"No more rice index, no more rice standardization, no more rice value chain corridor, no more ASEAN investment plan, no more commodities exchange..."

Cette page est dédiée aux compagnons décroissants de la Résistance du riz du Japon et d'Asie-Pacifique, aux mouvements paysans du monde, à ceux qui s'opposent à l'idéologie raciale américaine de l'endettement bancaire, financier et alimentaire et qui disent "non à l'industrialisation du riz, non aux marchés financiers du riz!" (C.Pose)
"Riz de montagne", Mont Nandai, Ibaraki, saison 2012-2013


U.S. Trade Representative Asked NSA for Spying Help
wide-reaching efforts by the NSA to collect data are driven in part by the agency’s “customers” – a range of other government agencies that includes the Office of the U.S. Trade Representative (USTR...) (, 12/11/13)
The US Trade Representative (USTR) is urging Japan to make a decision on scrapping agricultural tariffs and other barriers to help conclude the Trans-Pacific Partnership (TPP) free trade talks...(NHK, 15/11/13)
Exporting the TPP Melting Pot: Americanizing Japan
"U.S. stakeholders’ submissions to the USTR on Japan’s application to join the Trans Pacific Partnership (TPP) negotiations suggest that Japan would be better off by adopting U.S. regulatory systems and rules. If Japan were to adapt its regulatory systems to North American business needs no doubt trade and investment flows would increase..." (, 3/2/12)
U.S. Trade Representative (USTR), Japan & TPP
“The TPP, which is the foundation of the Obama Administration’s economic policy in the Asia-Pacific Region, looks to bring together twelve advanced and emerging economies to create a free-trade zone encompassing a third of global trade and 40 percent of global GDP...."("Abenomics: From Macroeconomic to Structural Reform – Japan’s progress and America’s interest.”,, 6/11/13)

Yoshimasa Hayashi ministre "IT system" de l'agriculture japonaise propose de destructurer l'agriculture japonaise en la noyant dans les standards technologiques américains, japonais et européens de sécurisation pour satisfaire, en fait, les appetits financiers sans limite des spéculateurs de l'agroalimentaire...
Je propose au ministre de lire l'évaluation décroissante du processus de prise de décision des Nations Unies (PNUE, 2007) pour la maîtrise de l'environnement dans un contexte de militarisation du monde, de guerres et de pauvreté. Cette critique sera diffusée sur linked222 en 2008.
Ma critique s'articule autour de la dernière phrase du rapport : "(...)la seule façon de traiter ces problèmes exige de déplacer l’environnement depuis la périphérie vers le centre du processus de prise de décision".
Ce propos me fait penser à la structure du panoptique carcéral. Je développe l'évaluation à partir de cette base qui me semble si particulière : "déplacer l’environnement depuis la périphérie vers le centre du processus de prise de décision"...
Six ans après cette évaluation le ministre de l'agriculture Yoshimasa Hayashi s'engage sur cette voie qui me semble toujours la plus opposée à la défense de l'environnement, de l'agriculture artisanale et des autonomies dans un monde en guerre.

-Les guerres affectent l'environnement en Asie de l'Ouest, PNUE, New York, 2007,
-Information technology (IT)
-Information systems (IS)
-Japan eyes IT systems in agriculture
Agriculture minister Yoshimasa Hayashi has expressed his wish to speed up efforts to introduce information technology systems into Japan's farming industry.
Hayashi is in the Netherlands where he met Dutch Agriculture Minister Sharon Dijksma in the Hague on Friday. The Netherlands is the world's second largest exporter of agricultural products, next to the United States.
Hayashi said Japan wants to promote cooperation with the Netherlands, which is employing state-of-the-art IT technology in the farming industry. Dijksma said her country is willing to provide its know-how acquired through cooperation among the industry, academia and government. Hayashi then visited a facility in the west of the country, where vegetables are grown on a large scale in greenhouses.The facility features computerized management of operations, including temperature and humidity control in the greenhouses, as well as the workload of each employer. This enables shipments of high-quality vegetables at low costs. Hayashi later said he wants to introduce such systems through exchanges with the Netherlands. (NHK World News, 2 juin 2013)

The political systems in the periphery were established in the aftermath of dictatorship, and were defined by that experience. Constitutions tend to show a strong socialist influence, reflecting the political strength that left wing parties gained after the defeat of fascism. Political systems around the periphery typically display several of the following features: weak executives; weak central states relative to regions; constitutional protection of labor rights; consensus building systems which foster political clientalism; and the right to protest if unwelcome changes are made to the political status quo. The shortcomings of this political legacy have been revealed by the crisis.
"(...)it's possible that reform fatigue could lead to i) the collapse of several reform minded governments in the European south, ii) a collapse in ssupport for the Euro or the EU, iii) an outright electoral victory for radical anti-European parties somewhere in the region, or, iv) the effective ungovernability of some Members States once social cost (particulary unemployment) pass a particular level...."(p.12 et 16/16, The Euro area adjustment: about halfway there, JP Morgan, London)

Trans Pacific Partnership (TPP) - Threat To National Sovereignty
The 18th round of which will commence in Kota Kinabalu (Malaysia) on the 15th of July 2013 is shrouded in secrecy though representatives of major corporations such as Monsanto, Walmart, Bank of America, JP Morgan, Cargill, Exxon-Mobil, and Chevron, ..., it is alleged, have had full access to the draft and have been “suggesting amendments.” One of the issues that has caused grave concern is a set of rules in the TPP which apparently would empower foreign corporations to bypass domestic laws and courts and challenge government policies and regulations aimed at protecting the public interest via tribunals linked to the World Bank and the UN. If this is true, it would be an affront to national sovereignty...(, Dr. Chandra Muzaffar )

United States' Pipeline for Grains, Soybeans Is Down to Barely Three Weeks of Consumption
"There is dramatic disconnect between food commodities futures prices on the Chicago exchange, and what real users of real agro-products must pay. For example, the Chicago price for (December delivery) of a futures corn contract is $4.70/bushel, because speculators are keying off the Obama Administration's Ag Department's official report saying that 2013 will be a big harvest and prices will drop.
Meantime, if you actually need a bushel of corn now, for real (unlike a speculator, who never takes possession), you are paying $7+ a bushel, to line up for your livestock...before the destructive 2012 drought, the end-of-2011 carryover of all U.S. grains, was only running at 37.5 days of use; he forewarned that the U.S. is likely now at barely 21 days...." (Larouche PAC, 12/7/13)

INDIA: Capitalism a ghost story
In India, the 300 million of us who belong to the new, post-IMF “reforms” middle class—the market—live side by side with spirits of the 800 million who have been impoverished and dispossessed to make way for us. And who survive on less than twenty rupees a day..."(Arundhaty Roy, Capitalism a ghost story)- and BIG RICE Business
India-Karnataka doles out rice at Re.1 a kg for poor
Food and Civil Supplies Minister Dinesh Gundu Rao said the department would install bio-metric machines at ration shops and warehouses to maintain an account of stocks, quantity distributed and check pilferage of food grain meant for PDS.
"We will procure our quota of rice from the National Commodities and Derivatives Exchange's (NCDX) online trading system from July 24 to ensure there is no shortage for distribution from August," a department official said. The ruling Congress government in Karnataka Wednesday began distributing 30 kg of rice at Re.1 a kg for the below poverty line (BPL) families in the state..." (, 11/7/13)

1. Ce que chacun peut réellement faire ou être
Evaluation décroissante

Surveiller et Punir
La conclusion du rapport du PNUE est inacceptable
(intro collatérale)
(1-A) "La seule façon de traiter ces problèmes exige de déplacer l’environnement depuis la périphérie vers le centre du processus de prise de décision" (PNUE)...
.Le panoptique adapté à la surveillance de l'environnement permet à un individu d'observer sans avoir à se déplacer créant ainsi un « sentiment d'omniscience invisible » assimilé à une connaissance complète ou absolue des besoins et des risques de l'environnement. Ici l'environnement doit être rendu visible d'où l'idée du "déplacement depuis la périphérie vers le centre du processus de décision". Le dispositif du panoptique aménage des unités spatiales électroniques, informatiques, statistiques et télé-équipementières, qui permettent de voir sans arrêt et de reconnaître aussitôt.
Ce qui semble, a-priori, au service de l'environnement s'avère en fait au service d'une police du comportement inédite; au final, ce sont les hommes et leurs activités qui sont soumis à l'expérience de la "visibilité" et non l'environnement.
Un tel constat éclairerait sous un angle nouveau la mutation normalisée internationale ISO (1947) des activités techno-industrielles - sur la base du "Point IV" du programme pour la "reconstruction des pays sous-développés" et le "développement des économies primitives" du discours d'investiture du Président Truman de janvier 1949 - en une voie globale développementiste civile, intellectuelle, juridique, scientifique, économique, financière et bien entendu politique (notre article "Les îles urgence décroissance: régions ultrapériphériques..."); une voie globale résolument écofasiste et "écoapartheid" (Jones, 2008) dont le Pacte Mondial des Nations-Unies adopté en 2000 par les Nations-Unies et ratifié par 3000 sociétés transnationales serait le plein aboutissement.
Cette dérive planétaire expliquerait également l'emprisonnement-destruction de l'homme et de la nature dont, par exemple, USAID aux Etats-Unis et JICA au Japon sont les pivôts (agences gouvernementales de surveillance et d'aides civiles scientifiques, commerciales et financières, pour le développement des pays pauvres).
"Avec le panoptique, écrit Foucault dans "Surveiller et punir", un assujettissement réel naît mécaniquement d’une relation fictive. De sorte qu’il n’est pas nécessaire d’avoir recours à des moyens de force pour contraindre le condamné à la bonne conduite, le fou au calme, l’ouvrier au travail [...] Celui qui est soumis à un champ de visibilité, et qui le sait, reprend à son compte les contraintes du pouvoir; il devient le principe de son propre assujettissement..."

