débats médicaux sur l'élimination des criminels réputés « incorrigibles »
"Nous nous intéressons ici autant aux théories du comportement criminel qu'aux solutions concrètes préconisées par les médecins-criminologues afin d'« éradiquer » ce « fléau social », selon les termes de l'époque. Nous tentons de montrer comment, à travers ces solutions, au delà d'un simple mouvement corporatiste, se dévoilent l'ensemble de la « vision du monde » de ces médecins, en particulier leur prétention à éclairer de leurs savoirs le traitement des problèmes sociaux et à relayer un pouvoir judiciaire accusé plus ou moins explicitement de laxisme et d'irréalisme. Au nom de l'assainissement et de la moralisation de la société, les partisans d'un programme fort d'hygiène publique réclameront que la « prophylaxie sociale » s'élargisse à la lutte contre la criminalité (comme par ailleurs au vagabondage et la prostitution). La plupart d'entre eux n'hésiteront pas à réclamer la mise en œuvre de moyens radicaux d'élimination des criminels réputés incorrigibles : déportation à vie dans les colonies, application plus systématique de la peine de mort, puis, sous l'influence du mouvement eugéniste, stérilisation voire élimination par des moyens jugés plus propres et plus indolores encore tels que le recours à des gaz. L'objet de ce travail de synthèse est l'analyse des logiques intellectuelles sous-tendues dans ces débats, replacées dans le contexte politico-social et dans les schémas culturels de l'époque..." (Laurent MUCCHIELLI)
Quelques interrogations épistémologiques sur la psychiatrie criminologique française
A partir de l’analyse d’un important ouvrage collectif intitulé Criminologie et psychiatrie (1997), l’auteur propose un examen critique de la psychiatrie criminologique française. Il s’interroge premièrement sur ses fondements empiriques (types de données utilisées et mode de traitement de ces données, connaissance et utilisation de la littérature scientifique internationale), deuxièmement sur sa cohérence théorique (définition du domaine et des objets de la psychiatrie criminologique, distinction du normal et du pathologique dans les comportements, présupposé de la violence innée de l’Homme) et troisièmement sur ses procédés argumentatifs (mode d’utilisation de la psychanalyse, statut des cas en clinique, mode d’exemplification des énoncés théoriques). L’auteur conclut au non-respect général des conditions couramment admises dans l’exercice du travail scientifique. (Laurent MUCCHIELLI)
"Honte aux partis"
"Ils déconsidèrent "la politique" en n'instaurant pas le référendum d'Initiative Populaire (RIP) qu'ils ont pourtant tous promis dans leur programme avant une échéance nationale" (Y.Bachaud)


Le réseau "Espaces-Populaires", Recherche-Action, La Rage du Peuple
Organiser un Forum Social des Banlieues
Ateliers-Résidences et Action culturelle by Hugues Bazin
Espaces populaires et espaces publics & Hip-hop by H.Bazin


USA

Selected Articles and Book Chapters, P.N. Edwards
The Closed World - P.N. Edwards (Université du Michigan)
"The Closed World offers a radically new alternative to the canonical histories of computers and cognitive science. Integrating political, cultural, and technological history, it argues that we can make sense of computers as tools only when we simultaneously grasp their roles as metaphors and political icons. In this extended exploration of the relations of science and engineering to the evolution of modern society, Paul Edwards argues that what people have said, thought, and experienced through computers--as reflections of the nature of their minds; as solutions to political, commercial, and military problems; as icons of rationality--is as significant as anything computers have actually accomplished. Social and cultural context
has shaped the growth of computer technology as much as it has been shaped by it..."


Pourquoi fabriquer des ordinateurs ?
Parmi toutes les machines que nous a léguées la guerre froide,
l’ordinateur numérique connaît un fabuleux destin. Mais qui sait combien l’ordinateur a structuré le climat politique de cette époque? Et comment, en retour, celui-ci a influencé le développement de l’informatique? Les outils informatiques étayent la construction d’un monde clos ... More infos
Contre l'eugénisme scientifique : contribution des noirs à l'humanité, l'affaire Mailloux sur la prétendue infériorité innée des noirs et des amérindiens, 29 octobre, 15h au AM050 UQAM, Montréal