Cette surveillance numérique et informatique centralisée adaptée aux besoins de la production transnationale, de l'organisation du travail et des services, par la subtile maîtrise de l'environnement, de l'habitat urbain et rural, se solde déjà par d'irreversibles "déplacements de populations" (sensibles dans quasiment tous les pays; les seuls conflits dans le monde seraient responsables du déplacement de 1 personne sur 200) afin de répondre au manque d'actifs en zones urbaines et, bien entendu, à toute idéologisation des résistances, oppositions et autonomies.
Cette conclusion du PNUE ne traite pas, en l'état, la destruction de l'environement qu'elle se propose de surveiller, la graduelle ghettoisation urbaine ou péri-urbaine des pauvres et de leurs activités qui en procède et, de toute évidence, prend le parti :
- des décloisonnements historiques des marchés immobiliers d'affaire, industriels et financiers,
- des paradigmes écologiques que stimulent les campagnes de type C40 Cities - Clinton Climate Initiative,
- des paradigmes informatifs boursiers environnementaux de type Blue Next du Nyse-Euronext,
- des paradigmes alimentaires de type Vertical Farm,
- des paradigmes sportifs corporatistes de type JP Morgan Chase Corporate Challenge.
L'évolution urbaine (habitat, travail, business, communautarisme) est donc essentiellement paradigmatique; elle conduit à une irrémédiable massification des populations, des riches comme des pauvres de la grande périphérie régionale vers le centre; 80% de la population mondiale résideraient dans les zones urbaines en 2050 (Despommier/FAO).
Cette culture mono-raciale d'affaire résolument néoeugéniste sert indéniablement l'ordre marchand tout en détruisant les communautés pauvres rurales et urbaines, physiquement et psychiquement; le développement de l'aliénation mentale dans le monde reflète, du reste, ce que cherche à occulter les nouvelles normes onusiennes environnementales, sociales, industrielles, politiques et sécuritaires : "les grandes périodes d'occupation militaire".
Cette mutation fondamentale qui ne connaît aucune crise fondamentale, les places boursières dans les pays émergents se multiplient (1) (2) (3), participe de la régénération forcée des classes moyennes, et désormais pauvres, supports de l'inflexible micro-macroproduction capitaliste, du despotisme financier et de la nouvelle révolution bancaire commerciale privée mondiale (Citigroup, JP Morgan Chase, Goldman Sachs, Merrill Lynch, etc...).
La quasi institutionnalisation de cette mutation homicide et liberticide est présentée comme une condition de fait de la modernité et du futur que peuvent, toutefois, contrecarrer quelques options décroissantes de base :
- une philosophie sociale des pertes : apprendre à gérer le manque et l'exclusion, l'expropriation, l'injustice économique ou sociale, les préjudices,
- une culture autonomiste décroissante et rurale, inter-régionale, dynamique (échanges, dons, récupération du temps consacré aux "luttes pour les compensations systématiques", sans liens intimes avec les personnes),
- une culture transgénérationnelle des résistances et de la reconstruction psychologique (réhabilitation du comportement dans la sociohistoire des lieux, du partage des moyens et des ressources naturelles, saisonnières, amicales et parentales),
- une culture de la diaspora; apprentissage de la "dépossession de la territorialité" (réflexion sur la propriété privée, le travail non librement consenti, la location, les terres de vie; on ne travaille plus pour se ruiner ou s'enraciner; on ne se ruine plus pour envoyer son fils ou sa fille à l'université),
- une culture de l'autonomie alimentaire (garantie de ses propres besoins saisonniers, limitation des travaux agricoles et limitation de la consommation en eau, défense de la culture du puit, des sous-sols, des forêts, des rivières et de la faune, redéfinition du sens des luttes transgénérationnelles (anti-barrage, anti-guerre, droits de l'homme, anti-psychiatrie, anti CEM/champs électromagnétiques, anti délocalisation, etc..., tribunaux "centenaires" de l'eau),
- une culture de l'autonomie sanitaire (la culture hospitalière et la pharmacie industrielle ne sont pas des obstacles dans un contexte de "patience active", accès libre aux études de la médecine et de la pharmacie traditionnelles),
- une culture de l'habitat (rupture avec les canons de la construction, avec les écoulements surpressurisés, les tuyauteries conventionnelles et le tout à l'égoût),
- un compagnonnage de la connaissance durant la vie (transmission des sciences modernes et classiques hors universités : de l'histoire criminelle religieuse à l'anthropologie, de la géologie à la construction des maisons, de l'hydrologie au forage des puits, de la navigation au droit, de l'entretien des forêts au tissage, de la littérature à la théologie alternative, etc...),
- une culture anti-scolaire/anti-diplôme (Ivan Illich),
- une culture anti-puissance (Jacques Ellul) opposée à la conquête du pouvoir d'Etat et anti-marché; pas seulement dans une optique de théologie décroissante.

Les conclusions du PNUE sont bien rivées aux indicateurs de croissance qui façonnent les déviances sociopolitiques, religieuses, judiciaro-policières et la civilomilitarisation des échanges commerciaux et financiers. Il convient donc de s'en écarter. Les options décroissantes de base, par contre, invitent à accéder au réel occulté jusque là par les normes anti-sociales et anti-rurales. Une telle "culture de barrage" réduit le réel au stockage de l'information et l'expérience à la ségrégation des maîtrises, à la peur du manque et des pertes. Cette approche non monétariste du réel et de l'expérience nourrit par contre une résistance effective aux mécanismes de destruction de soi et de l'autre et réduit la dépendance psychologique au principe de répération.
Cette résistance glocale (globale et locale) soutient par ailleurs les propositions de la réforme ecclésiale : "église peuple de Dieu" de l'indispensable théologie libre d'Acosta et de la théologie de la libération de Boff, Romero, Sobrino et de bien d'autres. (C.P. 19/11/07- les "options décroissantes dissidentes" et les liens web datent de juin 2013)

- China : Confronting China's Cadmium-Laced Rice Crisis
Seller's stalls are empty and aisles have fallen silent at one of China's largest wholesale markets for rice, the Lianxi Rice Market in the city of Yiyang, north-central Hunan Province.Business at the market – traditionally a trading center for about 20 percent of all rice grown in Hunan – has come to a standstill in the face of a heavy-metal contamination scare.
The scare lay dormant for years before exploding onto the public stage in February with frightening media stories about high levels of the heavy metal cadmium in Hunan-grown rice. Follow-up reports were continuing in June as consumers, wholesalers, retailers and farmers digested results of government lab tests and mulled over reports of entire villages being poisoned over the past decade
... (Pang Jiaoming, Gong Jing and Liu Hongqiao,, 5/6/13)
- Thailande : Angry farmers, unsold rice, Thai intervention ner crisis ?
"Thailand is set to sell half-a-million tons of rice on world markets at a loss, as it scrambles to offload a record stockpile deteriorating in quality in warehouses filled with grain bought under a government scheme. The two-year old policy to pay farmers more for rice than it is worth on international markets is straining the country's finances, has cost Thailand its spot as world's top exporter and provoked concern at the World Trade Organization. While officials publicly deny the politically sensitive scheme is in crisis, the government is looking at measures to stem ballooning losses so far estimated at $6 billion. A Thai official this month also said the government might cut the price it pays to a level closer to the value of rice in international markets, causing an angry response from farmers. Bangkok may also stop buying lower quality strains of rice..." (, 27/3/13)
- Vietnam : Prime Minister Nguyen Tan Dung has called on the Mekong Delta provinces’ agricultural sector to promote large-scale production, change their growth model... (, 12/7/13)
- USA: House GOP proposes farm bill that would nix nutrition programs
The administration was particularly perturbed by the omission of SNAP from the farm bill. "This bill also fails to reauthorize nutrition programs, which benefit millions of Americans — in rural, suburban and urban areas alike. The Supplemental Nutrition Assistance Program is a cornerstone of our Nation’s food assistance safety net, and should not be left behind as the rest of the Farm Bill advances." (, 11/7/13)
- USA-Monde : Systèmes pénitentiaires et couloirs de la mort alternatifs, l'or des riches
"Dans l'ombre du darwinisme social restauré par "Big Gold" les immigrés sans droit, "les fuyards", hier "les impurs", victimes expiatoires expulsées du jeu capitaliste par les orpailleurs cotés en bourse, seront bien sacrifiés aux groupes racistes armés personnification des rapports économiques violents, souvent hors la loi, et des contrats.
Le nombre des "hate groups" accuse une hausse de 50% en 8 ans (2000/2008), plus de 900 selon le SPLC, et dévoile à l'insu des acteurs le rôle réservé aux "barbares ultimes" des périphéries de la civilisation:
- légitimer la suprématie blanche,
- légitimer la suprématie des multinationales américaines,
- légitimer la faillite de l'idéologie de la "reconstruction des pays sous-développés" et du "développement des économies primitives"
... (C.P. 3/04/09-13/7/13)

"Parmi les scénarios retenus par l'AIEA et la Commission Européenne pour les calculs des seuils de libération de matériaux contaminés extraits de centrales nucléaires démantelées il est normativement admis qu'un enfant inhale sur une année entière (8760 h/an) 10% de poussières radiocontaminée ou qu'un enfant entre 1 et 2 ans jouant sur un terre plein constitué de matériaux contaminés ingère 100gr de matériaux contaminés par an..." CP, (B.8.12)

- 50 million Americans live below the poverty line,
new statistics from the US Census show that almost 100 million others are counted as low-income citizens, making half of the population of America officially poor."(, 21/12/11)
48, 000, 000 Americans on food stamps !... 27 million in 2007 ! (wall street cheat, P.3, 4/2/2013)
"More than 1 in 3 US counties (1,135 of the nation's 3,143 counties) are now dying off hit by an aging population and weakened local economies..."(
50% of U.S. households 132.1 million people don't have enough savings to weather emergencies, or finance long-term needs like college tuition, health care and housing....(, 4/2/13)
"The recession is 100 percent for tens of millions of Americans. 50 million, or 16 percent of the population, are living below the poverty line in 2010..." (mybudget360, 15/11/12)
-- Bankruptcy over 100 US cities could go bust in the next year : New York, San Diego, San Jose, San Francisco, Los Angeles, Bell, CA, Detroit, Pontiac, Cincinnati, Honolulu, Washington, Newark, Camden, Paterson, Harrison and Salem, NJ, Gary, IN, Redding, PA, Joliet and Riverdale, IL, Hamtramck, MI,... (, 20/12/10-, 19/7/12)
-- "48 Etats sur 50 sont en déficits budgétaires croissants, l'ensemble des Etats-Unis a peur d'entrer en cessation de paiement en 2010/2011..." (leap2020, 15/12/09)

"1 out of 3 Americans has zero, nada, or zilch in their retirement account..."(mybudget360, 27/12/10)

Exporting the TPP Melting Pot: Americanizing Japan
-- U.S. stakeholders’ submissions to the USTR
on Japan’s application to join the Trans Pacific Partnership negotiations suggest that Japan would be better off by adopting U.S. regulatory systems and rules. It is a broadly based attempt to extend the U.S. melting pot to Japan. If the suggestions were directed at the Japanese people instead of the USTR, they would be insulting. Rather, directed as they are at USTR, the objective is to ensure that U.S. negotiators and legislators understand how important Japan is to the TPP and to the USA...If Japan were to adapt its regulatory systems to North American business needs no doubt trade and investment flows would increase..."(, 3/2/12)
-- "California producers are hopeful the Trans-Pacific Partnership will open the market even more. ... Japan also allows trading houses to facilitate some rice imports. Under this system in February, Japanese traders paid ¥108 per kilogram for U.S. medium grain but sold it for ¥273 with the Japanese government taking the profit. Since early 2012, Japanese traders have imported more than 17,400 metric tons of U.S. medium grain, more than 175 times the total imported from the U.S. over the preceding decade...." (, 17/7/, 16/7/13)

The Food and Drug Administration (FDA) has ordered the manufacturer of CoCo-branded packed rice to recall its products from the shelves. (, 17/7/13)
At $571 per metric ton, Thai rice is now much more expensive than Vietnamese and Indian rice. Article also mentions problems over quality of rice that is stored for too long and fall in amount exported".. (, 20/4/13)

Alors que "le Royaume-Uni est définitivement « mis à la porte » des réunions de l'Euroland et conduit à l'éclatement" les financiers britanniques détiennent en otage la plus grande proportion d'actifs publics japonais hors Japon...(Leap59, 15/11/11)

U.K. will regret hiring rock star central banker
The bigger worry is that as he takes command of the Bank of England he might go for a big devaluation of sterling. The giant bond fund Pimco argued last week that Carney may try and engineer a 15% devaluation of the pound ... Or else Carney could launch a blitz of quantitative easing on the scale of Japan....(, 5/6/13)

Dr. Dale Klein (former Assistant to the Secretary of Defense Donald Rumsfeld/GWBushII):"The "Nuclear Reform Monitoring Committee" established on September 11, 2012 is an advisory body to TEPCO Board of Directors in order to implement nuclear reform to achieve the world’s highest standards of safety awareness, technical capabilities, and social interaction capabilities..."(Klein, Chairman NRMC)

Bulletin de liaison 6
"Les normes publiques et les nouveaux standards pour la protection scientifique et pour la protection des communautés sont devenus en fait, insensiblement, auto-spoliants d'un point de vue administratif et du droit, de l'efficace social, et des obstacles réalistes à la maitrise criminelle des marchés industriels et spéculatifs "en temps réel". obstacles que précisément les algorithmes et les outils mathématiques ont pour mission de désintégrer afin de tirer un maximum de profits en temps de crise financière et industrielle.Ces normes naissent ainsi au monde sans aucune légitimité et sont dépourvues de tout efficace social. Elles sont encore moins, au regard des faits, des supports de veilles ou des freins aux catastrophes.Ces normes publiques ne sont pas davantage des matériaux ou des supports fiables d'enquêtes criminelles et judiciaires..." (CP, 25/6/12)

Barbara Thomas Judge (Chairman of the UK Pension Protection Fund-PPF) visited Fukushima to talk to workers in her new role as deputy chairman of TEPCO's Nuclear Reform Monitoring Committee:
"It was fantastic," she said. "It was absolutely hope and enthusiasm, not despair." (notes collatérales, B.11, février 2013)

The PPF 7800 Index, which receives levies from 6,432 final pension schemes, has reported a dramatic u-turn in these companies' pension fortunes. The aggregate deficit of 6,316 so-called defined benefit (DB) schemes - representing about 12 million members - shot up to 236.6 billion pounds in March 2013...Repeated rounds of central bank easing have contributed to a sharp drop in the yield on British government gilts - a staple investment for pension funds - making it more expensive for funds...Britain's top 100 firms injected 12.7 billion pounds into their pension schemes to make up funding gaps, while several company have closed their final salary pension scheme to new members or are freezing pensionable salaries, according to data from Jardine Lloyd Thompson (JLT) Pension Capital Strategies. Deficits have got bigger... (Pension fund deficits jump in March – industry data, UKreuters, 9/4/13) (notes collatérales B.11.13)

Lady Barbara Judge reappointed as Chair of the Pension Protection Fund (, 31/5/13)

La troisième guerre de l'opium de Jardine Lloyd Thompson
"Sur six actionnaires...TEPCO compte deux assureurs multinationaux Daiichi Life Insurance et Nippon Life Insurance (spécialistes de la propagande financière et du terrorisme financier, en Asie: en Inde, au Japon et en Chine populaire) et trois banques internationales : Sumitomo Mitsui Bank, Mizuho Corporate Bank, Japan Trustee Services Bank Ltd...
Les LLoyds acteurs du pouvoir militaire britannique, des agences de renseignement, des forces de la coalition et de l'OTAN, nagent également en eaux troubles et sont devenus "avec le temps" les assureurs-recouvreurs autant que les "agents de sécurité" des électriciens japonais en compagnie de leur partenaire Chaucer Holdings plc assureur de Fukushima Daï-ichi et de Fukushima Daï-ni, propriétés de TEPCO. Par le fait le petit monde des producteurs d'armes nucléaires ou à uranium appauvri est également assuré...
Il convient bien de réconforter notre monde ébranlé, d'apporter aux Etats, ruinés et en berne politiquement, les réponses aux questions que soulèvent la globalisation : "comment se passer progressivement de la démocratie politique "si instable" ?
Les assureurs répondent unilatéralement : "nous sommes les solutions aux problèmes de sécurité politique, militaire et civile. Nous sommes les solutions globales."
Tout récemment cet autre géant des assurances The Jardine Lloyd Thompson Global Nuclear Practice Group écrira très laconiquement dans l'un de ses bulletins : "Fukushima Daiichi should not create a reduction in insurance capacity it is too early to know if this will result in increased pricing, it will be the political effects that will slow the Nuclear Renaissance..." (CP, 17/4/2011)

Shareholders of eight of the nine utilities that operate nuclear power plants will present proposals at shareholders' meetings next week urging the companies to abandon nuclear power. This year, every utility except Hokuriku Electric Power Co. has received requests from shareholders to end nuclear plant operations.
Kansai Electric Power Co. has received a request from the Osaka municipal government, its leading shareholder, to suspend operations at all plants as quickly as possible.
Tokyo Electric Power Co. has received a request from 348 individual shareholders to decommission the Fukushima No. 2 nuclear power plant and the Kashiwazaki-Kariwa plant in Niigata Prefecture. Chubu Electric Power Co. and Kansai Electric are being asked to end support and contributions of capital to Japan Atomic Power Co., which has three nuclear reactors. ..(, 22/6/12)

"30/55 scientists suffered internal radiation exposure when an experiment at the facility went awry.The level of radioactive contamination at the facility stands at as much as 40 becquerels per square centimeter..." (Nuclear Research lab J-PARC in Tokaimura, Ibaraki, 24/5/13)
"Par contamination on entend la présence, sur une surface, de substances radioactives en quantités dépassant 0,4 Bq/cm2 pour les émetteurs beta, gamma et alpha de faible toxicité..."(AIEA, CP, B.7.12)

"La perte de légitimité (de l'Etat politique et des institutions administratives) réside dans le fait que les droits des victimes d'une politique nationale (au Japon et dans le monde) sont relégués à une "perte d'utilité" - ils ne sont plus pertinents - du point de vue de l'organisation administrative et des institutions politiques ou à "peu de perte de bien-être" en termes de logique marchande. Ici, les droits des victimes sont considérés comme préjudiciables au bon fonctionnement des organisations (Etat politique, institution judiciaire, entreprise)..."(CP, notes, B.8.12)
Jurisprudence « Les matières radioactives telles que le césium qui se sont éparpillées depuis la centrale nucléaire de Fukushima n°1 appartiennent désormais aux propriétaires des terrains, et pas à TEPCO, par le fait la compagnie ne prendra pas en charge la décontamination des terrains»...(1).