L'odieux congédiement de Fehmiu
by Michel Vienne (17/10/05, Le Devoir.com, Québec)
Production des savoirs et représentations stratégiques, Christophe Wasinski
"Depuis la fin de la Guerre Froide environ, les études de sécurité sont le théâtre d’un important débat relatif à la définition de leur champ intellectuel. Pour certains chercheurs, le terme de sécurité devait être reconceptualisé dans un sens plus large et plus conforme à de nouvelles pratiques. Une telle démarche va de paire avec l’usage quasi immodéré du concept de sécurité (sécurité alimentaire, sécurité économique, sécurité informatique, sécurité sociale, etc.) par les acteurs sociaux internationaux et internes.
La tendance actuelle (surtout en Europe ?) est donc de réduire la visibilité des aspects les plus traditionnels du domaine de la sécurité, c’est-à-dire les questionnements relatifs à la guerre et à la stratégie dans leurs dimensions les plus militarisées. Positionnement parfois paradoxal si l’on en juge par l’affirmation, de la part de nombreux chercheurs, que ces deux phénomènes constituent toujours une dimension essentielle, si ce n’est l’épicentre, des études de sécurité..."

"L'homme, cet inconnu"
"Le conditionnement des criminels les moins dangereux par le fouet, ou par quelque autre moyen plus scientifique, suivi d'un court séjour à l'hôpital suffirait probablement à assurer l'ordre. Quant aux autres, ceux qui ont tué, qui ont volé à main armée, qui ont enlevé des enfants, qui ont dépouillé les pauvres, qui ont gravement trompé la confiance du public, une établissement euthanasique, pourvu de gaz appropriés, permettrait d'en disposer de façon humaine et économique... En Allemagne, le gouvernement a pris des mesures énergiques contre l'augmentation des minorités, des aliénés, des criminels. La situation idéale serait que chaque individu de cette sorte soit éliminé quand il s'est montré dangereux".
(in L'homme, cet inconnu, Alexis carrel, 1935, Prix Nobel de médecine)

Quand le négationnisme s'invite à l'université, l'affaire Alexis Carrel précurseur des chambres à gaz by Didier Daeninckx (extrait du livre Ch.5, 10 chapitres en ligne)

Quelques théoriciens, sociologues, économistes et psychologues néoeugénistes américains proches des thèses néofascistes et néonazies sur les inégalités raciales et l'égalitarisme... More infos


The rollback of South Africa's chemical and biological warfare program by Dr.Stephen F.Burgess, Dr.Helen E.Purkitt, Ch.3 "Project Coast" (1981-1993) / USAF Counterproliferation center / Air War College (4/2001)
The Government's Dirty Little Secrets
by Alexander Cockburn (Los Angeles Times, Commentary, 1998)
"Le Right Livelihood Award accordé récemment à Grameen Shakti pour l'équipement de villages du Bangladesh en ateliers de construction de panneaux solaires et de micro structures biogaz confirmera que de bons outils peuvent être mis entre les mains de dangereux concepteurs. Ici l'autoproduction en énergie alternative ne pourra bien évidemment pas règler la question de la misère puisque l'on évolue dans une perspective de "prédéveloppement-développement", de productivité, de croissance et non comme il faudrait de décroissance. Cette voie "non alternative" conduira via le micro-crédit à une absorption rapide de l'organisation sociale rurale par les méga-concepteurs financiers et politiques du projet dont on connait les intentions et les moyens puisqu'il s'agit de Grameen Bank/Soros mais surtout de la Banque Mondiale et de USAID ($4millions), officine civile de la CIA. Il s'agit bien, ici, de forcer le Bangladesh rural (et urbain) à "l'économie de la dette" par le décloisonnement des marchés et les zones de libre-échange qui s'opposent par définition à l'autonomie du micro-crédit, de la micro-production rurale ou des marchés ruraux traditionnels (Amérique Latine, centrale, Caraïbes, Afrique, Asie centrale, etc...); un projet paradigmatique pour "civil & business partners" réservé aux pays émergents et aux "global BOP markets" (marchés estimés à +-$ 4000 milliards en eau, communication, informatique, information, santé, transport, logement, énergie ($433 millliards), alimentation; WRI) guère plus réjouissant que celui de PlaNet Bank, que les aides civiles de la JICA ou que la privatisation des postes dans un contexte de guerre contre l'épargne mondiale menée par la FED... "(C.P.)

THE RIGHT LIVELIHOOD AWARD , Prix Nobel alternatif 2006, Ruth Manorama (India), Chico Whitaker Ferreira (Brazil), Daniel Ellsberg (USA) et The Festival Internacional de Poesia de Medellin (Colombia)
Ruth Manorama (India)
“ ... for her commitment over decades to achieving equality for Dalit women, building effective and committed women's organisations and working for their rights at national and international levels. Dalit women in India suffer from three oppressions: gender, as a result of patriarchy; class, from being from the poorest and most marginalised communities; and caste, from coming from the lowest caste, the 'untouchables'. Although discrimination on the basis of caste is against the Indian constitution and prohibited by many laws, its practice is still widespread, especially in rural India..."
Interview with Dr. Ruth Manorama, questions asked by Ole von Uexkull on September 22, 2006
Prix Nobel Alternatif 2005
Dr. Irène Fernandez (Malaisie), Francisco Toledo (Mexico), Maude Barlow and Tony Clarke (Canada), First People Of The Kalahari / Roy Sesana (Botswana)

OPERACION DIGNA / iNI UNA MAS!