Orszag's 'QALY': Hitler's 'Lives Unworthy of Life'
"The method by which these people find the duration of their lives standardized, calculated, and valued monetarily is a formula known as Quality Adjusted Life Years (QALY). This is how it works: patients fill out questionnaires, asking them to rank various biological symptoms, such as vision, hearing, mobility, speech, dexterity, happiness, memory, pain, fertility, and ability of self-care. Each category has several choices of disability severity, each with a different point score. The worse the symptoms, the higher the score." The Nazi nature of this "measuring stick" leaps out from the description of QALYs by one of their leading designers and promoters, the British company Health Utilities Inc. (Brief Description) spun off from Sheffield and Leeds Universities to advise the UK government's National Health Service...
Other reports on the person's previous conditions and treatments are added, and this, according to HUInc.'s process sheet, generates "Utility Levels"—relative to the "General Population," the patient's demographic group, and his or her "Single Attribute Utilities." (, 31/05/09)

The US-based quartet, "The von Trapps" great-grandchildren of Captain von Trapp (the inspiration for the 1965 global blockbuster film "The Sound of Music.") have staged their first recital in Japan to encourage the survivors of the 2011 earthquake and tsunami to overcome their hardships.... "The Sound of Music" is set in 1938 in an Austria annexed by Nazi Germany. (NHK WORLD)

William E. Bradford (died 96), USAID program officer began his career as an economist in the U.S. Department of Agriculture during the 1940s. He worked as a statistician for the War Production Board and, eventually, joined USAID, where he was an expert on Latin America.
A precocious child who was promoted to fifth grade at age 7, he was asked by psychology professor Lewis Terman - creator of the Stanford-Binet IQ test - to participate in Terman's Genetic Studies of Genius, a long-term research project that followed the lives of 1,500 children into adulthood. In the late 1940s, he became serious about singing after enrolling in Vermont's Trapp Family Music Camp,...."(1) (, 9/2/11)

The sound of music, CIA-style
The CIA is using new, smaller missiles and advanced surveillance techniques to minimize civilian casualties in its targeted killings of suspected insurgents in Pakistan’s tribal areas,

TPP-Derrière les lignes ennemies...
"The sound of music" Le déplacement de la famille von Trapp au Japon, une "psyop" néolibérale...
Le déplacement de la famille von Trapp au Japon (liens webs ci dessus) révèle la "stratégie" de séduction de Shinzo Abe envers ses électeurs et son mépris des victimes du 311 et de l'Holocauste nucléaire. Il est en outre peu réconfortant de constater que si les von Trapp au service des Habsbourg ont su dire non à Adolphe Hitler en 1938 les japonais au service de la démocratie plieront sous la botte de Shinzo Abe en 2012/2013, tout autant sous celle du Parti Républicain américain résolument pro nazi. Les von Trapp sont sans aucun doute catholiques, papistes, impérialistes, et paradoxalement - sans doute par intérêt -, républicains proches des confréries ultraconservatrices du Vermont dont une partie est résolument ennemie du Japon, de ses dieux et de sa culture. The Sound of Music exprime les valeurs profondément hollywoodiennes, nationalistes, raciales et écofascistes du Homeland Américain, et confirme le choix politique de l'exaltation de l'ordre policier-militaire, politique et civil néolibéral - comment l'inspirer au corps social japonais (le capitaine von Trapp) sans l' y contraindre (Maria-Julie Andrews y parvient). Il (ce choix politique)met en scène la "pureté évangélique" de la "race d'affaire"de nouveau au pouvoir. Il convient ici, Captain von Trapp rétif et subjugué en avant- de dissimuler l'Etat en ruine, les conséquences industrielles, sanitaires et alimentaires de l'Holocauste nucléaire, le chaos nucléaire, l'Anschluss nucléaire, l'annexion des sujets par une puissance étrangère de l'intérieur et les surendettements. Cette tentative de blanchiment musical des valeurs écofascistes américaines ne parvient pas cependant à dissimuler l'hypofertilité des femmes comme "l'aryanisation néolibérale" graduelle (l'hyperdérégulation promise par Shinzo Abé au CSIS et aux puissances financières occultes américaines) de la population électorale vieillissante et de la santé globalisée, des salariés prisonniers du bagne productiviste ou du "travail obligatoire," de l'administration collabo, des entreprises japonaises.
Il me paraît maintenant indispensable de renouveler - sur un autre terrain du malheur - mon lien aux victimes et familles des victimes du 911, d'épauler les acccusateurs (étant accusateur moi-même) de la destruction contrôlée - thermito ou thermito-nucléaire - du WTC "too big to fail", et toutes les victimes civiles non combattantes dans le monde .
Rappelons qu'entre 1965 et 1986 les armes atomiques muteront. L'une d'entre elles sera catégorisée par les artificiers américains : Medium Atomic Demolition Munition (MADM). Sa raison d'être : "détruire des tunnels, des ponts, des barrages afin de stopper les mouvements de troupes derrière les lignes ennemies (behind enemy lines)..."(The U.S. Nuclear Weapons Cost Study Project, Brookings Institution)

S'il paraît indispensable d'insister sur le caractère réolument criminel de cette technique de démolition contrôlée, les tours du WTC étant peuplées de civils au moment du drame, il convient de faire le parallèle entre cette "option criminelle"(WTC) et celle utilisée pour la démolition (fragmentation et contrôle)/régénération de l'économie américaine, autrement dit pour le contrôle du processus politique, juridique, commercial, militaire du libre-échange mondial, "Future armies [that America will face] won't be wearing uniforms," et sa police d'assurance si spécieuse "the next consequential shock for DoD is certain to be unconventional. Among the most challenging defense-relevant shocks will be those arising in the absence of hostile strategic design..."
Ce sursaut civil permettra, alors que le modèle d'organisation du Manhattan Project est toujours considéré comme le "chef d'oeuvre" de l'économie de guerre, de l'application théorique, de l'engineering, de la compartimentation, de la décentralisation, du commandement, du management, de la communication, de la simplification bureaucratique et de la sécurisation... de se questionner sur le sens des "guerres non conventionnelles" et sur l'ambigu concept militaire, et néanmoins civil : "derrière les lignes ennemies"... (C.P. 17/7/2013)

"Pour une philosophie de l'action et de l'émancipation, essai sur les défis des temps présents"
- "(...) Le droit et les lois nous prouvent tous les jours leur déloyauté, leur inefficace social. Slavoj Zizek, Jacques Rancière, Yves Charles Zarka, Giorgio Agamben le disent avec force avec tant d'autres.
Il y a le pouvoir judiciaire d'un côté et "le Pénal" ... "histoire des peines du peuple"... Les uns, les vaincus, sont bien sources de "nos valeurs" défendues par ces autres là, les amis progressistes qui combattent les standards de la psychologie juridique que les conservateurs ne veulent plus changer.
L'enjeu des marchés et des pouvoirs, ici, est évident : isoler les états de conscience pathologiques que les règles de droit font surgir dans l'individu, rechercher les lois de leur apparition, de leur affaiblissement, analyser les complexes que le droit fait naître pour, au final, constituer des "types humains" du point de vue juridique.
Une telle démarche - en faveur des marchés et des pouvoirs - coupe court à tout jaillissement démocratique, et convie, après castration, à ne plus donner les moyens au peuple de définir lui-même les lois auxquelles il aura à obéir...
Ici résiderait le mécanisme de la "puissance défigurée" dont parle le philosophe politique P. Mouterde. Un mécanisme implacable qui conduira l'humanité aux catastrophes interdisant toute émancipation et toute réconciliation de l'homme avec lui-même : stalinisme nazisme, fascisme, impérialisme, juridicisation du politique, néolibéralisme, etc... "(C. Pose à Pierre Mouterde, philosophe politique, Question 8/14, Québec/Japon, 2009/2010)

Bulletin de liaison 13
2 - Zone de rupture et assemblée constituante au service de la société civile et politique, résistance...

Evaluation décroissante du crime entrepreneurial (20/6/13)

Zone de rupture et assemblée constituante au service de la société civile et politique, résistance...
Evaluation décroissante du crime entrepreneurial et méthodologie des luttes

Il n'échappera à personne que le désastre civil nucléaire japonais (hier militaire) couplé à la pollution radioactive des pays voisins et aux pollutions radioactives issues des conflits militaires en Asie centrale (depleted uranium, uranium appauvri, pénomènes Kosa et new Kosa) affecte profondément la nature, les populations, la production agricole et plus encore l'esprit des cultivateurs et de leurs familles en Asie-Pacifique.
Sur ces photos, lors d'une confrontation en montagne avec les agents spéciaux de TEPCO (4ème multinationale de l'électricté au monde mais en situation de banqueroute et de faillite frauduleuse), se dessine aux pieds de la barricade que je dresserai à l'aide d'un arbre couché, d'un bambou géant, de branches et d'un harverster, un espace social et politique de consultation non violent, une zone de rupture au sein de laquelle prendra corps une assemblée constituante.
Cette "barricade constituante" a été conçue après un affrontement direct avec l'un des agents de TEPCO. Les opérations de harcèlement sont constantes au Japon, je porterai un terme à l'une d'entre elles en reconduisant "manu militari" un agent haceleur dans son véhicule. Ce dernier portera plainte. Je ferai l'objet d'une enquête criminelle.
Durant cette enquête, dans la forêt du Nandai (Nakado village, Ibaraki) où je vis, l'inspecteur en civil - qui tient à garder l'anonymat - et un sergent de police en uniforme du Département de Police de Ishioka (Ibaraki) accepteront tout du long un exceptionnel débat de justice, de droit criminel et de droit civil.
En fait, chose plutôt rare, au delà de l'enquête criminelle concernant la nature réelle du "contact musclé" avec l'agent de TEPCO (il n'y aura cependant ni blessure ni coup violent porté) nous débattrons du droit des victimes - de TEPCO - dans un contexte d'irradiation nucléaire, de contamination extrême et de justice entrepreneurialisée. En fait de ce débat civil naitra une stratégie de confrontation sans contact avec une barricade constituante - non violente dans ses attrubutions.
Les agents spéciaux de TEPCO, experts en provocation, agissent généralement en surnombre et débordent systématiquement les négocitations. Les confrontations sont donc inévitables d'autant qu'ici la stratégie consistera à pousser le consommateur d'électricité contrevenant, refusant de payer ses factures, à commettre un acte illégal, violent ou avec brutalité, permettant ensuite d'exiger le paiement des factures avec, pour des raisons de sécurité, accompagnement de la force policière, d'experts en combat.
En fait la nature juridique du débat est la suivante. Un agent de TEPCO ne peut saisir la police criminelle pour le paiement d'une facture. Il suffira donc d'un "contact violent" ou "musclé" pour que la démarche de l'électricien nucléaire soit nimbée de légitimité policière, de "légitimité" et de "légalité" bien que la police ne puisse toujours pas être saisie en droit par TEPCO pour exiger un impayé, la nuance est d'importance.
Dans l'hypothèse d'une confrontation violente TEPCO jouera donc sur la qualité de la "violence" pour rendre légitime la présence de la police criminelle. L'entreprise désormais en position de force en profitera pour exiger un paiement alors que ce dernier, contractuellement, lire plus loin, est toujours sans légalité et sans légitimité. "Exiger" ne suffit donc pas pour "obtenir", même en présence de la police.
Cela dit il est évident que la violence et la butalité permettront à TEPCO de glisser dans la catégorie "victime légale" rendant "légitimes" ses campagnes de harcèlement en "surnombre et débordement" aux yeux du "mauvais" officier de police. Le mauvais élément prendra toujours le parti pris de l'entreprise et du système corruptif et criminel; TEPCO emploie en effet des nettoyeurs-yakuza à Fukushima Dai Ichi et ses campagnes d'intimidation en ville comme dans l'arrière-pays sont reconnues mais non admises par les deux mondes (consommateurs et policiers).
Cette police, comme la banque privée au fond, est généralement professionnaliste, attentiste et collaboratrice.En effet, "On imagine mal, écrira l'économiste du CNRS Thierry Ribault en poste à la Maison Franco-japonaise de Tokyo, qu'Inagawa-kai (famille mafieuse de 10 000 membres) ait pu distribuer cent tonnes de marchandises (durant le drame du 311 dans le Tohoku) sans s'inquiéter des possibilités d'identification par la police, si la tolérance de celle ci envers les yakuza - qui sont avant tout des trafiquants de drogue et des proxénètes - ne s'étendait pas au-delà de ces quelques jours d'union sacrée devant la catastrophe..." (Les sanctuaires de l'abîme, "Ci-gît l'Etat ?").
Ce ne sera pas le cas de "mon" officier inspecteur (du Bureau de Police de Ishioka) pour lequel il ne peut et ne doit y avoir de distorsion des catégories. Cet homme, légaliste, sera en effet capable d'échapper à la distorsion des catégories. Distorsion par contre suffisemment puissante pour offrir une légitimité à la multinationale en lui conférant le rôle de la "victime" alors que son droit privé, celui de TEPCO, se substituera à celui civil des victimes de l'holocauste nucléaire. Autre catégorie "victime" de la distorsion - qui conduira à une survalorisation perverse de la loi -, celle du "consommateur non payeur" qui devient par la force des choses, c'est à dire par la force de la provocation, un "criminel" et une "menace pour l'ordre public".
Comme je l'écrirai dans le bulletin de liaison anti nucléaire n°4 le drame est plus vaste quand il concerne les orientations idéologiques de la police nationale à l'heure de la globalisation. En effet "une telle police pour une telle globalisation existe déjà au Japon depuis 2009/2010. Sa Direction Nationale suggère dans son rapport annuel "Globalization of crimes and Police Efforts" (2010) que des catégories aussi différentes (du point de vue de l'objet et de l'acte) que l'immigré, le travailleur étranger, "foreigners", la contestation (incluant les émeutes et d'inévitables confrontations, "riots"), le crime, le terrorisme, la globalisation, sont identiques par la loi et traitées comme telles. Cette police suggère par le fait une distorsion tant des catégories si différentes par nature que de la loi proprement dite (lecture faite du White Paper on Police) et conduit à une survalorisation perverse de cette dernière..."
Ce rapport national est introduit et visé par le Commissaire Général de l'Agence de la Police Nationale Takaharu Ando en juillet 2010; un rapport qui définira le rôle de la police nationale japonaise dans l'organisation sécuritaire de sommets commerciaux mondiaux au Japon (Yokohama, APEC novembre 2010) à l'heure du TPP et des free trade agreements.
Une note s'impose. Shingo Yamagami, chef de la police d'Ibaraki entre 2007/2009, suivra en 2010 un séminaire sur la sécurité, la démocratie politique et le pouvoir individuel en Asie à la Ditchley Foundation britannique (centrale du renseignement international) peu après que Lady Barbara Judge aujourd'hui co-chairman du bureau consultatif de TEPCO en ait été co-chairman en 2009. Ditchley Foundation est un groupe de pression capitaliste, élitiste et militariste, fondé en 1958 par Sir David Wills - héritier de la multinationale du tabac W.D. & H.O. Wills (1786) puis de Imperial Tobaco (1901) - pour le développement des relations transatlantiques entre le Royaume Uni et les Etats-Unis. Il sera présidé par John Major ex premier ministre britannique, président du conseil européen de Carlyle Group et par Sir Anthony Acland administrateur de la compagnie pétrolière Shell. La fondation dont les membres réguliers sont aussi bien les conseillers de Bank of Tokyo-Mitsubishi, de Rothschild Investment Trust, de UBS Warburg, de Deutsche Bank, de Barclays Bank ou de Goldman Sachs, est réputée pour ses dérives aristocratiques, totalitaires néolibérales, militaires (les représentants de l'OTAN y sont présents) et antidémocratiques (les éminences grises de la Commission Trilatérale, du Groupe Bilderberg et du Conseil pour les Relations Extérieures y sont également présents). Il est donc indispensable, pour aller plus loin, d'étudier ce séminaire si particulier de novembre 2010 intitulé "The global implications of the rise of Asia" puisqu'il se superpose au sommet de l'APEC à Yokohama et qu'il préfigure la destruction des frontières douanières japonaises.
Ce séminaire historique conçu pour les capitalistes et les industriels c'est à dire pour les héritiers de l'empire financier de Winston Churchill se résume en une phrase, un crédo, qui dévoilera le rôle de la police japonaise désormais experte en "distorsions" dans la destruction des frontières nationales :"eastern triumphalism should not replace western triumphalism" . Un crédo que confirmera quelques mois plus tôt "Globalization of crimes and Police Efforts" (juillet 2010) du Commissaire Général Ando autre expert en survalorisation perverse de la loi.
Rappelons enfin que l'actuel président du bureau consultatif de TEPCO le Dr Dale Klein (expert en terrorisme NBC) sera l'adjoint de Donald Rumsfeld ministre de la défense de GWBush II en septembre 2001. Ces derniers seront reconnus criminels contre l'humanité par Ramsey Clark conseiller du ministre de la Justice du Président Kennedy, ministre de la Justice du Président Johnson et avocat de Saddham Hussein. Rumsfeld est un defenseur acharné de la globalisation armée autrement dit de la guerre perpétuelle au service de la destruction des barrières douanières par la distorsion des catégories.
L'officier départemental de Ishioka dans son enquête criminelle reconnaitra cette distorsion des catégories qui le plus souvent conduit à la survalorisation perverse de la loi offrant un si beau rôle au criminel et un si mauvais à la victime. Ce sera la raison pour laquelle j'introduirai ce débat sur la police et le policier; débat garant (entre Hegel et Marx) de la nature juridique de la souffrance et de la misère sociale, garant et protecteur des droits des victimes nucléaires sur le territoire national, garant de l'espace civil constituant de la barricade.
Ici la catégorie "victime nucléaire" dotée en fait d'un droit des victimes civil incontestable est garantie par la police départementale. Dans ce cas mon policier est neutre et ne prend le parti d'aucun parti. Il déplace simplement le curseur de la loi sur celui, essentiel, de l'activité législatrice en gestation et garantit par sa présence la qualité de ce qui est juste et droit. Ce débat scelle donc un premier débat en assemblée constituante. Débat civil et citoyen sur les catégories.
Autre catégorie, celle qui concerne l'objet :"contrat commercial de TEPCO" avant le 311, pendant le 311 et après le 311. Dans les trois cas il ne s'agit plus du même objet ni du même acte garantis sur papier écologiques, non polluants et non dangereux pour l'homme. Un acte legal ? Surement pas. Il s'agit tout bonnement d'une classique escroquerie au contrat sur la base d'une publicité mensongère, d'une extorsion de fond et d'une complicité de crime commercial (dans le cas où l'on consommerait l'énergie après paiement). Dans ce cas : "payer sa facture" conduirait à prolonger l'acte criminel de TEPCO. "Payer sa facture" ne peut donc être assimilé à une base sociale du respect de soi-même ou à un acte moral.
Le non paiement de la facture indue par contre consiste en un acte civil constituant par excllence, ferment de l'activité législatrice, car ici nous parvenons pour le seul bien commun et dans le but de protéger les faibles à poser comme loi - c'est la force du processus constituant - ce qui est en soi droit.
L'activité législatrice ici parvient à se règler en fonction de la seule nature juridique de la souffrance et de la misère sociale. L'acte de police faisant foi, il garantit la non violence de la zone de rupture aux pieds de la barricade - espace de l'assemblée constituante proprement dit -, et garantit sa valeur civile, sa parfaite légalité et légitimité.
L'objet même de la barricade constituante - pourtant zone de rupture - est nimbé de légalité et ne peut être assimilé dans sa légitimité nouvelle à un trouble de l'ordre public ou encore être assimilé, survalorisation perverse de la loi oblige, à un acte criminel ou terroriste.
Ici la survalorisation perverse de la loi conduite par la distorsion des catégories (qui transorme le manifestant en terroriste et la police en ordre fasciste) n'opère pas et pourtant cette assemblée constituante résolument opposée à la globalisation, à l'APEC, au TPP-FTA ainsi qu'aux autres FTA nippo-americains... conduit sans violence caractérisée les accusateurs civils aux agents spéciaux de TEPCO. Si TEPCO est au coeur du dispositif criminel affirmons que les droits des victimes de TEPCO sont au coeur du dispositif légilatif constituant !
Quelques jours auparavant et en présence des deux policiers enquêteurs il sera déjà question de la survalorisation perverse de la loi. L'officier enquêteur principal insistera, en effet, pour que je n'intervienne pas physiquement. Il évoquera le cas où les experts en recouvrement sont en mesure de provoquer leur agression jusqu'aux blessures graves pour être payés... d'autant qu'ils doivent assumer une diminution de leurs salaires de l'ordre de 20% à 30%, la politique "quantitativiste" inflationniste de Shinzo Abe et sans doute une dévaluation de 15% de la Livre Sterling qui affectera la totalité des capitaux publics japonais investis à la City.
Dans le cas précis des blessures graves les agents de TEPCO porteraient plainte afin d'obtenir mon arrestation, des réparations élevées, d'autant plus élevées que la justice criminelle "entrepreneurialisée" pas forcément corrompue est assurément victime de la distorsion des catégories et de la survalosrisation perverse de la loi.
Le policier enquêteur déclarera être, à ce titre, un "sas de sécurité" entre les partis. Je surenchérirai en disant que "nous" : "constituants et police civile" étions ensemble ce "sas de sécurité" face à la survalorisation perverse de la loi et face aux distorsions sans fin des catégories.
Le méssage passera. L'enquêteur criminel comprendra quand je dirai "cette barricade constituante est un acte de résistance autant que la garantie de l'activité législatrice réglée sur la nature juridique de la souffrance des victimes du 311"; qu'il n'était pas question à ce titre de judiciarisation de la résistance, que cette dernière s'y opposait tant la survalorisation indisposait le débat en justice. Pas question donc de réparations pertinentes par les tribunaux. Je dis bien pertinentes. Cette justice là n'existe pas encore pour ce crime nucléaire là. D'ou la notion de resistance civile, de zone de rupture et d'espace constituant aux pieds des barricades, non violent....
Le non paiement de la facture indue s'inscrit également dans l'objet et l'acte de la Constitution du Japon qui garantit en son art. 25 un niveau minimum de vie matériel (par extension le droit à l'electricité et à l'eau) et en l'article 13 le droit à la vie et au bonheur.
Je refuse donc sur cette base constituante émergente, civile et constitutionnelle, de payer - depuis environ un an - mes factures d'électricité, plus encore quand le premier ministre Shinzo Abe impose une augmentation du prix du kW.h afin de payer "la facture de TEPCO", c'est à dire les pertes subies par TEPCO depuis le 11 mars 2011.
Sur les photos ci dessus les agents de TEPCO sont en blanc. L'un d'entre eux filmera notre débat constituant du début à la fin de la séance, soit deux heures durant.
Mr. Ashiro, en noir, montre qu'après la première pluie de la nouvelle mousson la pollution radiologique atteint 0,73 micro-sievert en début de séance, un niveau jamais atteint depuis deux ans (PDF en bas de page). Mr Matsumoto (chemise grise, avant dernière photo, près du "plaignant" de TEPCO) écrivain activiste tiendra un long réquisitoire contre la contamination nucléaire du pays que Mr. Goda (chemise rouge, intellectuel et fondateur de Sawaraji école départementale de bioagriculture) introduira et commentera très abondamment. Je tiendrai mon allocution accusatrice sur la rupture unilatérale du contrat commercial de TEPCO, l'escroquerie au contrat et à la facture, et sur la criminalisation des activités de l'entreprise multinationale de l'autre coté de la barricade.
A la surprise des agents spéciaux de TEPCO (chief manager au premier plan à droite, photo 5) je dévoilerai que la police de Ishioka dans le plein respect de sa neutralité et de la loi civile garantissait l'intégrité du débat constituant, de la séance, ainsi que la valeur civile de la barricade (objet et acte) dans un contexte de non violence. L'homme qui cache son visage à deux reprises, près du cameraman de TEPCO, est le chef des agents spéciaux pour le recouvrement des impayés. (CP, 20/6/13)