Alternative Radio
"a forum for controversy and debate" be diverse and "provide a voice for groups that may otherwise be unheard".
projects independents

Third World Network
independent non-profit international network of organizations

Free Speech TV

WWW (World Wide Web)
Tim Berners-Lee
invente le World Wide Web en 1989, il dirige aujourd'hui le World Wide Web Consortium un consortium industriel international fédérant les intérêts de 400 sociétés-membres ayant pour objectif l'optimisation technologique et commerciale du Web, beaucoup de ces sociétés transnationales liées directement à des agences gouvernementales et administrations de différents Etats (Japon, U.S.A, Chine, Corée, France, Espagne, G.B....) ambitionnent conjointement : hégémonie militaire, marché transnational de la communication et citoyenneté globale citons dans l'ordre Agfa, Boeing, AT&T, Canon, Chevron, Citigroup, Department of Homeland Security, Defense Information System Agency (DISA), France Telecom, Fuji, Fujitsu, IBM, GmbH, NHK, Lockheed Martin Corporation, Matsushita Electric Industrial, McDonald Bradley, Merck&Co., Microsoft, Nippon Telegraph and Telephon Corp. (NTT), Nokia, NTTDoCoMo, Pfizer, Toshiba, Walt-Disney, Xerox... Que de chemin parcouru en quinze ans, Alors Tim, ange ou démon ? L'avenir le dira, à suivre....

Portrait
George Soros : Magicien impérial et agent double
"« OUI, J’AI UNE POLITIQUE ETRANGERE : MON OBJECTIF EST DE DEVENIR LA
CONSCIENCE DU MONDE. »


Batterfly Effect
Lorenz
Chaos & Fractal  (jp) japanese language site  (en)
by Paul Bourke
What is a fractal ? B. Mandelbrot
A rough or fragmented geometric shape
that can be subdivided in parts,
each of which is (at least approximately)
a reduced/size copy of the whole.


EDWIN BLACK
WAR AGAINST THE WEAK
biography

Internal Combustion : Edwin Black has produced an explosive, eye-opening exposé of the corporate forces that have for more than a century sabotaged the creation of alternative energies and vehicles in order to keep us dependent on oil. There is enough truth in this book to revolutionize our way of life...
"When I conceived Internal Combustion, I focused on one concept. It was not our dwindling energy supply and the oil crisis that intensifies each day. Look around. We all know this. It was not the need to rescue our rivers and bloodstreams, as well as our planet, from the toxic fruits of our industrial addiction to petroleum. Listen to the nightly news or pick up the morning newspaper. We all know this. It was not to futurize and fascinate with distant alternatives. The Internet and pop media are filled with enticing promises of a future technology that will be clean and renewable.
My purpose was to connect the dots of greed and deception that have governed energy from ancient times to the present. I stated it in words of one syllable: "This book is not about green, it is about greed." My endeavor was not just another lament on the widening shelf of "oil shortage" books. No one had connected the historical dots to discover the protracted continuity of avarice, fallacy, and manipulation that has now ensnared the world..."
Chapter One: The Plan Against Oil...


- Z Magazine & Z Net (ca)
World Tribunal on Iraq
US War Resisters in Canada


- Democracy Now !
HOWARD ZINN on Democracy Now!
(Texts & Radios)
A special hour-long conversation : "To be neutral, to be passive in a situation is to collaborate with whatever is going on" (27/04/05) More infos

- HOWARD ZINN.org
INTERVIEWS

HOWARD ZINN
UNE HISTOIRE POPULAIRE DES ETATS-UNIS
Seven Stories Press - selected books

Howard Zinn page, extraits de ses principaux ouvrages en ligne by Third World Traveler More infos

- Livres de CHOMSKY en ligne (1999-1973) More infos
AMERICAN POWER AND THE NEW MANDARIN (Word Power Ed.)
The Noam Chomsky Website & Articles; Debats and discussions


Philippines, Inde, Nouvelle histoire du Japon, Irak, Chili... More infos

home : linked222.free.fr     Ni bonze, ni laïc