- Police de Fukushima, division de la prévention des catastrophes
"Selon le service de police de la préfecture de Fukushima, un officier de police a été retrouvé mort à proximité des bureaux de la préfecture le 20 juin 2013 à 06:00. Il était “ensanglanté”, tout son corps était gravement roué de coups, il était mort. Il appartenait à la division de prévention des catastrophes du service de police de la préfecture de Fukushima mais il n’était pas en service ce jour-là. Sans mobile apparent, la police enquête sur le meurtre et le suicide." (, 30/6/13)
- Rappel : Japan’s science ministry says 8 per cent of the country’s surface area has been contaminated by radiation from the crippled Fukushima nuclear plant.It says more than 30,000 square kilometres of the country has been blanketed by radioactive cesium.As the NY Times noted back in March, “Over the long term, the big threat to human health is cesium-137, which has a half-life of 30 years.”(, 28/11/11)
- The Number of Evacuees from Fukushima Prefecture to Other Prefectures as of July.5,2012 – May.17,2013 (

3 - Permanence légale et légitime de l'assemblée constituante, barricades et zones de rupture constituantes vs TEPCO squad
Evaluation décroissante du crime entrepreneurial (17/7/13-11/9/13)
suivi de TPP et stratégie de l'embargo alimentaire américain (article en cours)

Deux mois de tension anti nucléaire et de non paiement de factures supplémentaires - entre la barricade du 17 juillet et celles (trois) du 11 septembre 2013 - démontreront une fois de plus que les escadrons de TEPCO utiliseront, très stratégiquement, la négation du(des) droit(s) des victimes de l'Holocauste nucléaire du 11 mars 2011.
La non gestion du drame nucléaire dévoilera l'évidente altération de l'Etat de droit et de sa souveraineté. Cette altération conduira Taro Aso et Shinzo Abe à la tentation nazie de 1932-1933 pour "régler l'activité législatrice" sur la militarisation de la constitution et de l'économie, s'écartant par la même des fondements de la Constitution pacifique, de l'écoute des souffrances et de la misère sociale.
Impuissance devant le problème de l'endettement public, de l'insolvabilité de la dette - dette dissimulée sous l'abondance mensongère du Quantitative Easing de la BOJ -, devant les profits criminels réalisés sur les produits financiers dérivés des banques privées américaines, impuissance devant le gouffre fiscal, le vieillissement de la population active, le non renouvellement de l'épargne populaire, les "rogue banks" des années 1990-2000 et leur corollaire : l'économie mafieuse parallèle japonaise, taiwanaise, émiratienne, saoudienne,... pour "dynamiser l'accès au crédit" des PME-PMI.
Autant de mensonges qui aboutiront à l'abandon pur et simple des sujets de droit et des citoyens à la contamination/irradiation. Cette défaite ou plutôt cette débâcle politique confirmera le rôle de la violence dans le dispositif de recouvrement des agents "miliciens" de TEPCO. (1)
Le personnel du recouvrement est entraîné, suffisamment pour, dans un contexte de non violence, provoquer, casser l'espace légal de la barricade, l'espace constituant délibérant et non violent, l'objet légal "la barricade" c'est à dire la zone de rupture où opère la rupture unilatérale du contrat commercial, celle de TEPCO qui n'aura pas respecté - unilatéralement - sa police écologique : electricité propre, non polluante et non dangereuse, contre paiement jusqu'à la cessation volontaire du paiement.
Cette cessation est un acte de responsabilité civile et civique autant qu'un acte accusatoire légal et légaliste, légitime et légitimiste, puisqu'il est impossible d'obtenir, du fait de la distorsion des catégories et de la survalorisation pervese de la loi, un débat pertinent en justice et donc des réparations judiciaires pertinentes.
J'en débattrai longuement avec la police criminelle de Ishioka shi en juin. La barricade symbolise en effet le temps nécessaire à la résistance pour obtenir la reconnaissance légitime du droit des victimes de TEPCO par les tribunaux et l'Etat, c'est à dire un changement salutaire de gouvernement sans légitimité réelle malgré sa légalité.
La perte de légitimité (de l'Etat politique et des institutions administratives) réside dans le fait que les droits des victimes d'une politique nationale (au Japon et dans le monde) sont relégués à une simple "perte d'utilité" - ils ne sont plus pertinents - du point de vue de l'organisation administrative et des institutions politiques ou à "peu de perte de bien-être" en termes de logique marchande. Ici, les droits des victimes sont considérés comme préjudiciables au bon fonctionnement des organisations (Etat politique, institution judiciaire, entreprise)... (note 2 du B.8.12)
La barricade symbolise donc le temps nécessaire au Parlement, une fois renouvelé, pour régler de façon pertinente l'activité législatrice sur la nature juridique de la souffrance et de la misère sociale - ce sera en fait, quoiqu'il en soit, le rôle des zones de rupture/assemblées constituantes légitimistes dans toutes les régions -, et non sur les intérêts du business global mafieux duquel dépendent le Parlement et le Gouvernement d'ancien régime (les élus qui dépendent des lobbies nucléaro-militaires dépendent bien évidemment des lobbies bancaires, des constructeurs ou de l'industrie des grands barrages: Des droits pour des buts indépendants des droits).
Pour l'instant, seuls les actionnaires, les acteurs politiques du drame jugés et relaxés et les dirigeants millionaires de TEPCO poussés à la retraite aux Emirats peuvent profiter des largesses financières "sanitaires" de la commercialisation des produits nucléaires toxiques (tableau et cartes de la contamination en 90Sr et 239+240Pu en Ibaraki, pdf 1&2 en bas de page), des profuits financiers toxiques, du travail de sape des élus pro nazi du parti Jiminto "hurry up and die !" et des recouvrements de TEPCO (Jiminto) dans les régions.
Cette escroquerie commerciale au contrat énergétique dissimule une "réaction grave" (adverse reaction) puisque les produits nucléaires sont reconnus toxiques et mortels par de nombreux experts internationaux.
Le gouvernement, toutefois, n'en tiendra pas compte pour la sécurité des JO de 2020; des JO qui dissimulent outre l'effroyable contamination du pays, terre, air et eau :
- la nomination du businessman allemand pro saoudien Thomas Bach à la tête du CIO,
- l'ancrage de la ruine japonaise anti sémite dans les Emirats (futur Wall Street du Proche et du Moyen Orient), en Arabie Saoudite - vendeur de gaz de combat aux opposants syriens (1) et dans "le futur régime syrien pro-saoudien" (2),
- les contrats pétroliers avantageux - du fait de la guerre civile permanente -, signés avec l'Irak épicentre de l'US MEFTA de GW Bush II...
La contamination des sols, de l'air et de l'eau, l'irradiation, l'ingestion de produits nucléaires civils et militaires japonais (ou étrangers : Kosa et new Kosa), entraînent toujours très inéluctablement quoiqu'en disent les organisateurs des JO de 2020 des maladies graves ou la mort foudroyante ou subite (Fukushima, Ibaraki, Tokyo). Je relève pour ma part 1000 microsieverts de 134+137 Cs à l'année dans les boues de mes rizières. Je vis à 150 km de Fukushima Daiichi, à 100 km de Tokyo...
A ceci s'ajoute l'escroquerie commerciale nucléaire sur les seuils de libération des déchets et des boues de Faible Activité et de Très Faible Activité issus du futur démantèlement des centrales japonaises; des seuils pour des voleurs d'autonomie politique, autrement dit pour l'annexion des Etats poubelles ou émergents (B.8-12).
Quid des "Tepco squads"... Il s'agit bien, une fois de plus, j'insiste, d'un personnel entraîiné pour "l'action commandée" (trois à six agents par constituant). C'est beaucoup. D'autant qu'il est impossible de savoir si ces agents spéciaux sont armés, si tous sont réellement salariés de TEPCO, de connaitre avec exactitude leur fonction.
Durant l'acte de recouvrement ou de coupure "la passion" n'a pas sa place. Le recouvrement relève d'une stratégie planifiée dans les bureaux et conduira au dépassement volontaire, au surnombre des agents de TEPCO - non assermentés par la police -, à la confrontation physique, c'est à dire au corps à corps dans le cas du franchissement de la barricade qui s'oppose initialement à tout contact.
J'en ferai l'expérience le 11 septembre 2013. Ce personnel professionnel entraîné à la surenchère - en ce sens seulement puisque les agents ont perdu depuis le 311 tout caractère professionnel -, ne craint pas la dissuasion. En effet, son travail d'agresseur consiste à produire du "flagrant délit d'affrontement" afin de porter plainte. Toutes les confrontations importantes seront filmées ou photographiées par TEPCO. Ce 11 septembre débutera par la charge hurlante en règle de ma première barricade (mon break recouvert de branches en aval des deux autres, l'une assise sur un motoculteur, l'autre sur un harvester) puis par de multiples tentatives de dépassement pour couper l'électricité au pylône dans la forêt. Elles échoueront.
Muni d'une perche de séchage - puisque la saison de la récolte du riz avance (moins d'une quinzaine pour le séchage au vent et au soleil) -, je serai entraîné malgré moi dans la zone de rupture pour repousser l'assaillant.
Le TEPCO squad obtiendra donc son film, puisqu'il y aura corps à corps avec la perche à riz, afin de porter plainte auprès de la police criminelle de Ishioka shi. L'un des agents de TEPCO (l'homme aux cheveux gris masquant son visage en juin, de face, dans l'axe du caméraman de TEPCO, bulletin 2 ci-dessus) parviendra à m'arracher la perche et obtiendra un nouveau corps à corps. Le groupe d'assaut muni de ses pièces à conviction se dispersera subitement dans un nouveau champ de provocations tumultueuses et de disuasion "criminelle", mais ne franchira pas la barricade. Il eut été facile à tout instant d'essuyer de l'un d'entre eux un coup de feu. En juin dernier, au jour de publication du précédant bulletin de liaison 2 de "Resistance du Riz", un policier de la force de prévention des catastrophes de Fukushima sera retrouvé mort supplicié, ensanglanté, sur les marches de la préfecture.
Quelques mois plutôt un commando de chasseurs du Yasato, sans doute du Chrysanthème (symbole de l'empereur) et pro TEPCO, posera des pièges à sanglier dans les champs à proximité des fermes. Défenseur de la faune je déclencherai l'un d'entre eux pour sauver des bêtes. Répression, un acte de vandalisme sera perpétré dans la nuit contre l'une des installations de filtrage naturel des eaux usées de ma ferme - un prototype écolo français adapté à la montagne, soutenu par la préfecture d'Ibaraki. Protégeant une zone naturelle abritant des sangliers du Nandaï (massif forestier où je vis) à proximité de mes bassins de filtrage, je surprendrai, malheureusement tardivement, deux poseurs de pièges. Ils captureront et blesseront un bel animal. Une balle en pleine hure (tête) l'achèvera. Ils découperont l'animal mort sous mes yeux au pied de mes bassins de filtration, laissant une mare de sang toute significative.
TEPCO n'engage pas d'agents de recouvrement ordinaires. Un agent ordinaire - dernière photo, femme casquée relevant le compteur à la jumelle - j'interdis la lecture directe depuis la catastrophe nucléaire -, cèdera toujours face à la dissuasion non violente. Ici au Japon, en Ibaraki, et ce malgré la tragédie de Fukushima Daiichi qui dévoile chaque jour des données révélantes sur le plus grand drame de l'histoire nucléaire et sur la pollution-contamination de plus de 30 000 km2 de territoire - pourtant "terre sainte" et "terre impériale sacrée" ?! -,- rien ne prouve que les constituantistes et les résistants légalistes et légitimistes anti nucléaire, victimes sans droit de Fukushima - ceux qui disent "non" à l'Ancien Régime -, soient éternellement protégés par une police réellement civile et vigilante...
Cela dit, quoiqu'il advienne, la permanence indispensable, légale et légitime de l'assemblée constituante, autrement dit de la barricade et des zones de rupture constituantes, demeurera une constante politique, sociologique et hitorique dans l'histoire japonaise des débats et des victimes du crime nucléaire sans droit ce siècle et le prochain, consacrés de toute évidence au démantèlement des centrales.
Le long débat préventif encouragé par la police criminelle peu après la confrontation du 6 juin dernier trouve encore ses correspondances naturelles après celle du 11 septembre 2013. Elles seront d'une grande utilité pour l'avenir. A ce jour, nous n'avons payé que deux mensualités... en un an et demi de lutte. Nous n'avons subi qu'une coupure intégrale, de courte durée.
La provocation corporatiste des électriciens nucléaires, le harcèlement et l'effraction de l'espace de justice constituant - conçu pour éviter les confrontations violentes, les limiter en tout cas au débat dans un nouveau rapport d'instance -, sont aussi bien symboliques que réels. Ces évènements symboliques et réels - comme les principes d'égalité et de liberté restaurés -, sont à prendre en considération pour une méthodologie des luttes non violentes dans un contexte résolument homicide et liberticide de pollution nucléaire sans droit. (CP, 13/8/13)

- Cette note insistera sur le caractère criminel, en milieu rural, de la planification des techniques de recouvrement des factures non payées de TEPCO (4ième énergéticien au monde), planification visant à provoquer un "flagrant délit d'affrontement" afin de criminaliser la condition du "non payeur civique" ce malgré le caractère durable de la pollution nucléaire (30 000 à 50 000 km2 pollués) et du désastre sanitaire (15 à 20 millions de personnes contaminées, irradiées).
La planification du délit d'affrontement est une vieille stratégie des entreprises et des Etats voyous. Elle permet de justifier "la sanction policière" ou "militaire" qui souvent comme en Afrique du Sud en août 2012 à la mine de platine de Lonmin (3ième fournisseur au monde et principal fournisseur du Japon) consacrera le chatiment mortel et dénaturera, criminalisera, l'acitvisme syndical légal.
En Août les agents de police tireront sur les grévistes sud africains selon une stratégie et un scénario pré-établis. La planification de l'affrontement au regard des éléments de l'enquête (analyse des e-mails de l'entreprise, de l'Etat, et du film du meurtre) impliquera la direction de la mine de Lomin, Cyril Ramaphosa, le ministère des affaires minières, le ministère de la police, les agences de sécurité d'Etat.
Les e-mails et le film témoin de la tragédie dévoileront outre le caractère délibéré de la provocation policière - en parfait accord avec la direction de la mine -, la maitrise de l'espace physique de l'affrontement, la maîtrise du nombre et du comportement des manifestants - la police et ses véhicules blindés ne seront jamais débordés -, jusqu'a l'exécution des manifestants.
Jusqu'au lieu de l'exécution - hautement symbolique -, sous les pylônes électriques à haute tension de l'électricien nucléaire Eskom actuellement en procès pour avoir payé vingt années durant l'agence d'espionnage néonazie Swartberg ISS pour infiltrer les correspondances téléphoniques et numériques de Earthlife Africa, de groundWork, et de Greenpeace.
Dali Mpofu avocat des mineurs survivants blessés et de 200 mineurs arrétés plaidera contre :"le meurtre prémédité de personnes sans défense"...

Constituantiste pour l'émergence d'un "droit des victimes" de Fukushima Daiichi et pour l'émergence d'un droit à "l'asile nucléaire", il m'apparaitra qu'une nouvelle et évidente distorsion affectait les sujets de droit et les spoliait administrativement et juridiquement : consommateurs, activistes, citoyens, civils, électeurs, tous victimes de la catastrophe nucléaire du 311- catastrophe toujours non gérée au 911/13 -, et aujourd'hui : "victimes sans droits".
Il m'apparaitra également que ces "victimes sans droits" de l'Holocauste nucléaire n'étaient pas moins démunies que les mineurs grévistes sud africains de Lonmin ou que, nous le verrons plus bas, les Bédouins arabes du désert du Néguev.
Dans les trois cas nous aurons affaire à des victimes spoliées de leurs droits par le contrat et la corruption, par les marchés dérégulés et truqués de l'énergie nucléaire et miniers, par la financiarisation et la spéculation illicites, les traités inégaux et le libre échange mafieux, dans les trois cas nous aurons affaire à la misère sociale et à la précarité, à l'abandon.
Au japon près de 57 000 personnes vivent dans des camps et des baraquements d'exclusion - après leur déportation/exode -, spoliés administrativement et juridiquement. Les grévistes sud africains vivent également dans des ghettos d'exclusion et des baraquements insalubres. Pour les japonais comme pour les sud africains la loi est sans efficace social, pour eux il n'existe aucune réparation pertinente judiciairement.
Le marché totalement dérégulé - absence du rôle régulateur de l'Etat, de toute sanction administrative et pénale envers les crimes entrepreneuriaux, bancarisation et financiarisation des activités dont l'energie et les mines, militarisation de l'économie, criminalisation des oppositions -, a opéré au Japon et en Afrique du sud, une distorsion qui assimile irrémédiablement la "victime nucléaire" et le "mineur gréviste" sans droits à des criminels ou, selon, à des terroristes ou encore à une surcharge financière, à des "sans parts", des parias.

Une distorsion des catégories efface à terme les sujets de droit du champ lisible et visible du droit et des lois. Elle conduit à une survalorisation perverse de ces dernières par leur usage inapproprié. Cette survalorisation confère par le fait une totale liberté au crime industriel, au crime privé ou policier, au crime d'Etat, et conduit à un usage immodéré du secret à l'encontre des sujets sans droits ou des opposants.
Cette survalorisation de la loi par son usage inapproprié et immodéré conduit invariablement aux situations extrêmes : enlèvement, emprisonnement sans jugement - destruction de l'Habeas Corpus -, torture, assassinat, déportation ou abandon.
Autre exemple de l'usage inapproprié des lois dans le champ de la dérégulation économique, cette fois ci en Israel. Observons les effets du « Plan Prawer-Begin » voté par le parlement israélien le 24 juin 2013 prévoyant l'expulsion de 40.000 à 70.000 Bédouins arabes, sujets israéliens, et la destruction de leurs maisons et villages. Les Bédoins attestent d'une vie dans le Néguev depuis le 7ème siècle...
La survalorisation "perverse" de la loi, ici, se caractérise par la conception et l'application d'une législation réelle qui rendra fictifs les droits des personnes et leurs qualités. Dans sa conception comme dans son application la loi établira comme non existantes ces communautés de natifs.
Elle ne reconnaitra pas davantage les titres de propriété des familles et attribuera aux Bédoins arabes la qualité de "trespassers", c'est à dire d'"intrus" bien qu'israéliens et propriétaires de leurs terres...; cette expropriation repose sur une évidente spoliation administrative et juridique. Ces "instrus", de plus, ne se verront reconnaitre ni le droit à l'eau, ni le droit à l'electricité, ni le droit à l'éducation, ni le droit à la salubrité domestique (égoûts), ni le droit à la santé, jusqu'à l'interdiction de l'usage des routes.... sinon pour être déportés dans des ghettos urbains; une situation aussi cynique qu'inadmissible en tout point similaire au caractère raciste et racial du recencement pour la déportation des populations juives durant la Shoah.

Cette note, que je dédie à l'épidémiologiste japonais Rokuro Hama, s'inspirera d'une thèse de droit intitulée : "Extraterritorial crimes and human rights abuses arising from globalisation, Blackwater (...)"et repose sur une remarque de son auteur, le juriste américain A.M. Penalver (Cornell, 2010).
A.M. Penalver déclare que les multinationales pionnières du capitalisme historique : The Honorable East India Company (1600), The Hudson's Bay Company et The British South Africa Company,... prouveront qu'elles feront et seront bien plus que du business; qu'elles seront de "quasi Etats" et qu'elles agiront comme tels, dotés du monopole de l'exercice légitime de la violence physique...
"Les salariés des multinationales sont des citoyens du monde...", écrira en 1942 Harold J. Carter pour le compte de l'Economic Warfare Section du Département américain de la Justice dans son rapport d'enquête sur le "commerce avec l'ennemi" (E.Black, 2001). Ces "citoyens du monde" et ces "multinationales" - fleurons de la collaboration durant la seconde mondiale -, "sont fondamentalement sans Etat ni attache et peuvent infliger des privations aux peuples..." (CP, 19/9/13)

La police sud-africaine a dissimulé des preuves et menti pour couvrir le massacre de (Lomin) Marikana
"Le lieutenant-colonel Duncan Scott, témoin pour la police, a été interrogé sur des enregistrements trouvés dans la corbeille de son ordinateur. Il a été demandé à Scott de dire parmi les pages du plan qui aurait été utilisé pour disperser et arrêter les mineurs sur le koppie [petite montagne isolée] près de Marikana, quelles sont celles qui ont été créées après l'événement...Parmi les policiers appelés à témoigner en plus de Scott, il y a le brigadier Adriaan Calitz, connu pour avoir donné l'ordre « engagez, engagez [le combat] » avant le massacre. Les preuves vidéo présentées à l'enquête le montrent en train de dire aux policiers le lendemain du massacre que le plan a été exécuté « à 110 pour cent. »..." (WSWS, 2/10/13)
Bangladeshis struggle with rising rice prices
"Day labourers and other low income people said they have been struggling to meet their daily necessity of rice as the OMS programme stopped selling rice for the past month and half:price of rice has increased in the local market..." (Magura,, 30/7/17)
The glut (in Asia) is driving down prices for big rice importers in Africa and China.
"But consumers in some of the biggest rice-producing nations, including Thailand and India, are paying higher prices as surplus supplies sit in government warehouses. In India the countryside rice is piled high on wooden plinths, protected only by plastic tarps.Thailand which is subsidizing farmers' income by buying rice at higher prices, is reluctant to sell it cheaply in the domestic market. India's agricultural policies have had a similar impact on its domestic prices. "In countries such as Thailand and India hunger is still persistent, and it is a crime against humanity if rice gets rotten while poor people starve.A better option would be to supply this grain for free to the poor..." (Devinder Sharma, Forum for Biotechnology and Food Security, New Delhy).." (Bangkok,, 30/7/13)
Agriculture in Cuba remains in crisis and the country is still dependent on imports.
"Cuba imports some 60 percent of the food it consumes mainly bulk cereals and grains such as rice, corn, soy and beans, as well as other items such as powdered milk and chicken.Unprocessed rice production was up almost 50 percent at 642,000 tonnes in 2012, compared with 436,000 tonnes in 2008 ..." (Havana,, 31/7/13)

Rice consumption outpacing harvest
"With the spiraling cost of fish, meat and vegetables brought by oil price increases, the driver, who earns an average of P200 on a lucky day, said they often resort to consuming more rice to avoid hunger pangs. One of the major challenges of the Philippines is how to keep up with a rapidly growing population (97 million) that consumed more rice in the last decade. While rice consumption has declined in most other Asian countries, per capita consumption in the Philippines rose to 13 percent, from 106 kilograms in 2000 to 119 kg in 2009. The Philippine population increased at a rate of 1.90 percent annually from 2000-2010.The 2010 population is higher by 15.83 million than the 2000 population of 76.51 million. In 1990, the total population was 60.70 million..."(Southern Luzon,, 30/7/13)

   [ 1 ]    "Jusqu'à ce que la vie cesse..." Interview de Mr.Sakaï par Christian Pose
   [ 2 ]    Tableau national et Carte régionale d'Ibaraki de la Grande Fusion de Heisei
   [ 3 ]    "Des brioches, des eaux et des choux"
   [ 4 ]    "Même les libéraux sont contre ! Hokkaido opposition historique",  Hiroshi Itoh, maire de la ville de Kutchan, Hokkaido
   [ 5 ]    L'Histoire du barrage illusoire

home Ni bonze, ni laïc   » home : linked222